[Critique] CONJURING : LES DOSSIERS WARREN

CRITIQUES | 14 août 2013 | 1 commentaire

Titre original : The Conjuring

Rating: ★★★★½ (moyenne)
Origine : États-Unis
Réalisateur : James Wan
Distribution : Vera Farmiga, Patrick Wilson, Lili Taylor, Ron Livingston, Joey King, Mackenzie Foy, Hayley McFarland, Shanley Caswell, Kyla Deaver, Sterling Jerins, Shannon Kook-Chun, John Brotherton, Joseph Bishara…
Genre : Épouvante/Histoire vraie
Date de sortie : 21 août 2013

Le Pitch :
Célèbres enquêteurs paranormaux réputés, Lorraine et Ed Warren sont dépêchés auprès de la famille Perron, lorsque cette dernière est prise pour cible par un esprit malfaisant. Rapidement, les Warren prennent conscience de l’ampleur et de la gravité de la situation…

La Critique (Gilles) Rating: ★★★★½ :
C’est un fait, le vintage est à la mode. Conscients d’une manière ou d’une autre qu’il sera impossible, pour ce qui est de l’épouvante et/ou de l’horreur, de faire oublier au public les classiques, les producteurs et autres réalisateurs avides de rajouter leur pierre à l’édifice, ne cessent de lorgner vers le passé. On peut alors distinguer grossièrement deux stratégies : 1) faire comme si de rien n’était et tenter de faire avaler de grosses couleuvres à son public, en faisant passer du vieux pour du neuf, sous couvert de manigances de bas étage tout juste bonnes à berner un gamin de 8 ans ; et 2) afficher un profond respect des aînés et jouer sur l’hommage ou sur un habile côté référentiel. Bonne nouvelle : Conjuring se situe clairement dans le second cas de figure et de plus, il fout vraiment les jetons !

James Wan, le réalisateur, n’en est pas à son coup d’essai. Avec Insidious, dont il s’apprête à nous présenter la suite, le cinéaste avait déjà fait montre d’un savant talent pour ce qui est de faire monter le trouillomètre. Le tout sans essayer de cacher des références souvent fort bien digérées.
Avec Conjuring, Wan enfonce le clou. En choisissant d’aborder une histoire vraie, encore aujourd’hui inexpliquée, se déroulant de surcroît au début des années 70, James Wan ne s’est pas facilité la tâche. Une histoire comprenant donc des interventions fantomatiques et des possessions qui ne pouvaient pas ne pas rappeler un certain Exorciste.
Dès le générique de début, le film affiche sa référence principale. Le titre même, jaune sur fond noir, avec sa police d’écriture ultra-référentielle, renvoie au film de William Friedkin. La musique et les bruitages opèrent le même genre d’hommage et sont autant de clins d’œil appuyés aux nobles productions d’antan, que Conjuring accepte comme telles, dans son ADN profond.
Et c’est précisément cette acceptation qui dédouane le long-métrage et qui lui confère son authenticité si probante, le plaçant largement au-dessus de nombre de productions récentes se déroulant dans le même espace temps. Résultat : contrairement à -par exemple- Texas Chainsaw 3D, Conjuring ne chercher pas à raccrocher de manière opportuniste les wagons avec les maîtres de l’horreur pour profiter bêtement de leur rayonnement toujours aussi puissant, mais creuse sa propre voie en affichant pour ses mêmes pierres angulaires un respect sans cesse probant.

La narration bien particulière est une autre des qualités évidentes du film. Et ce n’est pas un hasard si celle-ci renvoie également à L’Exorciste. À l’instar de L’Exorciste, Conjuring ne suit pas un seul personnage ou un seul groupe de personnages, comme la majorité des films du même style. D’un côté il y a la famille victime des esprits frappeurs et de l’autre les enquêteurs, à savoir les fameux Warren. Au début, le film opère régulièrement des allers-retours entre les deux, jusqu’à ce que tous se rejoignent en un tout qui s’en trouve du coup renforcé. On s’attache à la fois au sort des Perron, en pleine détresse et à celui des Warren, qui interviennent dans cette histoire, alors que leur position dans le monde du paranormal est solide et que les effets secondaires de leurs multiples investigations à risque commencent à se faire sentir sur leur quotidien. En somme, rien à voir avec Insidious qui se focalisait surtout sur la famille et non sur les enquêteurs, intervenant, il faut bien le reconnaître, un peu de manière impromptue à un moment clé de l’histoire (sans dénigrer les qualités de cet excellent film).
Comme dans le Père Merrin et le Père Karras dans L’Exorciste, Lorraine et Ed Warren ne sont pas seulement la solution au problème des victimes du démon. La victime n’est pas clairement définie, la menace non plus, que ce soit dans le film de Friedkin ou dans celui de Wan. Du coup, l’issue finale devient plus trouble et les rebondissements, que nous ne dévoilerons pas ici, d’apparaître bien plus efficaces au yeux d’un public rompu aux sursauts et autres interventions surnaturelles.

Fatalement et punaise, c’est une bonne nouvelle, Conjuring se situe à l’exact opposé de la saga Paranormal Activity. Porté par une réalisation léchée, Conjuring est tout d’abord une œuvre raffinée. Un tableau soigné et baroque. Affirmant son sens du cadre et du mouvement, James Wan fait des merveilles quand il s’agit de faire monter la pression. Il utilise le potentiel d’un environnement classique et géographiquement très marqué, mais ne tire jamais sur la corde. La peur vient naturellement, et l’humour, si il n’est pas absent de l’équation, n’est lui non plus jamais lourd.
Débutant en douceur, Conjuring laisse peu à peu la place à une épouvante sourde. La peur s’extrait progressivement d’un récit qui sait ménager ses effets. Il n’en montre pas trop -la suggestion, cet art bafoué par le grand-guignol trop souvent rameuté ces dernières années- mais néanmoins assez pour provoquer son petit effet. La mélancolie est également primordiale dans ce mécanisme savant et précis. On s’attache à cette famille et aux Warren. Jamais putassier, le film comprend ses protagonistes et sait traduire à l’écran leurs déboires, jusqu’à offrir, lors d’un final viscéral et impressionnant, un cocktail détonnant d’horreur pure et d’émotions puissantes, en faisant appel aux liens qui unissent ces âmes torturées par un démon qui cristallise les craintes les plus enfouies de personnages simples, encourageant par cela l’identification.

Rythmé par une bande-originale sensationnelle, remarquablement cadencé et jouissant d’acteurs investis (tout spécialement en ce qui concerne l’incroyable Vera Farmiga et la trop rare Lili Taylor), Conjuring porte la marque des grands. Bien sûr, en l’état, il ne pourra ressembler pour certains qu’à un simple hommage. Un hommage direct et éloquent aux chef-d’œuvres du passé. Une sorte de madeleine de Proust destinée aux spectateurs en manque de frissons sincères. Et au fond, si le film ne devait être que cela, ce serait déjà beaucoup.
Pourtant, il est aussi un terrifiant périple aux confins d’une épouvante insidieuse. Conjuring réveille des sensations que l’on ne s’attend plus à ressentir entres les quatre murs insonorisés d’une salle de cinéma. Il prouve qu’il existe encore des personnes capables de nager à contre-courant du raz de marée de navets qui bafouent le genre qu’ils abordent, en brandissant fièrement une attitude opportuniste basée sur un appât du gain trop voyant.

@ Gilles Rolland

La Critique (Nicolas) Rating: ★★★★☆ : À lire ICI

The-Conjuring-photoCrédits photos : Warner Bros. France

Par Gilles Rolland le 14 août 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
paulus
paulus
8 années il y a

super bon commentaire ce film fout les jeton et la bande annonce fait sauté en l air j adore