[Critique] IL ÉTAIT TEMPS

CRITIQUES | 7 novembre 2013 | 1 commentaire
il-etait-temps-affiche

Titre original : About Time

Rating: ★★★★★
Origine : Angleterre
Réalisateur : Richard Curtis
Distribution : Domhnall Gleeson, Rachel McAdams, Bill Nighy, Lydia Wilson, Margot Robbie, Lindsay Duncan, Richard Cordery, Josh McGuire, Tom Hollander, Will Merrick, Harry Hadden-Paton, Richard Griffiths…
Genre : Comédie/Romance/Fantastique
Date de sortie : 6 novembre 2013

Le Pitch :
Étudiant en droit timide et un peu gauche, Tim, 21 ans, n’aspire qu’au bonheur, comme tout à chacun. Ce qui passe forcement par le fait de réussir à rencontrer la femme de sa vie. Alors qu’il vient de fêter le Nouvel an, Tim apprend par son père une nouvelle qui va changer le cours de son existence à tout jamais : les hommes de sa famille sont tous capables de voyager dans le temps. D’abord incrédule, Tim s’aperçoit que c’est effectivement le cas en expérimentant ce don extraordinaire. Dès lors, le jeune homme ne se prive pas d’utiliser son pouvoir pour façonner au mieux son quotidien. Y-compris lorsqu’il rencontre Mary, une belle américaine dont il tombe éperdument amoureux…

La Critique :
Il était temps n’est que la troisième réalisation de Richard Curtis. Trois longs-métrages en dix ans, à savoir Love Actually, Good Morning England et Il était temps. Avant de se tourner vers la réalisation, Curtis s’est largement illustré en écrivant des scripts pour le cinéma. Dès 1994, il se distingue avec Quatre mariages et un enterrement, puis en 1999 avec Coup de Foudre à Notting Hill et deux ans plus tard avec Le Journal de Bridget Jones. En 2003, quand il se lance, en mettant lui-même en image son scénario intitulé Love Actually, il est clair que le bonhomme est un grand. De quoi faire de lui le roi de la comédie romantique à l’anglaise, même si ce titre est réducteur vu les films sur lesquels il a œuvré. Après tout, Curtis a aussi bossé sur Cheval de Guerre, Doctor Who et Bean
Quoi qu’il en soit, c’est un fait : Richard Curtis est un artisan unique. Un écrivain dans l’âme qui un jour a décidé d’illustrer ses propres mots à l’occasion de films formidables de bout en bout. Aujourd’hui, alors que sort son troisième film, Richard Curtis annonce qu’il en a fini avec les caméras. Il continuera à écrire certes, mais sa filmographie de cinéaste ne comptera à priori (on est jamais à l’abri de revirement) que trois longs-métrages. Dommage mais au fond, quand on voit l’admirable tenue de sa trilogie, on se dit que l’homme, en plus d’être bourré de talent, brille aussi par son intégrité et par son désir de ne pas aller à contre-courant de ses émotions.

Car Il était temps est une merveille. À l’instar de Love Actually et de Good Morning England, le troisième film de Curtis se démarque par sa faculté à ne ressembler qu’à lui-même. Comme ses deux prédécesseurs, il s’apparente à une bulle dans laquelle il est aisé de se glisser afin de se laisser porter dans un univers à la fois réaliste et pourtant fantaisiste.
Ici, Curtis s’essaye au fantastique. Un peu à la façon d’Un Jour sans fin. Sans appuyer le propos n’y abuser des possibilités qu’offre son postulat de départ. Reposant en partie sur les voyages temporels, l’intrigue d’Il était temps n’en fait jamais trop et ne se sert de la faculté de son héros à revenir visiter le passé, que pour servir admirablement bien la progression de l’histoire. Le dosage est impeccable et le mélange de bon goût. Sans que l’on s’en aperçoive vraiment, Curtis tisse une intrigue où se télescopent réel et imaginaire, afin de souligner des thématiques qui lui sont chères, tout en n’évitant pas toujours -mais franchement ce n’est pas bien grave- les pièges inhérents à beaucoup de films qui font du voyage spatio-temporel l’un de leurs ressorts scénaristiques. Des idées simples, universelles et fédératrices déjà au centre de ses deux précédents films, mais déclinées d’une autre façon, de manière à ne pas tomber dans la redite gênante. C’est ce qui fait que son dernier né s’imbrique à la perfection dans son l’univers. Les fans de Love Actually et de Good Morning England retrouveront de suite leurs marques grâce à un réalisateur/scénariste soucieux d’offrir à ses spectateurs des repères clairs. Via les personnages, les situations et cette écriture si fine, à la justesse extrême.

Vendu (du moins sur l’affiche) comme une comédie romantique lambda, Il était vrai est bien plus que cela. Certes, l’amour y tient une place prépondérante mais il y a autre chose. Et de toute façon, même l’amour est décliné. Il y a celui que Tim, le personnage principal, éprouve pour Mary, celui qu’il porte à ses parents et à sa sœur, l’amitié qui l’unit à son collègue, etc… Comme les Beatles avant lui, Curtis a compris que tout ce dont nous avions besoin réside dans le fait d’être aimé et/ou d’aimer. Et sa prouesse consiste, comme les Beatles d’ailleurs, à se faire un point d’honneur à ne jamais céder à l’appel de la guimauve. Rien à voir avec les histoires à l’eau de rose qui pullulent dans les salles toute l’année. Ici, c’est vraiment autre chose. Quelque chose d’évident. Quelque chose qui touche au vif, sans forcer le passage. Qui s’impose dans l’esprit et qui reste longtemps après la projection.
L’amour donc, mais pas que, car Il était temps est aussi une brillante comédie. Nombreux sont les passages où la verve de Curtis entraîne de vrais et sincères éclats de rire. Des rires qui ont pour effets secondaires de rythmer et d’aérer un long-métrage de deux heures et des poussières, qui passe en un éclair. Et, à l’image de la vie, Curtis emménage aussi des plages plus graves. Là encore, sans tirer inutilement sur la corde. Juste assez pour encrer son histoire dans une réalité dans laquelle il est facile de se reconnaître. Facile de s’identifier à Tim, à Mary, à ce père si touchant, ou encore à cette sœur un peu paumée, tant Richard Curtis laisse respirer son intrigue afin de laisser infuser des sentiments naturels.

Du côté des comédiens, le film peut compter sur l’épatant Domhnall Gleeson. Un acteur en totale phase avec son personnage, aussi à son aise dans la comédie ou l’émotion. En face, dans le rôle de la femme qu’on ne rencontre qu’une fois dans une vie, Rachel McAdams irradie et prouve que dans le genre, elle est l’une des meilleures de sa génération. Belle, tour à tour fragile et forte, l’américaine fait des étincelles. Comme Lydia Wilson ou la spectaculaire Margot Robbie. Enfin, puisqu’on ne peut passer en revue tout le monde, il convient de parler deux minutes du monumental Bill Nighy. Fidèle du réalisateur qu’il suit depuis ses débuts à la barre, l’acteur au charisme et à la classe inouïs chapeaute une distribution purement sensitive et ô combien pertinente. Impérial, Nighy est aussi superbement touchant. D’un regard, il transperce les défenses et appelle les larmes. Des larmes qui ont de nombreuses occasions de couler au fil de ces 120 minutes fantastiques. Autant être prévenu. Mais jamais Il était temps n’est plombant. Toujours il conserve ce cachet unique, cette classe si britannique, assortie à cet humour au ton si particulier.
Pour son dernier film, Richard Curtis livre un pur délice. Un beau et grand film, si vrai, si drôle et si touchant qu’il en devient déchirant sans se départir de son côté profondément feel good movie. Les bonnes vibrations passent par tous les pores de la pellicule. Par la musique aussi, comme à chaque fois en totale adéquation. Jamais deux sans trois, dit l’adage. Dans le cas de Richard Curtis, c’est on ne peut plus vrai. Le cinéma lui est redevable.

@ Gilles Rolland

il-était-temps-bill-nighyCrédits photos : Universal Pictures International France

Par Gilles Rolland le 7 novembre 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Il était Temps (Richard Curtis, 2013) […]