[Critique] REAL STEEL

CRITIQUES | 22 janvier 2012 | 2 commentaires

Titre original : Real Steel

Rating: ★★★★☆
Origine : États-Unis / Inde
Réalisateur : Shawn Levy
Distribution : Hugh Jackman, Evageline Lilly, Hope Davis, Dakota Goyo…
Genre : Action/Comédie
Date de sortie : 19 octobre 2011

Le Pitch :
Dans le futur, la boxe est devenue un sport robotique qui voit de gigantesques machines se mettre sur la tronche. Charlie, ancienne gloire des rings, vivote en manageant de vieux robots. Cynique et désenchanté, Charlie voit un beau jour son fils de 11 ans, qu’il ne connait pas, débarquer dans sa vie. Le père et le fils tombent alors par hasard sur un ancien robot d’entrainement, que Max décide de remettre sur pied, avec pour objectif de le faire combattre. Contre toute attente, le robot va se montrer plus compétitif que son apparence chétive ne pouvait le laisser penser et finir par représenter l’unique chance de Charlie de pouvoir à nouveau tutoyer les sommets…

La Critique :
Le concept sentait bon le navet. Un délire tout juste bon à distraire les enfants en bas âge ou les fans hardcore de Transformers. Seul le casting et les présences de Steven Spielberg et de Robert Zemeckis pouvaient à la limite amener le manant à pousser la porte de la salle obscure la plus proche mais c’est tout. Autant dire que le combat était perdu d’avance, surtout si on prenait en considération le C.V. de Shawn Levy, réalisateur chargé d’orchestrer ces affrontements mécaniques.
Pourtant, il n’en est rien. Real Steel est un bon film, un vrai. Au sens old school du terme. Un long-métrage certes riche en effets spéciaux, mais reposant finalement sur des valeurs profondément humaines. Les mêmes que celles qui animent des films comme Rocky ou le récent Warriors. Les mêmes qui utilisent le sport comme vecteur de dépassement.
En cela, Real Steel est une véritable surprise. Pas un chef-d’œuvre, mais un excellent divertissement, qui en plus de ravir les plus jeunes, possède tous les éléments pour tenir cloués sur leur siège les adultes.

De plus, Real Steel ne se repose jamais entièrement sur ses effets-spéciaux (par ailleurs très réussis). Contrairement à Transformers qui met en scène des créatures de fer, aussi creuses que transparentes, le film de Shawn Levyl n’oublie pas et priviligie les hommes qui se cachent derrière les robots. De quoi conférer au long-métrage un supplément d’âme non négligeable, qui ici, fait toute la différence. Un détails mis en valeur par les performances des acteurs, tous très justes, de Hugh Jackman à Evangeline Lilly, en passant par le formidable Dakota Goyo, qui devrait refaire parler de lui très prochainement.
Alors bien-sûr, Real Steel n’est pas franchement original et se positionne dans la droite lignée de Rocky, sans chercher à aller plus loin (mais est-ce vraiment possible d’aller plus loin que Rocky ?). Les sentiments exarcerbés pourront en rebuter plus d’un, tout comme le caractère familial du long-métrage. De plus, l’ensemble ne jouit pas d’un bon goût absolu si on considère l’apparence parfois douteuse de certains robots. Mais finalement tout ceci n’a que peu d’importance, car il suffit de se laisser porter par le film pour voir l’essentiel. Real Steel remplit sa part du marché en défiant les pronostics. Le challenger remporte la mise, avec panache, coeur et bravoure, dans un esprit proche des productions enchantées “made in Amblin” des années 70-80. Il serait dommage de bouder son plaisir.

@ Gilles Rolland

 

Parce qu’il n’y a pas que des robots dans Real Steel

Par Gilles Rolland le 22 janvier 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] ces derniers, nous vous conseillons de vous jeter en premier lieu sur Real Steel (critique ici). Bonne surprise de l’année 2011, Real Steel organise la rencontre entre […]

trackback

[…] Butler and John Richardson Hugo Cabret- Rob Legato, Joss Williams, Ben Grossman and Alex Henning Real Steel – Erik Nash, John Rosengrant, Dan Taylor and Swen Gillberg LA PLANÈTE DES SINGES : LES […]