[Critique] FREAKY

CRITIQUES | 23 juin 2021 | Aucun commentaire
Freaky-poster

Titre original : Freaky

Rating: ★★★½☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Christopher Landon

Distribution : Kathryn Newton, Vince Vaughn, Celeste O’Connor, Uriah Shelton, Misha Osherovich, Alan Ruck, Mitchell Hoog, Katie Finneran…

Genre : Horreur/Comédie

Durée : 1h42

Date de sortie : 23 juin 2021

Le Pitch :

Suite à une malédiction antique, un tueur en série se réveille dans le corps d’une adolescente de 17 ans. Le chasseur devient alors la proie d’une lycéenne psychopathe bien décidée à faire régner la terreur sur le campus…

LA CRITIQUE DE FREAKY :

Encore un énième film de tueur en série qui trucide des adolescents dans une université ? Oui mais bon, celui là il vaut son pesant de popcorn. Très bien, du coup, qu’a-t-il de plus que les autres ? Un scénario bien barré où le Boucher, meurtrier de service, voit son âme balancée un soir d’orage dans le corps d’une jeune et séduisante étudiante qui va bien évidemment s’en prendre à ses anciens camarades, rancune, quand tu nous tiens. Dans le rôle de la gamine assoiffée de meurtres, Kathryn Newton rend une copie plus qu’honorable, mais soyons clair, la palme va à son aîné du jour : Vince Vaughn.

Vince Vaughn le retour

Tout avait pourtant bien commencé pour notre Boucher, avec une scène d’ouverture particulièrement gore et l’obtention d’un nouveau trophée : un poignard antique. Mais, malédiction oblige, alors qu’il s’apprête à étriper la mascotte de l’équipe de foot US en la personne de Millie Kessler, la foudre frappe et l’imposant tueur se voit « propulsé » dans sa victime. Commence alors le récital Vaughn. Ce dernier étant à la fois pourchassé par une ado tarée et par la Police mais aussi aidé par les seconds rôles habituels à savoir le pote gay et la meilleure amie afro-américaine, deux profils dont l’espérance de vie est souvent limitée dans ces cas-là. Mais bon, 50 piges et en forme olympique, le natif du Minnesota s’en donne alors à cœur joie, endossant à merveille le costume de l’adolescente harcelée, le tout dans un corps de seconde ligne.

Freaky-cast

Quand le chat devient souris

Après les très décevants Happy Birthdead, Christopher Landon retrouve avec Freaky son talent certain à mettre une bande d’adolescents dans les mains de tueurs divers et variés. On retrouve ici les rouages bien ficelés du Manuel de survie à l’apocalypse zombie, son « chef-d’œuvre », à savoir beaucoup de sang,  « big up » » au professeur Bernardi, et des répliques mythiques, « avoir des coui**** ça craint ». Au final juste ce qu’il faut quand il faut dans une comédie d’horreur fort distrayante reprenant sans fioriture les codes du chasseur devenant chassé.

En Bref …

Slasher ultra efficace où hémoglobine et humour font bon ménage, Freaky doit en grande partie sa réussite à la prestation jubilatoire de Vince Vaughn en jeune adolescente effarouchée. Hilarant !

@ Mathieu Laforgue

Freaky
Crédits photos : Universal Pictures France
Par Mathieu Laforgue le 23 juin 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments