[News] Le Hobbit : Retour sur la version longue de La Désolation de Smaug

NEWS | 7 décembre 2014 | Aucun commentaire
br-the-hobbit-2-version-longue

Fidèle à ses habitudes, Peter Jackson a offert à ses fans l’incontournable version longue du Hobbit : La Désolation de Smaug, courant novembre, quelques semaines avant la sortie de l’ultime volet de cette potentielle dernière aventure en Terre du Milieu.
Alors que la version longue d’Un Voyage Inattendu (l’article sur le director’s cut ici)s’imposait comme l’épisode le moins rallongé de toute la saga (le plus rallongé restant à ce jour Le Retour du Roi, avec cinquante minutes en plus), celle de La Desolation de Smaug permet de rester auprès des personnages 25 minutes de plus, pour une durée totale qui culmine à exactement 3h06.

Impressionnant de maîtrise, le nouveau montage ne souffre d’aucune approximation. Les nouvelles scènes sont intégrées à la perfection au reste. Le résultat, on a l’habitude, rend relativement obsolète la version cinéma et s’impose comme la version incontournable du film. Celle qu’a vraiment désiré Peter Jackson et qui rend parfaitement hommage au livre de J.R.R. Tolkien.
À noter qu’ici, cette observation est encore plus valable que pour Un Voyage Inattendu, tant les ajouts s’avèrent non seulement pertinents, mais entraînent pour la plupart d’entre eux une relative incompréhension quant à leur suppression pour l’exploitation en salle du long-métrage.


Mais c’est toute la magie de ces versions longues. Lorsqu’on découvre le film à sa sortie, celui-ci apparaît complet, mais quand les scènes additionnelles font leur apparition, on se demande comment tout a pu réellement fonctionner sans elle. Une magie qui met bien sûr en exergue la pertinence du travail de Jackson et de son équipe, que ce soit au niveau technique, mais surtout sur un plan narratif, tant les ajouts démontrent d’une vraie volonté d’explorer des pistes à peine effleurées dans la version cinéma, dont le principal effet secondaire est d’étoffer une histoire déjà bien touffue.
Quoi qu’il en soit, jamais le film ne s’égare et jamais il ne brode par pur plaisir de broder et de s’étirer sur la longueur. On comprend illico pourquoi Jackson a souhaité intégrer ces séquences.

La-desolation-de-samug-le-hobbit-coffret 14634-le-hobbit-la-desolation-de-smaug-la-version-longue-arrive-le-deuxieme-opus-de-la-trilogie-le-hobbit-arrive-avec-25-min

La première scène de La Désolation de Smaug bénéficie d’emblée de quelques ajouts qui plantent les graines d’une autre séquence, plus longue, ajoutée au moment où Gandalf pénètre dans la citadelle de Dol Guldur, tentant de débusquer le Nécromancien et ses sbires. Si les ajouts lors de la première scène ne se limitent qu’à quelques dialogues, ils incluent carrément un « nouveau personnage » quand Gandalf se retrouve à Dol Guldur, et on imagine très bien que couper ces scènes pour exploiter le film en salle fut un crève-cœur pour Jackson, tant elles servent la puissance émotionnelle du récit.
Parfois jugé comme trop court, l’épisode qui voit les nains d’Erebor, Gandalf et Bilbon rencontrer Beorn le change-peau, est aussi considérablement rallongé. On assiste alors à la présentation en bonne et due forme de la communauté et de Beorn, ce qui rapproche un peu plus cet épisode de l’histoire de la version telle que l’a écrite Tolkien. L’occasion également d’injecter un petit peu plus d’humour au film.
La traversée de la forêt de Mirkwood se voit elle-aussi allongée de quelques minutes, tout comme l’étape des nains et de Bilbon à Lacville. Le Maître se voit ainsi offrir deux séquences absentes du montage initial. Par contre, aucune modification notable concernant Smaug.

Voici en substance à quoi se résument les ajouts de Peter Jackson à La Désolation de Smaug. En résultent 186 minutes de bonheur ultime. Un bonheur à savourer en DVD ou en Blu-ray. Ce dernier offre une image et un son irréprochables, que ce soit en 2D ou en 3D. Côté bonus, c’est une véritable orgie d’images inédites qui s’offre à vous avec 9 heures de reportage sur le tournage du film. Tous les aspects de la fabrication du long-métrage sont passés au crible, de la musique aux effets-spéciaux, en passant par l’écriture, les décors, les acteurs, ou encore les cascades.

Beorn-Le-hobbit

Lorsqu’on est vraiment fan, inutile de s’attarder sur l’édition DVD/Blu-ray de la version cinéma. Le film est plus court, les bonus moins consistants… Ici, on en a clairement pour notre argent. Et en parlant d’argent, là aussi comme à l’accoutumée, les plus hardcore pourront s’offrir le coffret ultime contenant une statuette du film représentant l’évasion en tonneau (89€). Petit détail un peu regrettable : le package de l’édition Blu-ray 2D ne contient pas le DVD du film, contrairement à celle d’Un Voyage Inattendu.

Alors que La Bataille des Cinq Armées déboule dans les salles obscures, on trépigne déjà d’impatience en pensant à la version longue qui verra en toute vraisemblance le jour en novembre 2015. À quand un marathon en salle des 6 films de la saga dans leur version Director’s cut ?

Le-Hobbit-Smaug-Gandalf

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 7 décembre 2014

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments