[Critique] GAME OVER, MAN!

CRITIQUES | 26 mars 2018 | Aucun commentaire
Game-Over-Man-poster

Titre original : Game Over, Man!

Rating: ★★★☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Kyle Newacheck
Distribution : Adam Devine, Anders Holm, Blake Anderson, Rhona Mitra, Neal McDonough, Chloe Bridges, Utkarsh Ambudkar, Sam Richardson…
Genre : Action/Comédie
Date de sortie : 23 mars 2018 (Netflix)

Le Pitch :
Trois amis, employés dans un grand hôtel, sont confrontés à une prise d’otages. Absolument pas compétents pour gérer une telle situation, totalement dépassés et parfaitement désorganisés, ils vont néanmoins sauter à pieds joints dans l’action…

La Critique de Game Over, Man! :

Nous voici en face d’un film typiquement clivant pour le public français. Un humour meta, des personnages bien débiles, de la vulgarité en veux-tu en voilà… Game Over, Man ! aurait sans aucun doute fait un bide en salle. Ce qui n’a aucune importance vu qu’il s’agit d’un film Netflix. Un endroit où il ne se retrouvera qu’en face de personnes déjà habituées à ce genre de choses et donc plus enclines à apprécier le spectacle, ou devant des curieux qui penseront qu’il s’agit d’un truc relatif aux jeux-vidéo (c’est un peu le cas mais de manière tout à fait indirecte) et qui arrêteront au bout de 15 minutes…

Game-Over-man

Piège de cristal geek

Game Over, Man ! est une parodie de Piège de Cristal, de John McTiernan. Le film ne s’en cache jamais, multipliant les références plus ou moins marquées à l’encontre du classique du film d’action des années 80. Le postulat est d’ailleurs pratiquement le même : des terroristes déboulent pendant une fête dans un immeuble et se retrouvent à devoir se fritter avec des invités pas vraiment prévus. Car ici, dans cette comédie hyper décomplexée, en roue libre, ce n’est un mais trois ersatz totalement barrés de John McClane auxquels nous avons affaire. Des employés assignés à l’entretien de l’hôtel où se déroule la fête, dont les motivations feront qu’au bout de compte, ils seront les seuls, avant même la police, à pouvoir contrarier les plans des méchants. Une histoire que l’on connaît déjà par cœur…
Mais pourtant, avec une belle énergie et cette propension à régulièrement (et largement) dépasser la ligne jaune du bon goût, le film parvient à sortir la tête hors de l’eau en se positionnant quelque part entre la pure parodie un peu faignante et la comédie trash typiquement américaine et pas super inspirée 100% du temps. Sans trop de flamboyance mais avec suffisamment de culot pour divertir 1h30 durant.

No limit

On remarque ici ou là des invités de marque dans le casting, qui à eux seuls suffisent presque à confirmer le caractère trashouille de Game Over, Man !. Des mecs comme Steve-O et Chris Pontius de Jackass par exemple. Des guests sympathiques, au centre de séquences parfois anecdotiques mais encore une fois suffisamment enlevées pour maintenir le spectateur éveillé. Cela dit, à d’autres moments, le film sait aussi se faire plus mordant et plus inspiré. La scène avec Shaggy (oui le chanteur) est par exemple hilarante et régulièrement le scénario surprend par sa faculté à ne reculer devant aucune outrance pour se démarquer de la concurrence, bien aidé par un Adam Devine d’habitude pas vraiment mesuré mais ici complètement over the top. Il donne le ton, les autres suivent, en rajoutent des couches, profitant d’un script un peu aux fraises mais là encore tellement borderline qu’au bout de compte, on se moque du pourquoi du comment et de la qualité assez approximative de l’exécution pour prendre ce qu’on nous propose. Pas le film de l’année donc, mais pas une comédie assez honnête envers son cahier des charges et ses intentions de base, qui se regarde sans mal, encourageant quelques rires francs et plusieurs sourires.

En Bref…
Bordélique, de très mauvais goût, pas toujours très drôle, amusant, parsemé de références geek ou non, porté sur les gags bien gras et par un casting assez enthousiasmant, au diapason avec un scénario assez con pour se détacher de la masse, Game Over, Man !, n’a rien de mémorable, de fin ou d’original. Néanmoins, il se laisse regarder et propose un spectacle qui saura satisfaire les amateurs de bonne grosse comédie bien foutraque, riche en vannes bien lourdingues.

@ Gilles Rolland

Game-Over-Man-cast   Crédits photos : Netflix

Par Gilles Rolland le 26 mars 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments