[Critique] PHILOMENA

CRITIQUES | 14 janvier 2014 | 2 commentaires

Titre original : Philomena

Rating: ★★★★☆
Origine : Angleterre/États-Unis/France
Réalisateur : Stephen Frears
Distribution : Judi Dench, Steve Coogan, Sophie Kennedy Clark, Anna Maxwell Martin, Peter Hermann, Michelle Fairley, Sean Mahon…
Genre : Drame/Adaptation/Histoire vraie
Date de sortie : 8 janvier 2014

Le Pitch :
En Irlande, en 1952, une jeune femme prénommée Philomena Lee, tombe enceinte. Ce qui lui vaudra le rejet de sa famille. Alors placée dans un couvent où elle travaille dur, son fils lui est retiré au bout de trois ans, afin d’être adopté par un couple d’américains. Cherchant son fils Anthony pendant des années, ce n’est que cinquante ans plus tard que Philomena finit par rencontrer un journaliste Martin Sixsmith qui va l’aider dans sa quête…

La Critique :
Stephen Frears est un cinéaste brillant. Non content d’être extrêmement talentueux il est aussi unique dans son genre. Faisant preuve d’originalité et de prise de risque, c’est un réalisateur qui sait peindre le réalisme de manière bluffante, tout en offrant également des bijoux classés chef-d’œuvre dans les colonnes du cinéma. La formidable adaptation des Liaisons Dangereuses qui sortit sur les écrans en 1988, est un monument cinématographique. On pourrait encore citer Dirty Pretty Things, long métrage rude et bouleversant mais nécessaire, ou encore The Queen, pour lequel Helen Mirren a été consacrée aux Oscars. Mais ici c’est de son dernier film dont il est question.

Et Philomena ne fait pas exception, car de grande qualité et tout à fait prenant, il s’avère très réussi ! Mélangeant les genres et amenant le spectateur sur différentes pistes, le film captive, émeut et transporte. L’atmosphère est saisie par une caméra qui sait minutieusement appuyer sur certains détails, et qui s’obstine à transmettre un rendu simple et sobre. Il n’y a pas de superficialité dans cette œuvre réaliste qui s’apparente davantage à un genre d’auteur. Et quoi de plus logique pour un film qui est adapté d’une histoire vraie ? En effet, Philomena a bel et bien existé, ce qui rend l’émotion encore plus vivante. Le long-métrage est l’adaptation du roman intitulé Philomena : The True Story of a Mother and the Son She Had to Give Away, écrit par Martin Sixsmith (le journaliste qui accompagne Philomena lors de son enquête dans le film). L’adaptation cinématographique a cependant pris quelques libertés, notamment en ce qui concerne le personnage de Martin Sixsmith justement, interprété ici par Steve Coogan. Il est d’ailleurs l’un des scénaristes du film avec Jeff Pope. Touchant à souhait, il apporte de surcroît une dimension comique non négligeable, qui permet de relâcher un peu la pression.
L’amitié entre les protagonistes est retranscrite avec authenticité, par le biais d’acteurs géniaux qui servent le film de manière admirable. Steve Coogan a contre-courant face à une Judi Dench bouleversante et attendrissante.

Dans l’atmosphère austère baignée par la brume irlandaise s’installe une critique acerbe de la religion, qui sans être tout à fait catégorique, assène tout de même très clairement quelques coups de canif dans les pratiques rétrogrades, et profondément cruelles des couvents de l’époque. Ces mêmes établissements religieux d’antan qui loin de servir des principes nobles, ont détruit la vie de femmes. Par la pratique d’un business autour de vies humaines absolument révoltant, ces couvents ont réduit à néant l’existence de nombre de mères. En cela, Philomena est une oeuvre féministe, complètement ouverte sur le monde et emplie de tolérance. Judi Dench porte le flambeau avec brio incarnant un personnage tourmenté, se débattant avec ses idées et dans le doute.

Philomena est une enquête passionnante qui nous plonge au cœur de différentes époques et lieux géographiques, se servant de plusieurs niveaux de narration. Il y a beaucoup de richesses dans ce long-métrage empreint d’un fort sentiment de liberté. On passe de l’engouement à la tristesse et du rire à la colère. En somme tous les ingrédients sont réunis pour peut-être assurer au film une place aux oscars …

@ Audrey Cartier

philomena-photo-dench-cooganCrédits photos : Pathé Distribution

Par Audrey Cartier le 14 janvier 2014

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Karl Libus
Karl Libus
6 années il y a

Très beau film… On s’en souvient…

Cartier Audrey
Cartier Audrey
6 années il y a

Oui, très beau et émouvant 🙂