[Critique] DIVERGENTE

CRITIQUES | 10 avril 2014 | Aucun commentaire

Titre original : Divergent

Rating: ★★☆☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Neil Burger
Distribution : Shailene Woodley, Theo James, Kate Winslet, Zoë Kravitz, Ansel Elgort, Miler Teller, Jai Courtney Maggie Q, Ray Stevenson, Ashley Judd, Tony Goldwyn…
Genre : Action/Thriller/Adaptation
Date de sortie : 9 avril 2014

Le Pitch :
La guerre a ravagé le monde. Dans ce qui fut autrefois Chicago, les survivants se sont organisés en factions depuis une centaine d’années. Les Sincères disent la vérité, les Altruistes aident les autres, les Fraternels cultivent la terre, les Érudits étudient et les Audacieux font respecter l’ordre et maintiennent la paix. À 16 ans, Beatrice, issue d’une famille d’Altruistes, doit passer le test qui déterminera quelle caste lui conviendrait le mieux, afin de l’aider à choisir dans quelle voie elle souhaite se diriger. Le problème, c’est que Beatrice est une Divergente, ce qui signifie qu’elle est tout à la fois. Dans ce monde régit par la loi des factions, les Divergents sont condamnés à mort. Afin de sauver sa peau, Beatrice choisit alors de rejoindre les Audacieux. Son apprentissage, long et douloureux, ne sera rien en comparaison de la difficulté de cacher à ses pairs sa véritable condition…

La Critique :
Et c’est reparti pour un tour ! Il suffit qu’un truc marche pour que tout un tas d’opportunistes se faufile dans une brèche qui ressemble aujourd’hui à un boulevard. Harry Potter a plus ou moins ouvert la voie, puis sont venus Twilight et Hunger Games. Maintenant, c’est la moindre saga littéraire adolescente qui est adaptée en film, histoire de tenter de décrocher le jackpot.
Pourtant, Divergente n’arrive pas dans une configuration facile. Avant lui, d’autres ont essayé. Les Sublimes Créatures, Âmes Vagabondes et The Mortal Instruments notamment, qui n’ont pas fait d’étincelles au box-office (surtout le premier). Mais ce n’est pas grave. Ceux qui ont lancé Hunger Games et Twilight croient dur comme fer en leur nouvelle bête de foire. Après tout, les bouquins de Veronica Roth se sont vendus comme des petits pains et il n’y a aucune raison que les spectateurs, qu’ils soient fans du livre ou néophytes, ne convergent pas vers les salles obscures pour hisser Divergente au sommet de la chaine alimentaire des blockbusters. Et cela même si le film en lui-même est loin de péter le feu…

Divergente est comme Hunger Games, à savoir une dystopie. Dans le futur, tout va mal et les classes sociales sont plus que jamais séparées par un fossé à la taille croissante. Dans le lot, une jeune fille intrépide se détache de la masse et menace un équilibre contrôlé par les plus favorisés. C’est ainsi que les choses se passent dans les deux films. Exactement de la même façon. Et peu importe si ensuite, les histoires varient car au fond, la salade a le même goût.
À l’instar d’Hunger Games, Divergente propose une dystopie qui est au cinéma (ou à la fiction en général), ce que le Big Mac est à la gastronomie. Il ne va pas chercher midi à quatorze heures, annonce clairement ses intentions, se donne de grands airs, et n’a pas spécialement bon goût. Il se laisse manger mais ne comble pas la faim. Précédé d’une certaine réputation, illustré à grand renfort d’une promo bling-bling, le produit est en réalité, beaucoup moins fringuant. Observation valable pour le Big Mac et pour Divergente. Et comme le Big Mac (celui que vous trouvez chez McDo, pas celui super épais de la pub), Divergente ne brille pas par son apparence clinquante.
Ce qui nous ramène à Hunger Games. La comparaison est là encore facile. Bien que plus sobre, l’univers de Divergente ne propose rien de stimulant. Tout y est fade et caractérisé par un mauvais goût plombant. Un mauvais goût qui contamine même les personnages, lookés à l’arrache, quand ils ne portent carrément pas des noms à coucher dehors. Le premier rôle masculin s’appelle Quatre ! L’héroïne, quant à elle, se prénom Tris… Quatre et Tris… Pas la peine de continuer à tirer sur l’ambulance.
Plombé par sa volonté de coller de près à Hunger Games pour essayer d’en reproduire le succès commercial, Divergente ne tente même pas d’aborder d’autres thèmes. Ainsi, on a droit, une nouvelle fois à une métaphore du passage à l’âge adulte, de l’importance de s’affirmer et de s’accepter tel que l’on est. Tris est rebelle comme il faut, séduisante comme il faut, et un peu garçon manqué. Comme Katniss. De plus, au niveau de la réalisation, c’est un peu du pareil au même. Neil Burger s’emballe ou s’endort, n’arrivant jamais à vraiment exploiter les pauses pour épaissir la psychologie de ses personnages ou à dynamiter les séquences d’action, pourtant parfois étonnamment badass pour un produit calibré pour les adolescents. En multipliant les plans serrés sur les visages de ses acteurs, Burger (rappelez-vous l’analogie avec le Big Mac) prive son long-métrage d’une ampleur qui n’aurait fait que rendre les choses plus stimulantes.

Difficile de se laisser transporter par Divergente. Sans critiquer le bouquin (là n’est pas propos), il convient de souligner l’antipathie de certains personnages. La plupart à vrai dire. Prenez par exemple les fameux Audacieux. Leur rôle étant de défendre la société, on nous les montre tout le temps en train de courir, de se battre, ou plus généralement, de se comporter comme de gros crétins (qui se sentent obligés de tout le temps prendre le métro en marche au lieu de faire comme tout le monde). Les autres factions ne sont pas épargnées par la vision unilatérale d’un scénario bas du front qui se la joue philosophique. Les Fraternels ressemblent à des hippies, les Érudits sont monolithiques, les Altruistes feraient passer les Mormonts de Witness pour des fêtards, etc…
Programmé pour cartonner, Divergente n’est pas un produit des plus séduisants. Et le mot « produit » n’est pas choisi par hasard tant le film n’arrive jamais à masquer cet aspect des choses.

Cela dit, tout n’est pas à jeter. À commercer par une poignée de comédiens méritants, choisis parmi l’élite du cinéma indépendant américain. Shailene Woodley en tête, tout à fait en place et totalement investie, qui retrouve Miler Teller, son partenaire de l’excellent The Spectacular Now. Zoë Kravitz fait le job également, tandis que les vétérans, comme Ashley Judd, Ray Stevenson et bien entendu Kate Winslet, assurent les arrières sans trop forcer et sans avoir l’air de trop y croire. On ne les blâmera pas, contrairement au bourrin tête à claques Jai Courtney (vu dans Jack Reacher et dans Die Hard 5) qui continue de prouver à quel point il peut être insupportable…
Si Divergente est bien trop long, il est par contre appréciable de constater qu’il va plus loin que la simple introduction. Son histoire a un début et une fin et le long-métrage se suffit à lui-même.

Même tiraillé entre les côtés les plus obscurs de son histoire et un désir tenace d’arrondir au maximum les angles, le film de Neil Burger ne marque pas les mémoires. Il se laisse regarder. Jamais spectaculaire, il n’est pas non plus très palpitant et manque cruellement de personnalité. À la lisière entre l’anecdotique et le passable, Divergente tente de garder la tête hors de l’eau, en gardant le cap vers un deuxième volet attendu pour les années à venir, ne laissant aucun doute quant à ses intentions purement mercantiles, quand d’autres essayent au moins d’enjoliver un minimum… Alors, diverger ou converger ? À chacun de voir.

@ Gilles Rolland

Divergente-zoe-kravitz-shailene-woodleyCrédits photos : SND

Par Gilles Rolland le 10 avril 2014

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments