[Critique] LA COULEUR DE LA VICTOIRE

CRITIQUES | 1 août 2016 | Aucun commentaire
La-couleur-de-la-victoire-poster

Titre original : Race

Rating: ★★★½☆
Origine : Canada/Allemagne
Réalisateur : Stephen Hopkins
Distribution : Stephan James, Jason Sudeikis, Eli Goree, Jeremy Irons, Shanice Banton, Carice Van Houten, William Hurt, David Kross…
Genre : Drame
Date de sortie : 27 juillet 2016

Le Pitch :
Dans les années 30 aux États-Unis, Jesse Owens, un jeune étudiant, se distingue par ses capacités uniques à la course et au saut en longueur. Il se rapproche alors d’un entraîneur qui lui offre la possibilité de concourir aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Mais la montée en puissance du régime d’Hitler fait douter le comité olympique quant à la participation des États-Unis, ne voulant pas cautionner l’idéologie nazi, qui va notamment totalement à l’encontre des valeurs de la compétition. Jesse Owens est alors confronté à une décision cruciale, lui qui est déjà opprimé dans son propre pays où le racisme est encore virulent. Envers et contre tous, il va pourtant se lancer et entrer dans l’Histoire…

La Critique :
La vie de Jesse Owens méritait largement de se retrouver portée à l’écran. Son histoire est l’une des plus puissantes de notre époque. L’une des plus galvanisantes aussi, grâce aux valeurs qu’elle a su véhiculer, dans un contexte douloureux. À la barbe et au nez d’Hitler, alors en pleine ascension, prêt à lâcher son armée sur le monde, l’athlète a défié la grandeur nazi armé de son seul courage et de ses compétences.
Comment une trajectoire pareille pouvait donner un mauvais film ? Impossible. Il aurait fallu un incompétent notoire à la barre et des acteurs à la ramasse pour qu’un tel long-métrage ne parvienne pas à faire vibrer le public. Et en effet, à l’arrivée, La Couleur de la Victoire est un bon film. De ceux qui donnent envie de se lever de son fauteuil alors que vient le dénouement, lors du puissant climax, quand bien même nous connaissons déjà la conclusion. Au cinéma, le sport à ce pouvoir. De dépasser le cadre de la simple performance pour raconter autre chose. Pour prendre une ampleur inédite et toucher jusqu’à ceux qui ne s’intéressent pas à la discipline abordée, comme ici l’athlétisme. C’était déjà le cas d’Invictus, qui parlait plus de l’abolition de l’Apartheid en Afrique du Sud que de rugby, et c’est aujourd’hui le cas du dernier film de Stephen Hopkins. Et tant pis si La Couleur de la Victoire se repose justement un peu trop sur son histoire et se « contente » de la raconter sans faire preuve d’une quelconque audace…

La-couleur-de-la-victoire-2

Stephen Hopkins revient de loin. Formé à Elm Street avec Freddy Krueger (on lui doit le cinquième volet de la saga initiée par Wes Craven), réalisateur du solide Predator 2, du survival urbain La Nuit du Jugement, de l’explosif Blown Away ou encore du gentil nanar Perdus dans l’espace, Hopkins avait un peu disparu des écrans radars après la sortie en 2007 de son trip fantastique bancal avec Hilary Swank, Les Châtiments. Et le voici qui revient par la grande porte avec un biopic bénéficiant d’une sortie en salle. Un film fastueux articulé autour de l’une des plus extraordinaires histoires du XXème siècle qui aujourd’hui, résonne avec d’autant plus de force.
Artisan honnête et sincère, Hopkins a saisi la balle au bond pour montrer à son public qu’il savait encore faire du cinéma. Pour ce faire, il a choisi la carte du classicisme à l’américaine en appliquant à la lettre les codes du biopic. C’est d’ailleurs principalement pour cette raison que son long-métrage peut apparaître un peu trop fade. Au fond, si on oublie le sujet principal, la photographie, aussi belle soit-elle, la reconstitution et la progression du récit sont les mêmes qu’un grand nombre d’œuvres similaires. Les mécanismes du biopic U.S sont connus et tant pis si ils rebutent certains spectateurs car dans le cas présent, une question mérite d’être posée : et si les exploits de Jesse Owens appelaient justement ce genre de classicisme ? Et si le choix était délibéré afin de rendre justice au personnage ?
La Couleur de la Victoire a choisi d’opter pour une certaine linéarité assortie d’un simplicité flagrante. Pas d’effets de style ni d’habillages trop voyants si ce n’est les quelques images de synthèses peut-être un peu trop artificielles. Du côté du scénario, rien ne vient encombrer la progression. Même la traditionnelle love story ne déborde pas sur le thème central. Au contraire même, tant elle permet de comprendre Jesse Owens. De voir l’homme qu’il était en dehors des pistes. De saisir ses aspirations. On peut en cela souligner l’introduction, d’une sobriété exemplaire, quand Jesse Owens quitte le foyer familial.
Même le racisme prégnant qui infeste à cette époque encore les États-Unis, est traité avec une certaine subtilité. Le film évite le pathos, même si il n’évite pas les clichés. Paradoxal ? Pas tant que ça non. Tout est une affaire de mesure et celle dont fait preuve Stephen Hopkins est notable.
Sa réalisation et le scénario manquent peut-être de souffle quand on suit Owens en dehors du stade, ou quand ils tentent de donner de l’ampleur au discours politique dispensé en filigrane, en faisant des allers-retours entre les coulisses des jeux, en Allemagne et le bureau du Comité Olympique à New York, mais jamais quand il entre dans le vif du sujet, dans son dernier tiers. Quand Owens humilie Hitler quatre fois d’affilée en faisant mordre la poussière aux athlète aryens. Là, le message passe. L’émotion aussi, de plus parfaitement relayée par l’excellent Stephan James, la révélation du film, parfait en Jesse Owens, et par un Jason Sudeikis en dehors de sa zone de confort, très émouvant lui aussi.

La Couleur de la Victoire convainc grâce à son honnêteté, qui lui permit d’aborder sa formidable histoire à hauteur d’homme. Tant pis si il échoue (tout est relatif) à décrire avec la force nécessaire le contexte. Le film se concentre sur Owens en présumant peut-être que nous, les spectateurs, connaissions déjà nos cours d’Histoire pour savoir tout ce qu’il fallait savoir sur le IIIème Reich. La démarche est louable. Les lieux communs, les bons sentiments, comme ceux de cette réalisatrice pugnace et rebelle (incarnée par Carice Van Houten), et toutes les ficelles un peu voyantes n’entravent pas la bonne marche du récit. Ils n’empêchent pas le film d’être passionnant et rendent justice à Jesse Owens. C’est le principal.

@ Gilles Rolland

La-couleur-de-la-victoire  Crédits photos : La Belle Company

Par Gilles Rolland le 1 août 2016

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments