[Critique] ENFANT 44

CRITIQUES | 17 avril 2015 | 1 commentaire
Enfant-44-poster

Titre original : Child 44

Rating: ★★½☆☆
Origines : États-Unis/Angleterre/Roumanie/Tchétchénie
Réalisateur : Daniel Espinosa
Distribution : Tom Hardy, Noomi Rapace, Gary Oldman, Joel Kinnaman, Paddy Considine, Jason Clarke, Vincent Cassel, Charles Dance, Sam Spruell, Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares…
Genre : Thriller/Adaptation
Date de sortie : 15 avril 2015

Le Pitch :
Moscou, 1952 : Leo Demidov, un héros de la Seconde Guerre Mondiale devenu agent de la police secrète soviétique, est promis à un brillant avenir au sein du parti. Le jour où le fils de son meilleur ami est retrouvé mort près du chemin de fer, Leo éprouve du mal à voir le meurtre maquillé en accident sous prétexte que le crime ne pouvait pas exister dans la société parfaite érigée par Staline. Le doute s’installe néanmoins peu à peu dans l’esprit de cet ancien soldat, qui n’arrive pas à rester indifférent quand plusieurs corps d’enfants sont retrouvés un peu partout dans le pays. Trahissant un mode opératoire similaire, ces dépouilles semblent indiquer qu’un sel homme se cache derrière cette terrible hécatombe. Alors qu’il continue de mener l’enquête, Leo est repéré par sa hiérarchie qui s’empresse de le condamner, avec sa jeune épouse, pour trahison…

La Critique :
Quand il entreprend la rédaction de ce qui deviendra Enfant 44, soit le premier volet d’une trilogie littéraire à succès, l’auteur Tom Rob Smith s’inspire de la traque du serial killer russe Andrei Chikatilo. Son roman néanmoins, ne suit pas à la lettre le parcours funeste du tueur, et en profite pour livrer une habile réflexion sur les régimes totalitaristes. Le film réalisé par Daniel Espinosa, un metteur en scène connu pour avoir précédemment livré les thrillers Easy Money et Sécurité Rapprochée, saisit aussi l’occasion au vol et s’attache à retranscrire dans un premier temps l’ambiance paranoïaque qui a caractérisé la société russe de l’après-guerre.
Tout débute comme un récit guerrier classique et voit un homme s’élever au dessus de la masse, grâce à ses exploits et à son courage sur le champ de bataille. Leo, c’est son nom, est un pur produit de la Russie de Staline. Orphelin, modelé dès le plus jeune âge, il incarne à lui tout seul la puissance d’un pays soucieux de se détacher de l’Occident pour mettre en valeur ses propres principes. « Il n’y a pas de meurtre au paradis » rappellent souvent les personnages du long-métrage, afin de souligner un peu plus l’image que Staline a cherché à imposer quand les nazis ont été vaincus.
En cela, Enfant 44 parvient parfaitement à instaurer une ambiance lourde. Le fait de se focaliser tout particulièrement sur un personnage aussi emblématique que ce soldat incarné par Tom Hardy ne faisant qu’épaissir un peu plus le sens de la démarche, quitte à ce que la véritable intrigue, policière ce coup-ci, tarde vraiment à débuter.
Daniel Espinosa prend ainsi son temps et s’échine à bâtir des fondations solides pour ensuite se concentrer sur la résolution d’une affaire de meurtres empêtrée dans les rouages d’un régime à l’agonie, malgré les apparences glorieuses qu’il tente de se donner et d’imposer au peuple. Mais si les fondations peuvent en effet laisser présager que le récit supportera de jouer sur deux tableaux, dans les faits, c’est beaucoup moins évident.

Enfant-44

D’un côté la chronique historique et de l’autre une pure intrigue policière. D’un côté le personnage de Tom Hardy doit gérer sa destitution et accepter de devenir un traite de la nation, voyant ses amis devenir ses ennemis, et de l’autre il doit retrouver le type qui tue tous ces enfants. Pas évident pour Daniel Espinosa de jouer sur les deux tableaux. Le réalisateur n’a d’ailleurs jamais eu à ce point le cul entre deux chaises. Son film, non seulement très bancal, est aussi trop long. La faute notamment à un scénario qui n’arrive pas vraiment à lier les thématiques du récit de Tom Rob Smith et qui semble télescoper de force deux histoires qui n’en demandaient pas tant. Organisant en quelque sorte la rencontre de deux genres, comme ont pu jadis le faire d’autres productions, Enfant 44 tombe dans à peu près tous les pièges d’un tel exercice. Particulièrement mal écrit, grossier, que ce soit dans sa partie historique ou dans sa partie thriller en plus très conventionnelle, le film pêche également par ses personnages caricaturaux, aux réactions souvent incohérentes ou carrément à côté de la plaque, à l’image du pauvre Gary Oldman, qui pédale un peu dans la choucroute en devant composer avec un personnage ambigu, mais finalement assez inexistant et donc dispensable.
Et tant qu’on y est, comment ne pas en vouloir à Enfant 44 ne pas exploiter plus correctement les formidables acteurs de sa distribution quatre étoiles ? Certes Tom Hardy et Noomi Rapace ne déméritent pas, mais ni le montage, ni la réalisation un poil bancale elle aussi, ni l’écriture -on y revient- ne leur permettent de faire évoluer leurs rôles respectifs. Même chose pour Joel Kinnaman ou pour Vincent Cassel, et également concernant Nikolaj Lie Kaas et Fares Fares, le duo que l’on retrouve par ailleurs dans la saga Les Enquêtes du Département V.

Produit par Ridley Scott, Enfant 44 n’est pas pour autant à ranger dans la catégorie navet. La reconstitution jouit de moyens considérables et quoi qu’il en soit, les comédiens donnent du corps à un long-métrage qui a bien du mal à savoir sur quel pied danser. Cela dit, le grand film que le roman semblait promettre, n’est pas là. À la place, nous avons droit à une œuvre assez prétentieuse et mal dégrossie. Enfant 44 sonne curieusement creux. Espérons que si les producteurs tentent de continuer l’aventure et de mettre en chantier l’adaptation des deux autres tomes de la trilogie, le tir soit corrigé, sinon, il y a de fortes chances que tout ceci finisse carrément dans le mur.

@ Gilles Rolland

Enfant-44-Tom-Hardy-Noomi-RapaceCrédits photos : SND

 

Par Gilles Rolland le 17 avril 2015

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
karl Libus
karl Libus
5 années il y a

Enfin vu en début de semaine.
C’est pas si mal en faite, Tom Hardy est vraiment un P….. de bon acteur, et Gary Oldman est toujours au top. Il manque quelque chose il est vrai, ça se ressent à la fin du film. Quoi? Chaque histoire semble survolée, pas assez approfondie. plus de 2h20 de film pourtant. J’ai regardé malgré tout avec plaisir.
Je savais que c’était tiré d’un bouquin, mais je découvre dans ta critique que c’est une trilogie… J’attend donc de voir si cela continue… Et je vais sans doute m’intéresser de plus près aux écrits de ses 3 livres. Et du coup avoir un autre avis (plus négatif?) sur le film… Comme souvent pour certaines adaptations. (pas toutes, il y en a des kiffantes tout de même)