[Critique] MINUIT À PARIS

STARVIDEOCLUB | 9 novembre 2013 | Aucun commentaire

Titre original : Midnight in Paris

Rating: ★★★★☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Woody Allen
Distribution : Owen Wilson, Rachel McAdams, Marion Cotillard, Michael Sheen, Kathy Bates, Adrian Brody, Léa Seydoux, Nina Arianda, Alison Pill, Corey Stoll, Tom Hiddleston…
Genre : Comédie
Date de sortie : 11 mai 2011

Le Pitch :
Sur le point de se marier, un jeune couple américain passe quelques jours à Paris. Alors que la future épouse préfère flâner entre musées et boutiques de luxe en compagnie de deux amis, le jeune homme, écrivain plein d’incertitudes, aspire à une vie différente et entretient un amour immodéré pour le Paris des artistes…

La Critique :
Autrefois farouchement attaché à New-York, sa ville natale, Woody Allen a commencé, en 2005 a explorer la vieille Europe. Après Londres et Barcelone, voici donc l’inévitable séjour parisien.
L’inspiration n’est ici pas la même. D’humeur plutôt noire et cynique en Angleterre et coquine en Espagne, Allen se montre enthousiasmé sur la Rive gauche. Résultat : Minuit à Paris est un enchantement de tous les instants !

Sur une base très simple (un couple d’américain débarque à Paris), le cinéaste tisse une intrigue étonnante et évite miraculeusement la majorité des clichés « cartes postales » que nous étions en droit de redouter. Une manœuvre habile et légèrement roublarde car dynamitée dès les premières images qui voient défiler une succession de plans de la capitale sur fond jazzy.
La suite échappe vite aux pronostics et mérite la plus grande discrétion. D’ailleurs, mieux vaut ne pas trop en savoir et se laisser couler doucement dans cette fable, qui revisite avec respect et admiration tout un patrimoine. En l’occurrence le nôtre.

Woody Allen est un homme de goût et ses références forcent le respect. De plus, la naïveté touchante dont fait preuve le réalisateur sied à merveille à une ambiance hors du temps en tout point délicieuse.
Allen sert donc à son public un véritable café gourmand, riche en surprises acidulées et autres saveurs d’antan. À l’heure des hamburgers et de la culture prémachée, une telle volonté force bien évidemment le respect. À la fois différent et pour autant typique de son auteur, Minuit à Paris ravira les amateurs du responsable d’Annie Hall. Les dialogues y sont toujours aussi fins et truculents (le mot convient ici à merveille), le ton léger et les acteurs parfaits.
Owen Wilson est d’une justesse absolue en double de Woody Allen. Sans trop en faire, arrivant avec une parfaite aisance, dans le moule créé par le cinéaste depuis ses débuts (en gros, un type peu sûr de lui, en recherche perpétuelle d’autre chose…), Wilson apporte une fraîcheur inattendu, tandis que Rachel McAdams campe une peste impeccable. Marion Cotillard, l’une des caution frenchy, avec Léa Seydoux et Gad Elmaleh, donne envie de descendre sur les Champs Élysées et Adrian Brody est… hilarant.

À noter, qu’à l’instar de La Rose pourpre du Caire, qui reste peut-être le film le plus proche de Minuit à Paris dans la filmographie d’Allen, le film puise également sa force dans un non-respect des règles inhérentes au style qu’il effleure, à savoir le fantastique. Chez Allen, ce sont les personnages et leurs tribulations qui priment. Pas besoin d’aller chercher « minuit » à quatorze heures car « peu importe le flacon, pourvu qu’on ai l’ivresse ». Et les détails qui pourraient passer pour des incohérences de se transformer en ellipses habiles et typiques d’un magicien des mots et des mœurs.

Reste bien sûr quelques facilités scénaristiques, due à la façon dont Woody Allen appréhende la culture parisienne et plus largement celles de la vieille Europe. Du menu fretin, tant sa façon de s’approprier quelques fameuses figures de notre patrimoine reste unique. Quelque part en chemin, le plus new yorkais des francophiles raconte sa version de notre histoire artistique, parvenant du même coup à vulgariser des thématiques et des personnages bien connu. Sans se départir de sa propension à faire basculer la réalité dans l’absurde. Le mélange est délicieux et se déguste sans modération.

@ Gilles Rolland

minuit-a-paris-de-woody-allenCrédits photos : Mars Distribution

Par Gilles Rolland le 9 novembre 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments