[Critique] INTO THE WILD

STARVIDEOCLUB | 29 décembre 2012 | Aucun commentaire

Titre original : Into the Wild

Rating: ★★★★★
Origine : États-Unis
Réalisateur : Sean Penn
Distribution : Emile Hirsch, Marcia Gay Harden, William Hurt, Jena Malone, Brian Dierker, Catherine Keener, Vince Vaughn, Kristen Stewart, Hal Holbrook, Zach Galifianakis, Jim Gallien, Thure Lindhardt, Signe Egholm Olsen…
Genre : Aventure/Drame/Adaptation
Date de sortie : 9 janvier 2008

Le Pitch :
Christopher McCandless, 22ans, vient tout juste de recevoir son diplôme universitaire. Promis à un brillant avenir, le jeune homme, fervent admirateur des récits de Thoreau et de Jack London, décide pourtant de tout laisser tomber et de prendre la route, avec pour but de rallier l’Alaska, pour vivre en pleine nature. Christopher fera durant son périple de nombreuses rencontres… Histoire vraie…

La Critique :
C’est à l’auteur de Tragédie à l’Everest, John Krakauer, que l’on doit le récit détaillé du périple de Christopher McCandless. Un récit publié en France sous le titre Voyage au bout de la solitude (Into the Wild en version originale), dès 1997, qui tapa dans l’œil d’un Sean Penn, tout de suite désireux de porter à l’écran l’aventure de ce jeune américain parti sur les traces de ses héros, Jack London et Henry David Thoreau en tête.
C’est donc après une dizaine d’années, faites de discussions au sujet de son projet, avec notamment la famille McCandless, que Penn put se mettre au boulot et ainsi réaliser ce qui est très vite devenu un classique du cinéma américain, au même titre que Jeremiah Johnson, pour rester dans un registre proche.

C’est après avoir mis en scène Indian Runner, Crossing Guard et The Pledge que Sean Penn embrassa donc la destinée de Christopher McCandless, en gardant à l’esprit l’importance de faire preuve d’une pudeur mâtinée authenticité, indispensable à la bonne tenue du long-métrage. À première vue, rien à voir entre Into the Wild et les autres réalisations de Penn, mais si on y regarde à deux fois, on remarque que tous partagent cette notion de solitude. Tous les personnages principaux de ses films ont en commun ce sentiment d’abandon, allié à un désir de changement. Que l’on parle du père meurtri et assoiffé de vengeance de Crossing Guard, du flic retraité de The Pledge, ou des deux frères d’Indian Runner. Toutes les œuvres de Penn résultent d’un investissement total et traduisent principalement l’isolement de personnages désireux de se sortir d’une situation. Qu’elle soit géographique ou psychologique.
Vu sous cet angle, rien d’étonnant à ce que l’ex de Madonna ait trouvé un écho chez Christopher McCandless et sa volonté inébranlable de creuser sa propre voie, quitte à nager à contre-courant d’une société patriarcale étouffante, réductrice et consumériste. Un homme descendant directement des rebelles que lui-même admire et cousin éloigné de Kerouac, de Jim Morrison (avec cette fameuse fuite vers l’Ouest) et de ses personnalités hors-norme en perpétuelle lutte pour préserver/gagner leur liberté légitime, dans un monde qui a la fâcheuse tendance à la prendre en otage.

Le challenge était pour Sean Penn d’arriver à restituer avec le maximum d’exactitude, l’histoire de Christopher McCandless, sans heurter la famille, qui avait placé en lui sa confiance, mais en n’omettant pas d’évoquer les vraies motivations du jeune homme. D’où la longue gestation du projet. Au final, le film retranscrit remarquablement bien, avec sensibilité, mais aussi âpreté, les raisons qui ont poussé McCandless à se lancer dans son périple. La famille a joué un rôle, et la violence qui animait ce foyer en apparence si tranquille n’est pas placée sous silence. L’amour de cette mère et de ce père démunis non plus bien entendu. Et si on comprend au final pourquoi les choses se sont déroulées de cette façon, on saisit aussi la détresse d’une famille qui se retrouve dans la perte d’un être cher. Une prouesse qui a aucun moment ne ressemble à un portrait putassier et opportuniste d’un drame familial comme les émissions de télévision peuvent en diffuser tous les jours. Des qualités déjà présentes dans le livre. Un ouvrage plus proche du reportage que du roman, qu’il fallu transformer en long-métrage sans en amoindrir la force évocatrice.
Pour cela, Sean Penn a choisi de morceler sa narration. Le film débute alors que Christopher McCandless arrive au Magic Bus, cet engin abandonné au beau milieu de nulle part, en Alaska. Ensuite, les allers-retours entre le bus et les étapes du voyage du personnage principal se succèdent. Quand ce n’est pas le héros qui raconte lui-même ses aventures, c’est sa sœur, restée auprès de ses parents et elle aussi sans nouvelles, qui livre ses ressentis. Parfois, c’est Eddie Vedder qui illustre la moelle profonde de l’histoire, via les paroles des chansons qu’il a composées tout spécialement pour le film. Au final, les points de vue se télescopent et laissent entrevoir la véritable motivation, ainsi que la personnalité d’un aventurier céleste certes pétris d’idées nobles, mais également tiraillé par certaines contradictions tragiquement humaines.
Une manœuvre qui permet de rythmer astucieusement le film, sans lui laisser le temps de s’enliser dans la routine, tout en lui conférant un cachet atypique et personnel, laissant apparaître la personnalité de McCandless, mais aussi celle de Sean Penn.

Elle tient peut-être à cela, la réussite d’Into the Wild. Sean Penn, Christopher McCandless et Eddie Vedder se ressemblent. Tous les trois partagent une soif d’aventure et des questionnements existentiels qui s’accordent avec une harmonie teintée de mélancolie. Car il ne faut pas oublier de souligner le rôle prépondérant d’Eddie Vedder dans la réussite d’Into the Wild. Le leader de Pearl Jam, héros de la scène grunge de Seattle, a composé une suite sublime de morceaux à fleur de peau en acoustique pour la plupart. Associés à sa voix, les images d’une Amérique sauvage et les mots de McCandless, prennent une tournure vibrante. Totalement au service de la vision de Penn, qui est lui même au service de celle de McCandless, Vedder chante à l’unisson d’une nature enveloppante, tantôt accueillante, tantôt agressive et il y a fort à parier que sans sa musique, le film n’aurait pas eu le même impact dévastateur.

Beaucoup plus complexe qu’elle n’en a l’air, l’histoire d’Into the Wild trouve avec ce film une illustration parfaite. Sean Penn a pris son temps. Son film aussi. Parcourue de fulgurances visuelles résultant d’un tournage exclusivement extérieur, cette oeuvre à la poésie touchante et personnelle rend grâce à la nature et condamne sans manichéisme la société dévorante et opportuniste.
Into the Wild est aussi magnifique qu’il s’avère difficile. Il ne juge jamais les actes de son protagoniste principal, sans pour autant essayer de cacher les contractions qui ne cessent de l’animer.
Dans le rôle principal, Emile Hirsch fait des prouesses et arrive à nuancer à la perfection son jeu. Physiquement investi, le comédien côtoie une kyrielle d’excellents comédiens, comme Vince Vaughn, la débutante Kristen Stewart, ou encore Hal Halbrook, qui campe un personnage attachant, lors d’une poignée de scènes qui ne manquent pas de faire fonctionner à plein régime les glandes lacrymales.
Sans chercher à forcer le ton et se contentant d’une certaine façon de suivre le chemin tracé par son personnage, Sean Penn ne tire pas la couverture à lui. Il ne verse jamais dans l’esbroufe, rend hommage à une démarche à laquelle il est légitime de ne pas adhérer (ou d’adhérer complètement), sans juger. Son regard est celui d’un ex chien fou qui aujourd’hui, a su canaliser une verve virulente, sans la faire taire, sous couvert de choix de carrière intelligents et ambitieux.
Superbement épaulé, à la musique donc, mais aussi à la photographie, Sean Penn réalise avec Into the Wild un chef-d’œuvre naturaliste, humain et philosophique. Un tour de force qui vient nourrir une filmographie déjà impressionnante, dédiée à ces marginaux que le monde caricature et oublie.
Into the Wild tient sur un sens de la cinématographie flagrant, tout en empruntant certains réflexes de narration au documentaire. Contemplatif, haletant, émouvant et poignant, il casse les codes et ne finit par ressembler qu’à lui-même. Comme Christopher McCandless qui cherchait justement, au travers de son voyage, à trouver la vraie nature des choses. Et à l’instar de cette réplique de McCandless, en fin de film, qui nous invite à appeler les choses par leur vrai nom, il convient de qualifier Into the Wild de monument d’un cinéma américain noble.

@ Gilles Rolland

Crédits photos : Pathé Distribution

Par Gilles Rolland le 29 décembre 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments