[Critique] COMMENT TUER SON BOSS ?

CRITIQUES | 21 janvier 2012 | Aucun commentaire

Titre original : Horrible Bosses

Rating: ★★★☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Seth Gordon
Distribution : Jason Bateman, Kevin Spacey, Charlie Day, Jennifer Aniston, Jason Sudeikis, Colin Farrell, Julie Bowen, Jamie Foxx, Donald Sutherland…
Genre : Comédie
Date de sortie : 17 aout 2011

Le Pitch :
Trois employés martyrisés par leurs patrons décident d’engager un tueur professionnel pour s’en débarrasser…

 

 

 

La Critique :
Si la comédie américaine est capable du meilleur (Apatow et sa clique), elle est aussi capable du pire. L’été américain nous en a justement apporté la preuve, avec les sorties successives de d’horriblement décevant Bad Teacher et du génialement irrévérencieux et hilarant Mes Meilleures Amies. Deux films pour deux écoles, qui représentent les deux facettes d’un genre éculé mais toujours aussi populaire. Que fallait-il donc attendre de Comment tuer son Boss ? : une comédie trash et vulgaire ? Un ersatz de Very Bad Trip ? Un brûlot drôle mais pertinent dans sa manière de dépeindre les relations employeurs/employés ? Une suite de sketches ? Et bien, Comment tuer son Boss ?, c’est tout cela mais aussi complètement autre chose. Une comédie plus sage que son concept très «Petits meurtres entre amis » ne pouvait le laisser entendre et un brûlot certes inoffensif, mais pourtant légèrement plus caustique que l’immense majorité des soufflés que nous sert Hollywood.

Si le côté « social » est bien entendu très discret (on est pas chez Ken Loach non plus) et ne fait finalement qu’utiliser le contexte économique pour en retirer moult gags inégaux, le long-métrage nous sert un imbroglio néanmoins séduisant, qui remplit globalement sa part du contrat.

Si les trois acteurs principaux (Bateman/Sudiekis/Day) se démènent tant bien que mal pour porter le long-métrage sur leurs trois paires d’épaules, c’est la team des boss (Spacey/Aniston/Farrell) qui remporte les suffrages et qui tire souvent le film vers le haut. Alors que Spacey se livre à un numéro assez jouissif de patron ignoble (quitte à cabotiner et à convoquer son personnage de Swimming with sharks), Colin Farrell et Jennifer Aniston jouent la carte du contre-emploi avec un plaisir évident. Plaisir communicatif  à la source de bons nombres des meilleures scènes de film. En cela, c’est précisément Jennifer Aniston qui tire le mieux son épingle du jeu avec un rôle qui prend a rebrousse poil la Rachel de Friends. Et même si l’exercice apparait inévitablement comme un peu « facile », les dialogues ultra salaces se chargent de faire passer la pilule, de même que la volonté de l’actrice à proposer enfin quelque chose d’un peu nouveau.

La longueur raisonnable du film est l’autre bon point. Réaliste quant au potentiel éphémère de son histoire, le réalisateur ne joue pas les prolongations et a parfaitement compris l’importance du rythme dans la bonne tenue d’un film comique.
Du coup, les situations téléphonées et les quelques gags ratés passent relativement bien, noyés qu’ils sont dans une ambiance des plus sympathique, qui ne s’encombre pas de fioritures gênantes (ou si peu). Ambiance bien sur inhérente au casting et non au savoir faire d’un réalisateur qui se cache derrière ses acteurs. Un cinéaste qui devra faire ses preuves mais qui livre ici un produit estival plaisant, divertissant et parfois drôle.

@ Gilles Rolland

 

 

 

Par Gilles Rolland le 21 janvier 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments