[Critique] EXPERIMENTER

CRITIQUES | 31 janvier 2016 | Aucun commentaire
Experimenter-poster

Titre original : Experimenter

Rating: ★★★☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Michael Almereyda
Distribution : Peter Sarsgaard, Winona Ryder, Jim Gaffigan, Anton Yelchin, Anthony Edwards, Taryn Manning, John Leguizamo…
Genre : Drame
Date de sortie : 27 janvier 2016

Le Pitch :
Université de Yale, 1961 : le professeur de psychologie Stanley Milgram mène une étude sur la question de la soumission à l’autorité. Une expérience qui ne manquera pas de déclencher de vives polémiques, mais qui mènera également Milgram sous le feu des projecteurs…

La Critique :
Voici en substance en quoi consistait la fameuse Expérience de Milgram : deux hommes étaient accueillis dans un bureau. L’un d’eux était désigné comme l’enseignant et l’autre comme l’élève. Un élève qui était cloisonné dans une pièce dans laquelle il devait répondre à une série de questions. À chaque mauvaise réponse, un choc électrique à l’intensité croissante venait le sanctionner. L’enseignant de son côté, devait donc énoncer les questions, puis administrer les punitions en pressant sur divers boutons. Aucun contact visuel entre les deux patients. L’enseignant pouvait juste entendre les complaintes de l’élève. Le tout étant de savoir jusqu’au l’enseignant serait capable d’aller dans le cadre de l’expérience. Allait-il obéir aux ordres du superviseur ou demander de couper court pour faire cesser les souffrances de l’élève, qui en réalité ne recevait aucun choc électrique ?
Les recherches sur notre rapport à l’autorité de Stanley Milgram sont passionnantes. À partir d’une série d’idées visant à étudier notre comportement face à une figure dominatrice ou encore aux mouvements de foule, le scientifique a dressé un constat pour le moins évocateur et par bien des aspects effrayant. Le but étant de chercher à comprendre comment, pour reprendre un exemple cité dans le film, des centaines d’hommes ont pu un jour, sous les ordres d’un seul dirigeant, exterminer des millions d’autres hommes dans des conditions atroces, pendant la Seconde Guerre mondiale.
Un sujet fascinant, en plein dans l’air du temps, que le réalisateur Michael Almereyda a souhaité mettre en avant à travers la vie et l’œuvre de celui qui a choisi d’y consacrer son existence.
Si il reste assez méconnu du grand public, Stanley Milgram demeure néanmoins une figure majeure de la psychologie moderne. Auteur de trois ouvrages de référence, Milgram n’a jamais cessé de faire progresser ses recherches, pour finir par dresser un portrait de l’humanité, via les relations entre les hommes. Avec ses recherches sur le rapport à l’autorité mais aussi via l’Expérience du Petit Monde, avec lequel Milgram entendait prouver que tout être humain pouvait être relié à un autre par une chaîne de relations sociales. Une expérience également connue sous le nom de la théorie des Six Degrés de Séparation.

Experimenter

Si le thème d’Experimenter possède un potentiel indéniable et attire l’attention, le film en lui-même peine malheureusement à la retenir. Non pas que le travail du réalisateur soit un échec total, loin de là. Le problème vient plutôt de son incapacité à s’approprier pleinement son sujet. Consciencieux et appliqué, Almereyda se laisse malgré tout écraser par l’importance de son propos. Ce n’est pourtant pas faute de nous inclure, nous les spectateurs, en ayant abattant le quatrième mur (comme dans House of Cards, le personnage principal s’adresse de temps en temps à la caméra), mais il demeure pourtant difficile de ne pas se sentir exclu. À côté de cela, quelques idées de mise en scène déconcertent plus qu’elle n’apparaissent pertinentes, à l’image de ces décors théâtraux dont on ne sait pas trop quoi penser, vu qu’ils ne s’inscrivent pas dans une démarche globale. Froide et distanciée, la démarche du long-métrage empêche que l’on rentre vraiment dans l’histoire, même si les choses qu’il nous raconte s’avèrent heureusement assez passionnantes pour nous pousser à passer outre les imperfections de la mise en images.
À l’écran, Stanley Milgram peut compter sur un Peter Sarsgaard visiblement très concerné, mais lui aussi plutôt distant. Souvent impénétrable, malgré ses monologues face caméra, il ne parvient pas à encourager l’empathie. Sans connaître le vrai Milgram, celui de Sarsgaard aurait tendance à apparaître tel un obsessionnel pas franchement sympathique, emphatique en permanence, détaché du monde. Un dernier point spécialement gênant vu qu’on parle d’un homme qui a consacré toute son existence à l’étude du genre humain sous un angle socio-psychologique.
On comprend ce que le cinéaste et son comédien ont voulu faire mais le résultat ne convainc pas comme il le devrait. Heureusement, Winona Ryder apporte un peu de chaleur et d’humanité à cette dynamique, tout comme les nombreux acteurs qui apparaissent le temps d’une scène, à l’image d’ Anton Yelchin, Anthony Edwards, Taryn Manning, et John Leguizamo.

Le rendez-vous un peu manqué d’Experimenter nous rappelle la vocation du cinéma à souvent vulgariser des choses complexes à travers des illustrations amenées à mettre en exergue les sentiments et les émotions découlant des thématiques abordées. Un bon film peut parler de tout sans perdre son public. Il n’y a aucune limite. Le cas d’Experimenter est particulier. Un sujet incroyable, un casting stimulant… À l’arrivée, si il ne convient pas de parler de désastre, force est de reconnaître, qu’à plusieurs moments, le film ennuie. Malgré ses bonnes idées, il se démarque surtout par son audace et son enthousiasme mal canalisés et par la maladresse de sa démarche. Cela dit, il donne aussi envie d’en savoir plus sur les travaux de Milgram, et ça, ce n’est pas rien.

@ Gilles Rolland

Experimenter-Winona-Ryder  Crédits photos : Septième Factory

Par Gilles Rolland le 31 janvier 2016

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments