[Critique] CARNAGE

CRITIQUES | 22 janvier 2012 | 1 commentaire

Titre Original : Carnage

Rating: ★★★★☆
Origine : France/Espagne/Pologne/Allemagne
Réalisateur : Roman Polanski
Distribution : John C. Reilly, Jodie Foster, Kate Winslet et Christoph Waltz…
Genre : Comédie
Date de sortie : 7 décembre 2011

Le Pitch :
Dans un jardin public, deux enfants en viennent aux mains. L’un frappe l’autre avec une branche et lui explose deux dents. Les parents décident alors de se réunir pour régler le conflit qui oppose leurs charmantes têtes blondes. Ce qui s’annonçait alors comme une simple mise au point va vite tourner au règlement de compte…

La Critique :
Ce soir au théâtre ! Roman Polanski adapte la pièce de Yasmina Reza, Le Dieu du Carnage (Yasmina Reza qui a co-écrit le scénario du film avec Polanski) ! Au menu, un règlement de compte sanglant (pas au sens propre même si il y a un peu de vomit) entre adultes plus ou moins consentants. Dans le rôle des parents opposés par le différent qui anime leurs enfants, une troupe talentueuse composée de la fine fleur du cinéma international. Il faut voir Kate Winslet bourrée donner la réplique à une Jodie Foster hystérique, tandis que John C.Reilly déguste avec Christoph Waltz un whisky haut de gamme ! Un spectacle mis en scène avec virtuosité. Une virtuosité relative et discrète qui contribue à offrir à cette joute verbale stimulante et drolatique un rythme enjoué. Ce soir sur les planches, Polanski se lache et ça fait du bien.

Illustré par une affiche très “Warholiene” (peut-être la grande affiche de 2011), le dernier Polanski n’est ni plus ni moins que du théâtre filmé. Huis-clos relativement court (et c’est bien comme ça), Carnage conserve les apparats théâtraux de son matériel d’origine, pour mieux se concentrer sur les interactions entre les personnages. Et quels personnages ! Farcis de défauts, travers et autres névroses, les héros de Carnage n’entrainent que rarement l’empathie. Ce qui aurait pu poser problème (par rapport à l’identification et tout ça…), fait alors la grande force du long-métrage. On ne s’attache jamais. Au point d’aimer détester ces bourgeois enfermés dans leurs psychoses et leurs préjugés. Polanski illustre ni plus ni moins à l’aide d’un échantillon représentatif, les travers de la société. Dis comme ça, la chose peut prêter à sourire mais c’est réellement cela. Les faux-semblants sont au cœur d’une problématique qui s’amuse à égratigner le vernis des apparences et des bonnes manières pour mettre à nu les personnalités. Et si Carnage peut paraitre froid et vain dans sa première demi-heure c’est qu’en réalité, il l’est ! Polanski et Reza prennent le temps d’installer le décor et l’ambiance. Histoire de mieux dynamiter les enjeux par la suite. Un parti-pris risqué qui donne tout son sel à un film certes inégal mais souvent jubilatoire.

Et si ce jeu de massacre dans un loft new-yorkais est si savoureux, c’est aussi grâce à ses acteurs. Tous brillants, les comédiens s’adonnent avec un plaisir communicatif à une partie de ping-pong verbal dont la montée en puissance, impitoyable, est souvent prétexte à de purs moments de truculence. Que ce soit le génial John C.Reilly, parfait en mari docile, Jodie Foster, impeccable en femme au bord de la crise de nerf, Christoph Waltz redoutable en avocat cynique pendu à son téléphone, ou Kate Winslet, troublante de fragilité, tout le monde est exactement à sa place.
Servis par des dialogues ciselés qui font souvent mouche, les acteurs portent le film jusqu’au bout, quitte à assurer durant les quelques baisses de régime. Carnage est le résultat d’un grand travail d’équipe. Simple, un poil élitiste et parfois irritant, Carnage trouve non seulement parfaitement sa place dans la filmographie de Polanski, mais prouve que le réalisateur ne recule pas devant l’exercice de style… ni devant l’humour scato.

@ Gilles Rolland

 

Par Gilles Rolland le 22 janvier 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Meilleure adaptation : Yasmina Reza & Roman Polanski (Carnage – Critique ici !) […]