Fantasia 2015 – Jour 1 : Image du monde flottant

FANTASIA 2015 FOREIGN CORRESP. | 15 juillet 2015 | Aucun commentaire

14 juillet. Premier jour. Dans un ascenseur pour aller récupérer mon accréditation média. Une grande fille, très grande fille (1,85m), seule avec moi dans cet espace réduit intimidant (on se calme), entame la conversation.
– Tu y vas aussi pour Fantasia ?
– Oui
– Ça fait longtemps que tu fais le festival ?
– Quelques années, oui.
– Cool, tu dois me connaître alors.
– Euh… (maudite cervelle de poisson)
– Ben si, c’est moi, Dracula !
– Euh, ouais ?
La grande fille sort alors un dvd de son sac et me le colle devant le visage.
– Là, tu vois, c’est moi.
– Ah, euh, ok. Cool…
– Fait que, c’est ça. je me déguise chaque année en Christopher Lee et je fais une animation pendant le festival.
– Super. Mais du coup tu dois être un peu triste, parce que…
– J’ai capoté, tu peux pas savoir. Tu sais que tout le monde m’a appelé quand il est mort. Tout le monde. Je voulais pas le croire.
– C’est sûr, ça doit faire quelque chose.
– Ben oui, c’était comme mon chum, Christopher Lee. Même si parfois, ça faisait un peu mal au dos.
– Hein, quoi ?
– Ben oui, Dracula. Le problème, t’es toujours dans un cercueil.
– … Ah d’accord. Bon festival alors, salut. (ouvre-toi, ascenseur, viiiite !!)

Films visionnés :

Miss Hokusai, de Keiichi Hara – Rating: ★★★★½

Miss-Hokusai
Une merveille pour commencer. Et en présence du réalisateur, auteur du déjà très remarqué Colorful. Le film raconte l’histoire du célèbre peintre japonais, Katsushika Hokusai (mais si vous connaissez La Grande Vague de Kanagawa), à travers le regard de sa fille O-Ei, jeune femme indépendante et éprise de liberté. Ce qui fascine, c’est de constater à quel point les estampes japonaises, particulièrement pendant le mouvement Ukiyo-e (terme japonais signifiant « image du monde flottant »), avaient une importance considérable sur les consciences. Des œuvres fortes qui témoignent encore aujourd’hui de toute la richesse de la culture japonaise. Du réel à l’imaginaire, Miss Hokusai est un rêve éveillé. Sublime et envoûtant. Le film sort en France le 2 septembre prochain.

Ant-Man, de Peyton Reed – Rating: ★★★½☆

Ant-Man

Pas dingue de Marvel et de ses marveleries. Pourtant, je ne pouvais décemment pas rater l’occasion de découvrir les aventures fantastiques de cet homme-fourmi offertes à Fantasia, cadre on ne peut plus à propos pour déguster ce genre de films. Une salle comble et un public mordu. Impossible de compter le nombre de t-shirts arborant un personnage de super-héros. Malade ! Le film démarre et, déjà, tout le monde est à fond la caisse et participe activement à l’entreprise. Alors on se laisse prendre. Mieux encore, on apprécie. Parce que c’est pas mal du tout, en fait. Rythmé, drôle et inventif, on sent que le célèbre marchand de glaces, Edgar Wright, a passé du temps sur le projet avant de le quitter, à la dernière minute. Même si l’ensemble reste hyper calibré, sa patte est omniprésente. Parce que c’est malin, bien vu, avec un paquet de trouvailles. Parce que ce regard sur ce genre-là au cinéma, monumentale bastonnade qui casse tout partout, nous rappelle à quel point elle est souvent plus insignifiante qu’elle n’y paraît. (voir aussi la critique de Gilles…)

Retour au dossier Fantasia 2015 

@ Nicolas Cliet-Marrel

Par Nicolas Cliet-Marrel le 15 juillet 2015

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments