[Critique] CHAOS WALKING

CRITIQUES | 5 septembre 2021 | Aucun commentaire
chaos-walking-poster

Titre original : Chaos Walking

Rating: ★★☆☆☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Doug Liman

Distribution : Tom Holland, Daisy Ridley, Mads Mikkelsen, Kurt Sutter, Nick Jonas, Demián Bichir, David Oyelowo, Cynthia Erivo…

Genre : Science-Fiction/Aventure/Adaptation

Durée : 1h49

Date de sortie : 27 juillet 2021 (Prime Video)

Le Pitch :

Dans un futur lointain, sur une planète coloniale surnommée Nouveau-Monde, le jeune Todd Hewitt tente de subsister dans son village d’où toutes les femmes ont disparu. Un endroit où autrefois une race d’extraterrestres a combattu les humains, finissant par propager un virus dévastateur. Sur cette planète où les pensées de chacun, sont audibles par tout le monde et où il semble impossible d’avoir le moindre secret. À moins d’apprendre à maîtriser ce que les hommes ont fini par appeler « le Bruit ». Un jour, une jeune femme fait son apparition…

La Critique de Chaos Walking :

C’est compliqué… Mis en chantier au début des années 2010, ce projet d’adaptation du bouquin de Patrick Ness, a d’abord vu Robert Zemeckis prendre les choses en main. Puis Zemeckis a quitté le navire au profit de Doug Liman. Le casting réuni, le tournage débuta au Québec durant l’été 2017 pour se terminer en novembre de la même année. Des projections test désastreuses effrayèrent le studio qui demanda des reshoots. Liman a alors cédé la place à Fede Alvarez, le réalisateur du remake d’Evil Dead et de Don’t Breathe. Puis c’est le Covid qui a mis à mal les plans de sortie. À tel point qu’au bout d’un moment, avant même de le voir, tout le monde a semblé se moquer de ce film maudit, mort dans l’œuf comme on dit. Film qui a chez nous déboulé dans l’indifférence générale sur Prime Video…

Chaos-Walking-Mads-Mikkelsen-Nick-Jonas

Bruit de fond

Le postulat de Chaos Walking est plutôt tordu. On ne doute pas que le truc du Bruit, ce phénomène qui fait que les pensées des gens sont audibles par tout le monde, passe bien dans le bouquin mais à l’écran, c’est vite épuisant. Voire ridicule. Surtout que les pensées en question se matérialisent aussi sous la forme de nuages de couleur bizarre, qui parfois donnent naissance à des formes plus ou moins distinctes. Du coup, rapidement, Chaos Walking ressemble à un gros bordel difforme. Mais comme il y a Mads Mikkelsen et d’autres acteurs sympas… Enfin, disons que les acteurs aident à aller jusqu’au bout parce que finalement, le film n’arrive jamais à trouver la bonne fréquence et se prend tellement de fois les pieds dans le tapis qu’il en devient plus usant que divertissant.

Pensées fatales

Visuellement, si on fait exception de ces effets-spéciaux envahissants, Chaos Walking fait néanmoins plutôt bonne figure. Le monde post-apocalyptique dans lequel évoluent les personnages a une certaine gueule. Le problème, et c’est assez drôle vu le concept du film, c’est que l’histoire avance dans un brouhaha totalement éreintant. Une histoire qui en plus, n’a rien pour elle. Enfin disons que le scénario a du être tellement réécrit qu’en l’état, il ne ressemble plus à grand chose. On pige le truc mais on s’en fout au bout de 30 minutes.

Dommage car on imagine parfois, au détour d’une séquence moins vaine que les autres, qu’entre d’autres mains, et dans d’autres conditions, Chaos Walking aurait pu sonner avec plus de pertinence et utiliser son postulat pour disserter sur des thématiques actuelles relatives à la place des femmes dans la société par exemple. Mais non, il préfère se réfugier derrière des clichés usés jusqu’à la corde sans prendre le moindre risque.

En Bref…

Impersonnel, reposant sur un concept ici tourné en ridicule, mou et peu palpitant, Chaos Walking est un grand film malade. La victime d’un système impitoyable qui a broyé les bonnes idées d’un livre à succès pour en faire une sorte de mixture indigeste et sans saveur. Inutile de s’appesantir là-dessus plus longtemps…

@ Gilles Rolland

Chaos-Walking-Daisy-Ridley-Tom-Holland
Crédits photos : Metropolitan Filmexport/Prime Video
Par Gilles Rolland le 5 septembre 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments