[Critique] DARK TOUCH

CRITIQUES | 20 mars 2014 | Aucun commentaire

Titre original : Dark Touch

Rating: ★★☆☆☆
Origine : France/Irlande/Suède
Réalisatrice : Marina De Van
Distribution : Missy Keating, Marcella Plunkett, Padraic Delaney, Charlotte Flyvholm, Richard Dormer…
Genre : Épouvante/Horreur/Drame
Date de sortie : 19 mars 2014

Le Pitch :
Une nuit, une maison isolée est secouée par de violents phénomènes paranormaux. Les occupants sont alors pris pour cible par les meubles et les objets, dans un chaos total. Seule la jeune Neve arrive à sortir vivante de ce cauchemar.
Recueillies par des proches, la petite fille a pourtant du mal à trouver la paix, les phénomènes ne tardant pas à resurgir…

La Critique :
Les promesses énoncées par Dark Touch lors de sa première séquence sont grandes. On assiste alors à un véritable déchaînement, digne des plus grands films d’épouvante à base d’esprits frappeurs, Poltergeist de Tobe Hooper en tête. Le tout assorti d’une photographie sombre tout européenne et donc un poil plus glaçante que celle des grosses productions américaines calibrées pour cartonner.
Ensuite, malheureusement, les choses se gâtent…

Actrice française vue dans Sitcom, La Clef ou encore Je pense à vous, Marina De Van est passée depuis belle lurette à la réalisation, dans un premier temps via de nombreux courts-métrages. Sont ensuite venus Dans ma Peau, Ne te retourne pas et Le Petit Poucet. Dark Touch, son nouveau film, finit de conférer à cette artiste un statut atypique des plus intéressants.
Pour sa nouvelle réalisation donc, à savoir Dark Touch, Marina De Van surfe intelligemment sur le potentiel métaphorique de l’épouvante. Elle ne cherche pas à faire peur ou à traumatiser pour le simple plaisir de marquer au fer rouge ses spectateurs, mais veut bel et bien communiquer autre chose. Un peu comme Romero et ses zombies qui dépeignaient notre société et notamment nos modes de consommation (pour schématiser).
Avec Dark Touch, la réalisatrice aborde donc le thème douloureux de la maltraitance envers les enfants. Le fantastique lui permet de traiter son sujet en plaçant l’enfant au centre de son histoire. D’utiliser son regard, sa naïveté et sa propension à croire aux monstres tapis dans l’ombre. En cela, Dark Touch s’avère quoi qu’il en soit touchant. Touchant dans son propos et sa sincérité et touchant dans sa faculté à tenter de sortir des ornières et des clichés pour offrir un éclairage plus original sur une problématique très grave, et ainsi éviter de devenir trop complaisant.
La jeune Missy Keating (qui est, pour la petite histoire, la fille du chanteur de BoyZone, Ronan Keating) est complètement dans le ton. Tantôt inquiétante, tantôt effrayante, la comédienne fait montre d’une belle maturité alors qu’il s’agit là de son premier rôle. Sa déclinaison de Carrie, auquel le film doit beaucoup (trop), est convaincante, et ce n’est tragiquement pas le cas du reste du casting qui pêche par un manque flagrant de justesse.
Si on éprouve de l’empathie pour la gamine, il est donc difficile d’en ressentir pour ses proches, mis à part deux ou trois exceptions notables. Tous s’agitent et s’inquiètent pour tenter de traduire les intentions de la réalisatrice, mais au final, ils brassent surtout du vent, sans parvenir à incarner une histoire qui se perd un peu plus à chaque séquence.

La faute à cette incapacité à se sortir de l’ombre de Carrie justement. Sans trop savoir de quoi il s’agit et sans trop en dévoiler, on pense à l’héroïne de Stephen King super rapidement et du même coup, au chef-d’œuvre de Brian De Palma. Tandis que De Palma (et Stephen King) utilisait le fantastique et l’épouvante pour parler du malaise adolescent et du fanatisme religieux, Marina De Van fait de même pour dénoncer la maltraitance et les abus d’enfants. Mais De Van n’est pas De Palma et au final, son film ressemble davantage à une copie maladroite qu’à un véritable essai convainquant.
Y-compris quand vient l’heure de la révélation. Une révélation un peu à la ramasse d’ailleurs. Trop en tout cas pour sauver les meubles et excuser notamment un rythme beaucoup trop mou.

Comme pour entretenir un suspense qui n’en demandait pas tant, le film peine à progresser et à avancer. Il se complait dans une rythmique capricieuse et convoque l’ennui en lieu et place de l’effroi ou du malaise, même si l’ambiance est par moment assez oppressante. Succession de scènes anecdotiques censées nous mener à un dénouement de toute façon très bancal, Dark Touch se prend rapidement les pieds dans le tapis.
Restent donc des intentions sincères qui ne débouchent malheureusement sur rien de mémorable.

@ Gilles Rolland

dark-touch-Missy-KeatingCrédits photos : KMBO

Par Gilles Rolland le 20 mars 2014

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments