[Dossier] Tous les films Vendredi 13 classés du pire au meilleur

DOSSIERS | 15 octobre 2017 | Aucun commentaire

Jason Voorhees est l’une des stars du slasher. Aux côtés de Freddy Krueger, Michael Myers ou encore Pinhead et Chucky, Jason a façonné à grands coups de machette le cinéma d’horreur américain des années 80, créant un genre nouveau puis entretenant des codes, qu’il a également usé jusqu’à la corde sous l’impulsion de producteurs désireux de toujours plus capitaliser sur son nom et sur celui de ses contemporains. Quoi qu’il en soit, et même si elle est souvent moins plébiscitée que la saga Freddy et la saga Halloween, la saga Vendredi 13 réserve de grands moments d’anthologie. Suffisamment en tout cas pour s’imposer comme une vraie pierre angulaire. Mais quels sont les meilleurs films de la franchise ? Et les pires ? État des lieux…

12 – Vendredi 13, chapitre V : une nouvelle terreur

Le seul épisode de la saga où Jason n’intervient pas est logiquement le moins bon du lot. Oui parce qu’ici, c’est un pauvre type qui se fait passer pour le tueur à la machette. Alors certes, certains meurtres sont plutôt inventifs mais la découverte finale, qui nous apprend donc que Jason n’a rien à voir avec la choucroute et qu’il gît toujours six pieds sous terre, rend ce film non seulement super anecdotique mais aussi terriblement décevant.

via GIPHY

11 – Vendredi 13, chapitre VIII : l’ultime retour

Sans problème le plus débile du lot. Un opus pas vraiment désagréable car tellement aux fraises qu’il en devient très drôle mais néanmoins vraiment hyper bancal et surtout totalement je-m’en-foutiste vis à vis des origines de la saga. Ici, on découvre que Crystal Lake, qui était un lac, est en fait relié à l’Océan Atlantique et que des croisières sont régulièrement organisées. Une pirouette scénaristique parfaitement crétine qui permet d’emmener Jason à Manhattan pour que ce dernier fasse un peu de ménage. Pour autant, si l’idée de voir Jason se balader à Times Square pour dessouder du mac et du dealer est des plus séduisantes, le film lui, passe le plus clair de son temps sur le bateau, à nous montrer le tueur du vendredi assassiner sans trop de conviction des passagers qui n’en demandaient pas tant. Dispensable.

via GIPHY

10 – Vendredi 13, chapitre VII : un nouveau défi

Forcément, après l’excellent sixième volet, ça fait tout drôle. Sorte de mélange boiteux de Carrie et de Vendredi 13, ce nouveau défi n’a de nouveau que son titre. Jason n’y est pas spécialement en forme, les personnages sont particulièrement crétins (mais pas dans le bon sens) et finalement rien ne vient déranger une confortable routine que jamais le réalisateur ne tente de bousculer un tant soit peu.

via GIPHY

9 – Jason va en Enfer

Un long-métrage assez furieux, violent et rythmé qui souffre néanmoins là encore de l’absence de Jason. Enfin, façon de parler car au fond, Mr. Voorhees est bien là. Le truc, c’est qu’il a désormais le pouvoir d’habiter différents corps pour perpétrer ses meurtres. Un pirouette scénaristique qui fait plus de mal que de bien au film, même si, encore une fois, celui-ci assure le show.
À noter le plan final hyper jubilatoire, qui annonce Freddy contre Jason.

via GIPHY

8 – Jason X

L’idée de base, qui consiste donc à emmener un Jason entièrement relooké dans l’espace, n’avait rien de vraiment funky sur le papier. Pourtant, le film est étrangement bon. Vraiment inventif et parfois très drôle également. Et même si on préférera toujours Jason avec son masque de hockey et son bleu de travail tout dégueulasse, force est de reconnaître que sa tronche et sa tenue soulignent bien sa puissance et son invincibilité.

via GIPHY

7 – Freddy contre Jason

Un fantasme devenu réalité. Un affrontement d’envergure entre deux des boogeymen les plus célèbres du cinéma d’horreur américain. Un film un peu bancal mais assurément jouissif, qui réserve de grands moments bien décomplexés, où la verve de Freddy et la brutalité de Jason font merveille. On se fout par contre un peu de l’intrigue qui tente de nous expliquer le pourquoi du moment vu que Freddy contre Jason ne vaut finalement que pour les scènes qui voient Freddy se fritter avec Jason.

via GIPHY

6 – Le Tueur du Vendredi

Le numéro 2 ! Celui qui introduit Jason dans la partie. Un tueur qui ne porte pas encore son célèbre masque de hockey, mais un vieux sac tout moisi. Pas de quoi entamer son enthousiasme pour autant. Assez timide, Jason met néanmoins du cœur à l’ouvrage et permet au film de véritablement lancer la franchise.

via GIPHY

5 – Vendredi 13 (remake)

Un bon remake. Mieux que celui des Griffes de la Nuit en tout cas. Un film qui tente de modifier un tout petit peu le personnage, tout en en respectant les codes. Visuellement soigné (Marcus Nispel est, quoi qu’on pense de son Conan, un solide artisan), brutal et rythmé, ce Vendredi 13 ne démérite vraiment jamais et propose un show à la hauteur de la légende du personnage.

via GIPHY

4 – Meurtres en 3 dimensions/Le Tueur du Vendredi 2

C’est l’épisode qui voit Jason trouver son masque de hockey et c’est aussi un peu, en ce sens, le premier vrai « Jason movie ». Un long-métrage somme toute classique mais très bien exécuté, baignant dans une ambiance qui cristallise parfaitement tous les codes du slasher.

via GIPHY

3 – Vendredi 13 : Chapitre Final

À l’époque, et on s’en doute un peu vu le titre, ce film devait être le dernier de ce qui fut donc, à un moment donné, pensé comme une trilogie. Une « conclusion » qui s’impose comme une forme plutôt noble du slasher ultime tel qu’il fut envisagé dans les années 80. Du premier au dernier meurtre, Vendredi 13 : Chapitre Final ne démérite jamais et réussit à surpasser son prédécesseur pourtant déjà très satisfaisant. Il faudra attendre quelques années avant de revoir Jason dans une si bonne forme.

via GIPHY

2 – Vendredi 13

Le premier épisode de la saga. L’une des œuvres fondatrices du slasher. Un film culte qui n’est peut-être pas aussi effrayant et maîtrisé qu’Halloween et pas aussi original et pervers que Les Griffes de la Nuit, mais qui a néanmoins su se poser comme une sorte de mètre-étalon du film de psycho-killer. Un cadre hyper photogénique, la campagne du New Jersey, des meurtres bien sauvages, des effets-spéciaux signés par le maître Tom Savini et un twist déconcertant… Que demander de plus ? Bien sûr, il fut assez décevant pour tous les adolescents qui ont découvert le film en pensant y retrouver Jason, que ce dernier était absent du film (c’est sa mère la meurtrière), mais avec un peu de recul, il faut reconnaître au scénario une certes maestria et au dénouement un impact dramatique plutôt inhabituel dans ce genre d’exercice.

via GIPHY

1 – Vendredi 13, Chapitre VI : Jason le mort-vivant

Le sixième volet, où Jason devient officiellement un mort-vivant (alors que visiblement, jusqu’ici, il était encore humain, malgré tout ce qu’il avait encaissé) est aussi le meilleur. Le plus violent, le mieux écrit, le plus représentatif du personnage et le plus divertissant. Mention à la scène qui voit Jason surgir de sa tombe, qui est probablement la meilleure de toute la saga. À noter que c’est dans ce film qu’on peut entendre le tube d’Alice Cooper, He’s Back (The Man Behind The Mask), spécialement composé pour l’occasion. Un must !

via GIPHY

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 15 octobre 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments