[Critique] THE LIFEGUARD

CRITIQUES | 11 octobre 2016 | Aucun commentaire
the-lifeguard-poster

Titre original : The Lifeguard

Rating: ★★★½☆
Origine : États-Unis
Réalisatrice : Liz W. Garcia
Distribution : Kristen Bell, Martin Starr, Mamie Gummer, David Lambert, Joshua Harto, John Finn, Amy Madigan…
Genre : Drame
Date de sortie : 2 octobre 2016 (Netflix)

Le Pitch :
Leigh, une journaliste trentenaire, décide de quitter New York pour retourner vivre chez ses parents dans une petite bourgade du Connecticut. Déprimée et indécise quant à la direction à donner à sa vie, elle choisit de reprendre son ancien boulot de maître-nageuse à la piscine du coin. L’occasion de renouer non seulement avec sa famille, mais aussi avec ses amis…

La Critique :
Premier film de Liz W. Garcia, qu’elle a par ailleurs également écrit, The Lifeguard s’inspire en majeure partie de son propre parcours de vie, et embrasse des thématiques courantes dans le cinéma contemporain. Tellement courantes qu’il serait avisé de parler aujourd’hui de style à part entière, quand on aborde ces œuvres portant sur des trentenaires un peu blasés, qui se tournent avec mélancolie vers un passé qu’ils évaluent à la hausse en tentant de le revivre avec plus ou moins de succès. Un sujet particulièrement porteur, même si il donne aussi parfois l’occasion à ceux qui s’y attaquent de partir dans toutes les directions ou simplement de suivre un cheminement classique et attendu. The Lifeguard, si il ne révolutionne pas le genre, a néanmoins le bon goût de se montrer suffisamment pertinent pour toucher au vif et offrir à son propos un écho qui fait toute la différence. Merci Netflix d’avoir permis au film de sortir après être resté bloqué à nos frontières depuis sa première américaine en juin 2013.

the-lifeguard-david-lambert

Leigh, la jeune femme au centre de l’histoire, choisit non seulement de laisser son super job de journaliste de côté pour retourner dans sa ville natale, mais aussi de reprendre son ancien travail de surveillante de baignade. L’argent, pour elle, n’a que peu d’importance, vu ses petits besoins, à l’heure où une introspection s’impose. Une réflexion intérieure que le film illustre à grand renfort de débordements plus ou moins francs du collier, sans jamais vraiment céder à l’appel de la comédie. Si l’introduction, à New York, durant laquelle on comprend plus ou moins que Leigh déprime, n’annonce pas une franche rigolade, la suite aurait pu venir chatouiller toutes ces comédies américaines qui abordent le même sujet délicat du passage à l’âge adulte avec humour et fantaisie. Mais non, The Lifeguard reste relativement sérieux et sobre. Au bout d’un moment, il verse même dans le drame pur et dur, mais évite heureusement toute forme d’excès, de part un traitement plein de sensibilité et de pudeur.

L’écriture du film n’est pas vraiment marquée par son audace, contrairement à la performance de Kristen Bell, qui trouve d’ailleurs carrément l’un des meilleurs rôles de sa carrière. Charismatique en diable, elle sait par quel bout prendre ce personnage complexe et ambigu, et ne tombe pas dans la pure complaisance, sans chercher à brosser le public dans le sens du poil. L’actrice se donne à fond et réussit, de part son engagement et son talent, à masquer les travers d’un scénario un peu opportuniste et facile. Il en est d’ailleurs de même pour les comédiens, Martin Starr et Mamie Gummer en tête, dont la bande saura à n’en pas douter évoquer à chacun des souvenirs d’enfance (si vous avez plus de 30 ans bien sûr). C’est d’ailleurs l’un des objectifs évidents du long-métrage, qui s’adresse à ceux qui ont l’âge des protagonistes : parvenir à illustrer au sein d’un récit doux-amer les difficultés qui vont avec le passage du temps et traiter des responsabilités et de la nécessité de s’engager et de faire des choix déterminants ainsi que du poids de certaines erreurs, jadis excusables mais plus du tout désormais.
The Lifeguard s’acquitte donc de sa tâche sans flamboyance nette mais avec sérieux, et l’émotion sait se faire une place petit à petit, jusqu’au magnifique plan final, plein d’un espoir tangible et vibrant.

En Bref…
Film indépendant marqué par certains automatismes un peu trop voyants, The Lifeguard n’en reste pas moins pertinent dans sa façon d’aborder son sujet fédérateur. Il peut de plus compter sur une Kristen Bell magnifique dans tous les sens du terme, à la fois lumineuse et sombre.

@ Gilles Rolland

the-lifeguard-kristen-bell  Crédits photos : Screen Media Films

Par Gilles Rolland le 11 octobre 2016

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments