[Critique] AVA

CRITIQUES | 29 décembre 2020 | Aucun commentaire
Ava-poster

Titre original : Ava

Rating: ★★☆☆☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Tate Taylor

Distribution : Jessica Chastain, John Malkovich, Colin Farrell, Common …

Genre : Action/Drame

Durée : 1h36

Date de sortie : 1er décembre 2020 (Netflix)

Le Pitch :

Tueuse à gage un poil trop sentimentale, Ava voit ses vieux démons remonter à la surface après une mission ratée. De retour dans son Boston natal, la jeune femme est vite prise pour cible par ses anciens employeurs. Un passage en mode survie s’impose alors à cette dernière…

LA CRITIQUE DE AVA :

Dans la série tueur à gages en mal de réponses à des questions métaphysiques, je voudrais Ava, rousse plantureuse à la gâchette chirurgicale. Malgré une efficacité notoire et un bilan annuel irréprochable, sa hiérarchie s’inquiète et tend une bonne vielle embuscade des familles pour éliminer son agent. Le film durant plus de 15 minutes, vous imaginez bien que cela tourne au fiasco, s’en suit alors une traditionnelle chasse à l’homme, qui s’avère ici être une femme.

Ava-Jessica-Chastain

REDEMPTION SONG

Toujours se méfier des films produits par l’acteur principal. Règle de base souvent validée et Jessica Chastain ne dérogera pas à la règle. Fin du suspens. Et quel dommage. Y compris quand on est un grand fan de la Californienne. Car après avoir bien mouillé le maillot dans Zero Dark Thirty, le costume d’Ava semble partiellement inadapté à la carrure artistique de celle-ci. Et même si son personnage est ultra maitrisée sur le versant dramatique, ancienne droguée dont le « boyfriend » s’est barré avec sa sœur, le versant stathamien laisse à désirer…

AVA VRAIMENT PAS LE FAIRE

Soit, mais si le personnage central reste bancal, le réel problème du film, outre un scénario aussi prévisible qu’un épisode de Rick Hunter, réside bien ailleurs : les seconds rôles. Et là, c’est Noël avant l’heure avec du John Malkovich en mentor pêcheur et de la Geena Davis à l’émotion linaire surbotoxée (elle sortait peut être du plateau de BeetleJuice 2 me direz-vous). Et que dire de Colin Farrell ? Franchement, le combo col roulé violet / moustache digne du premier movember d’un ado de 16 ans devrait être clairement passible de prison, mes salutations distinguées à la régie costumes. La vague sensation que personne n’a envie d’être là est insupportable. Une mascarade, un massacre, choisissez votre camp camarades. Pauvre Ava ! Cela dit, pour conclure sur une note positive, si vous avez envie de voir un film d’action avec une actrice à contre-courant artistique, matez Atomic Blonde avec Charlize Theron.

En Bref …

Film d’action de troisième zone, Ava ne figurera pas dans les grands films de 2020. La faute à une accumulation de mauvais choix scénaristiques n’évitant pas la redite, de scènes de baston au rabais, de seconds rôles en vacances et d’un hideux pull violet.

@ Mathieu Laforgue

Ava
Crédits photos : EuroVideo Medien GmbH

Par Mathieu Laforgue le 29 décembre 2020

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments