[Critique] FLIGHT

CRITIQUES | 13 février 2013 | Aucun commentaire

Titre original : Flight

Rating: ★★★★☆ (moyenne)
Origine : États-Unis
Réalisateur : Robert Zemeckis
Distribution : Denzel Washington, John Goodman, Kelly Reilly, Don Cheadle, Bruce Greenwood, Melissa Leo, James Badge Dale, Nadine Velazquez, Garcelle Beauvais-Nilon, Tamara Tunie, Brian Geraghty, Rhoda Griffis, Adam Tomei…
Genre : Drame
Date de sortie : 13 février 2013

Le Pitch :
Whip Whitaker aime picoler et sniffer de la cocaïne. Le truc, c’est que Whip Whitaker est aussi pilote de ligne. Complètement aux fraises après avoir passé la nuit avec l’une des hôtesses de l’air de la compagnie pour laquelle il travaille et encore embrumé par les substances qu’il s’est envoyé dans le buffet plusieurs jours durant, Whitaker s’assoit aux commandes d’un avion, pour un vol de routine. Jalonné de perturbations, le voyage tourne vite au cauchemar quand l’avion se met inexplicablement à piquer du nez, promettant à tous les passagers une mort brutale. Whitaker, sans se démonter, tente une manœuvre audacieuse et réussit à faire atterrir l’appareil en catastrophe, sauvant du même coup la majorité des voyageurs. Porté en héros par la presse, le pilote est pourtant mis sur la sellette par une commission d’enquête qui pose quelques questions embarrassantes. Petit à petit, Whitaker se retrouve à découvert et doit faire face à de multiples accusations…

La Critique (Gilles) Rating: ★★★★☆ :
C’est après avoir exploré de fond en comble les possibilités de la performance capture, via trois films remarqués (Le Pôle Express, La Légende de Beowulf et Le Drôle de Noël de Scrooge) que Robert Zemeckis revient au film « live ». Un retour attendu par nombre de ses fans et certainement redouté par d’autres. Un retour fracassant, avec Flight, un film couillu et rentre-dedans, bien plus complexe qu’il ne pourrait le laisser présager.

Robert Zemeckis est de ces cinéastes qui ont façonné le grand cinéma populaire américain. À l’instar de Spielberg, Zemeckis a offert au public une large poignée de classiques et ainsi contribué à bâtir l’image qu’un grand nombre de cinéphiles se fait de ce à quoi doit ressembler un long-métrage de divertissement. Et là, on parle de la trilogie Retour vers le futur, de Forrest Gump, de Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, ou encore de Seul au Monde. Zemeckis, même si son nom reste moins connu que celui du papa d’E.T., est un grand. Un pilier de l’entertainment qui sait aussi s’interroger et interroger du même coup le monde. Un mec qui a fait de grands films. Des chef-d’œuvres. Un type qui n’a rien à prouver et qui pourtant, comme en témoigne son dernier brûlot, prend encore un malin plaisir à foncer tête baissée dans la bataille.
Ceci dit, avec Flight, Zemeckis ne fait pas un sans faute. Sans remettre en cause les nombreuses qualités du film, on ne peut pas non plus passer sous silence les quelques imperfections qui émaillent un récit certes puissant, mais aussi parfois victime de quelques petits coups de mou. Rien de grave, mais il est fort probable qu’amputé de vingt bonnes minutes, Flight aurait gagné en rythme et par cela, en efficacité. Une efficacité néanmoins bien présente, mais parfois trop diluée.

Ce n’est pas un hasard si on peut entendre dans Flight (et dans sa bande-annonce), deux morceaux des Rolling Stones. Des morceaux choisis pour leur signification, qui interviennent, un peu comme dans les films de Martin Scorsese, à des moments clés. La musique, comme souvent chez Zemeckis, tient un rôle prépondérant dans Flight. Elle accompagne l’entrée des personnages et achève d’illustrer le cheminement de leurs pensées. On peut ainsi entendre Sympathy for the Devil et Gimme Shelter. Le premier illustrant la compassion (« sympathy » en français) que peut inspirer le personnage de Denzel, et le second, sa quête d’un endroit capable de le mettre à l’abri (« shelter » en français) de l’orage dont est victime son existence à la suite du crash aérien. Ambivalent au possible, Whitaker, le protagoniste principal, n’est pas un mec cool. Enfin si, il l’est, mais pas au sens moral du terme. Charismatique menteur, au tempérament de feu gangréné par des addictions tenaces, il se sert du prestige de sa profession, puis de sa condition de héros, pour mener en bateau celles et ceux qui pourraient avoir le malheur d’avoir envie de faire un bout de chemin avec lui, ou de lui porter secours. Un « diable » donc (pour revenir à l’allégorie du morceau des Stones), déguisé en agneau, malgré lui, car piloté par la gnôle et par la coke.
Avec Flight, Zemeckis interroge le statut de héros, dans un pays qui les aime tout particulièrement. L’Amérique aime voir des anonymes accéder à la gloire du jour au lendemain, tout particulièrement quand ils sont à l’origine d’actes qui ont permis de sauver des personnes d’une mort certaine. Et dans le genre, le héros de Flight n’est pas un flagrant exemple de chevalier blanc immaculé. Le script de John Gatins aborde une multitude de sujets, quitte à s’emmêler parfois les pinceaux, et s’avère, par moments étonnamment audacieux. Il tend un miroir à une Amérique farcie de contradictions et en dit long sur le jeu des médias et leur appétit du sensationnel. Avant de revenir un poil en arrière, en abordant l’incontournable rédemption d’une espèce de salaud magnifique, le film y va gaiement. On retiendra par exemple cette stupéfiante scène de sauvetage éthylique, où un dealer est propulsé au rang de sauveur providentiel, avec un John Goodman, trop rare, mais bel et bien jubilatoire. Un acteur qui, au passage, ne cesse d’exploser en ce moment, dans des seconds rôles semblent-il taillés sur mesure.

On pourra bien sûr regretter le revirement de ton, néanmoins prévisible, du dénouement. Zemeckis se range un peu, mais le fait bien. Avec lui, comme en témoigne l’intégralité de sa filmographie, l’émotion touche au vif. Denzel Washington quant à lui est fantastique. Jamais meilleur que lorsqu’il incarne des personnages cabossés, le comédien affirme une présence incroyable et nuance constamment un jeu ébouriffant. Il porte le film, bien épaulé par une distribution aux petits oignons où au passage, Kelly Reilly trouve son meilleur rôle. Tous ensemble travaillent à dépeindre les coulisses du rêve américain. Flight pénètre les rouages d’une mécanique bien huilée, mais plus perfide que les apparences ne le suggèrent. En revenant à « la chair et à l’os », Zemeckis confirme un talent de metteur en scène spectaculaire. Il emballe, entre autres, après celle de Seul au Monde, l’une des plus incroyables et immersives scènes de crash aérien de l’histoire du cinéma, et arrive ensuite, à retranscrire, au plus près, les ressentis de ses personnages dans l’intimité. Flight n’est pas son meilleur film, mais il met en exergue la complexité et la maestria d’un artisan sincère et entier. Une œuvre qui plane, accuse quelques turbulences, mais aussi et surtout de grandes fulgurances.

@ Gilles Rolland

Flight_13390748385980

La Critique (Audre) Rating: ★★★★☆ :
Depuis toujours Zemeckis alimente le cinéma de féerie  de beauté et d’amour. C’est un réalisateur plus que talentueux qui a offert ses étoiles impérissables au septième-art. Et ce n’est pas peu dire car Zemeckis est tout simplement le réalisateur de la formidable et fantastique trilogie des Retour vers le futur, ou encore du splendide et drôle Qui veut la peau de Roger Rabbit ?. Il est également aux commandes de deux chefs-d’œuvres absolus, à savoir le célèbre Forrest Gump, magnifique fresque historique d’amour et de générosité, pour laquelle Tom Hanks a remporté un Oscar,  un an après son triomphe à ces même Oscar, pour Philadelphia. Zemeckis, c’est aussi le réalisateur de Contact, un des films qui ont contribué à construire mon univers cinématographique rêveur. Une œuvre puissante aux multiples messages, qui a laissé un souvenir mémorable dans la bibliothèque mémorielle de mes souvenirs. Ce film qui traite de la vie et de l’amour et de leur richesse offre non seulement l’un de ses meilleurs rôles à Jodie Foster, mais aussi un message universel dont il est bon de se souvenir. Une petite interlude que je me suis permise de faire, comme une sorte d’hommage discret à Zemeckis avant d’analyser plus profondément Flight.

Un long-métrage incroyable, tout simplement à tomber par terre. Le rythme est tenu du début à la fin, même s’il peut être jugé inégal par certains, car le réalisateur exploite différentes façons de raconter son histoire. Cependant, le film reste prenant et captivant de bout en bout, et s’avère particulièrement bien construit, avec des personnalités très différentes, mais dont les vécus se ressemblent, se croisent et s’entremêlent. L’histoire, très dure, est servie par des acteurs de talent à commencer par l’incroyable Denzel Washington. Ce rôle lui permet une nouvelle fois de montrer une autre facette de son jeu, et on ne peut que saluer cet immense interprète au charisme fou. (nominé cette année pour le meilleur rôle masculin, finalement remporté par Daniel Day-Lewis tout aussi méritant).

« Long-métrage à tomber par terre ». Des mots à ne pas à prendre à la légère. Les premières images sont juste incroyables. Un des crashs d’avion les mieux réalisés à l’écran, aussi tragique soit-il. Et ce qu’il y a de très puissant dans ce crash à l’écran, c’est qu’on a l’impression d’être à l’intérieur de l’appareil. Il s’agit d’un ressenti personnel, mais on a vraiment l’impression de faire partie de l’équipage (à prendre avec des pincettes). Le cœur serré, victime d’une montée de mauvaise adrénaline. Voir ce que ces gens traversent est tout simplement abominable, insupportable, à tel point que j’ai presque eu envie quitter la salle. Je ne l’ai pas fait heureusement, car Flight est pour l’instant le film de ce début d’année, qui m’a le plus marqué. Autant dire qu’il vaut mieux être costaud pour aller voir ce long-métrage épique certes, mais douloureux. L’incroyable talent du réalisateur et de nous faire entrer dans l’intimité des personnages. Et ce sera ainsi tout le long : Whip Whitaker ce fameux pilote prodige n’est pas totalement sympathique, voire même parfois imbuvable. Ici, Denzel donne beaucoup de sa personne, parvenant à multiplier les facettes de ce personnage fascinant mais aussi terrifiant, toujours avec finesse et sans jamais tomber dans la facilité. L’intimité des personnages est piquée au vif, ce thème fort du film donc, notamment servi par une Kelly Reilly superbe car plongée dans son personnage.

Flight est un film dur et prenant. Beaucoup trop dur… si je devais apporter une réserve, même si au fond, il n’y a pas lieu d’en avoir. On ne respire pas beaucoup pendant les deux heures et demi que dure le métrage. Le cœur pris dans un étau, on palpite, on a mal, mais jamais on ne se détend. Malgré les interventions d’un John Goodman toujours aussi bon et drôle, et malgré une musique qui décontracte, on ne parvient jamais totalement à relâcher ne serait-ce qu’un peu la pression.

Les effets-spéciaux sont quant à eux absolument phénoménaux, contribuant grandement à ce sentiment d’oppression ainsi qu’à cette immersion si particulière. Visuellement, Flight est clairement magnifique et incroyable. Les sons, les ralentis, les accélérés, les effets multiples, tout est étudié pour en faire un film mémorable. C’est un vrai pari réussi ! Zemeckis nous en met plein la vue et nous alourdit au passage un peu trop le palpitant. Ma surprise ne fut que plus grande ne m’attendant pas à un tel film, qui s’avère au final, glaçant, profond et complexe.

Sombre, Flight nous transporte au plus profond d’une âme humaine, bien trop souvent tourmentée. Je pense notamment à cette scène avec James Badge Dale, à la fois glauque et belle, dont le réalisme prenant et douloureux, touche et blesse. Le fait d’observer un homme ravagé par son égo démesuré et pris dans un déni si profond qu’il en perd pied, est complètement fascinant et à la fois terrifiant. En fait, Flight n’est ni blanc ni noir, et c’est en cela qu’il est d’une intelligence impressionnante. L’humain est traité avec une vision honnête, qui ne tombe jamais dans un manichéisme simpliste ou encore une démagogie nauséeuse. L’humain qui finira par reprendre sa place. Zemeckis, le réalisateur de génie, passé maître dans l’art de la féérie et de la magie, signe ici un long métrage mûr, quasi parfait, glaçant et dur à la fois, mais toujours empreint d’une grande, belle et puissante humanité.

@ Audrey Cartier

Flight-photo

 

Crédits photos : Paramount Pictures France

Par Gilles Rolland le 13 février 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments