[Critique] LA LOI DE LA JUNGLE

CRITIQUES | 16 mars 2021 | Aucun commentaire
La-loi-de-la-jungle-poster

Titre original : Jungleland

Rating: ★★★½☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Max Winkler

Distribution : Jack O’Connell, Charlie Hunnam, Jessica Barden, Jonathan Majors, Fran Kranz, Frank L. Ridley…

Genre : Drame

Durée : 1h30

Date de sortie : 11 mars 2021 (VOD)

Le Pitch :

Devant faire face à d’importantes dettes, Stan et son petit frère Lion, un talentueux boxer, acceptent le marché d’un truand local : si Lion monte sur le ring à San Francisco afin de participer à un tournoi, la dette est annulée. Voyant là l’occasion de repartir à zéro et d’enfin s’extirper de la misère, les frères acceptent. Néanmoins, tout se complique quand le gangster leur demande de transporter Sky, une jeune fille en fuite. Cette dernière devant être remise à un redoutable caid…

La Critique de La Loi de la Jungle :

La boxe est peut-être le sport le plus cinématographique qui soit. C’est en tout cas celui qui a à la fois le plus inspiré les scénaristes et cinéastes mais aussi celui qui a donné lieu aux meilleurs longs-métrages. La boxe permettant de brasser des thématiques puissantes et fédératrices comme la résilience, la survie ou encore la rédemption. Et souvent, comme dans Rocky, le plus connu de tous les films de boxe, le fait de se retrouver en face d’une autre personne sur un ring n’est finalement qu’assez secondaire. Le plus important pour le combattant au centre de l’histoire étant d’illustrer son combat intérieur par le biais de cette lutte aux poings qui ne va pas sans laisser des traces visibles et d’autres, plus graves, qui le sont moins. La lutte et la survie se retrouvant au centre de La Loi de la Jungle, ou Jungleland en version originale, dans lequel deux frères tentent le tout pour le tout pour se sortir d’une existence misérable. Un peu comme dans Rocky finalement même si à l’arrivée, les deux œuvres n’ont pas non plus grand chose à voir l’une avec l’autre…

La-loi-de-la-jungle-Jessica-Barden-Jack-Oconnell

K.O. fraternel

On pense en effet plus volontiers à Fighter, le film de David O’Russell devant La Loi de la Jungle. Ne serait-ce que par qu’ici comme dans Fighter, l’histoire repose avant tout sur la relation de deux frangins. L’un étant instable et dominant et l’autre, le combattant, plus posé mais aussi plus enclin à se laisser diriger. Une dynamique essentielle dans La Loi de la Jungle avec Charlie Hunnam, le Jax Teller de Sons of Anarchy et Jack O’Connell, le Cook de Skins, dans les rôles de l’aîné entraîneur et manager et du cadet plus soumis mais prompt à ramener l’oseille par la seule force de ses poings. Le premier mène la danse et le second suit. Jusqu’au jour où une jeune femme, que les deux frangins sont contraints de prendre en charge à la suite d’un deal passé avec un gangster, met à mal leur relation en soulignant le déséquilibre au cœur de celle-ci. Et c’est aussi à ce moment-là que le scénario de La Loi de la Jungle emprunte une voie finalement assez caillouteuse…

Survie

Car oui, on ne peut s’empêcher de se dire que La Loi de la Jungle aurait gagné en force s’il avait été plus simple. En s’embarrassant de cette intrigue secondaire, sous fond de trafic d’êtres humains, le réalisateur Max Winkler s’éparpille un peu et peine ainsi à donner aux scènes les plus essentielles de son histoire la puissance espérée. Ce qui est d’autant plus dommage car la jeune fille en question est jouée avec beaucoup de talent par l’excellente Jessica Barden. Un personnage qui peine à trouver sa place, tandis que tout ce qu’il incarne vient sans cesse éloigner le film de son but premier. L’arrivée dans la danse d’un gangster vieillissant et libidineux n’arrange rien, alors que La Loi de la Jungle s’enlise un peu, renouant à la toute fin avec ses aspirations premières et parvenant à quitter le ring en laissant une bonne impression. Malgré tout, difficile de ne pas éprouver une pointe de déception devant ce film à la fois trop court pour son propre bien et manquant clairement de fluidité dans son déroulé. Un film éclairé par les performances éblouissantes de Charlie Hunnam, parfait en grand frère à la fois opportuniste et protecteur, tout le temps sur la brèche, et de Jack O’Connell, qui n’en finit quant à lui plus de prouver à quel point il est doué.

En Bref…

Pétri de bonnes intentions, porté par les interprétations sans faille de trois acteurs parfaits, La Loi de la Jungle souffre néanmoins d’une écriture assez éparpillée qui l’empêche de provoquer le K.O. espéré…

@ Gilles Rolland

La-loi-de-la-jungle-O'Connell-Hunnam
Par Gilles Rolland le 16 mars 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments