[Critique] GEMMA BOVERY

CRITIQUES | 14 septembre 2014 | Aucun commentaire
Gemma-Bovery-affiche

Rating: ★★½☆☆

Origine : France
Réalisateur : Anne Fontaine
Distribution : Gemma Arterton, Fabrice Luchini, Jason Flemyng, Isabelle Candelier, Niels Schneider, Mel Raido, Kacey Mottet Klein, Edith Scob…
Genre : Comédie/Drame/Adaptation
Date de sortie : 10 septembre 2014

Le Pitch :
Martin, ex parisien installé en Normandie, tient une boulangerie dans un petit village avec sa femme. Passionné de Gustave Flaubert, il voit sa curiosité piquée lorsqu’un couple d’anglais prénommé Gemma et Charles Bovery vient s’installer tout près de chez lui. La destinée de ce couple semble alors se rapprocher des protagonistes du célèbre roman, l’imagination de Martin faisant le reste…

La Critique :
Madame Bovary a marqué son époque, de part son réalisme et le choc qu’il déclencha dans les mœurs du début du XXème siècle. S’éloignant du lyrisme romantique et passionné propre au XIXème et s’inscrivant dans une démarche profondément réaliste, le roman de Flaubert a été poursuivi en justice et a donné lieu à un procès. Les accusations portaient sur « un outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Il écopa également d’un « blâme pour excès de réalisme. »
Et alors que le roman de Gustave Flaubert fut acquitté, la même année, Les Fleurs du mal, le recueil de Charles Baudelaire, fut lui condamné pour le même chef d’inculpation.
De nos jours, baignant dans une certaine culture de liberté d’expression, tout ça peut nous paraître fort étonnant, mais à l’époque, le réalisme était un courant artistique nouveau, et les mœurs étaient bien différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui. Dépeindre l’accablant désespoir d’une femme mariée et mère de famille rêvant d’ailleurs et d’effervescence était quelque peu dérangeant et mal vu.

Nul besoin de le préciser pour quiconque aurait vu la bande-annonce, mais le film d’Anne Fontaine n’est pas une nouvelle adaptation de Madame Bovary. Gemma Bovery est une histoire à part entière et contemporaine qui est évidemment liée à l’histoire de Flaubert. On pourrait parler d’une forme d’hommage de la part de la réalisatrice qui adapte ici le roman graphique de Posy Simmonds. Oeuvre qui place son actrice principale dans la peau d’une Emma Bovary moderne et plus légère. Gemma Arterton joue le jeu sans cependant le transcender. Le personnage joué par Fabrice Luchini quant à lui, avec le fameux bouquin en main, rythme et accompagne le film au gré des événements mais surtout au gré de son imagination débordante. Un Fabrice Luchini à l’aise dans ce genre de rôle, bien que jouant un personnage un peu plus passif et calme qu’à l’accoutumée. Ce dernier qui avait d’ailleurs brillé dans le film de François Ozon, Dans la Maison, qui reprenait plus ou moins les mêmes stéréotypes de personnages, à savoir celui de la femme mariée qui s’ennuie, ou encore du jeune premier séducteur qui vient tout bouleverser, le tout dans une atmosphère romanesque.

Si certains considèrent Madame Bovary comme un chef-d’œuvre de la littérature française, d’autres le trouvent au contraire ennuyeux et soporifique car trop descriptif ou trop lent. Et ce que l’on pourrait justement reprocher à Gemma Bovery, qui parle de la même histoire bien qu’actualisée, c’est justement ses longueurs qui finissent par ennuyer. La mise en scène manque de fluidité et de coordination dans ce long-métrage quelque peu parsemé de maladresses. Une attention particulière est portée sur les sens, à travers le personnage de Gemma Bovery, mais cela manque assez d’authenticité, et certaines scènes paraissent vraiment surfaites, voire agaçantes. Une musique mal appropriée qui soutient cependant l’anachronisme de la situation, vient également appuyer le manque d’harmonie de l’ensemble. On peut clairement dire que Gemma Bovery manque tout simplement de saveur, et cruellement de lumière.

Gemma Bovery n’est cependant pas complètement dénué d’intérêt. La puissance et l’importance des mots conduisent le métrage qui s’inscrit dans une démarche littéraire teintée de poésie. Une démarche accentuée par un narrateur interne et externe omniprésent joué par Fabrice Luchini. En cela, le réalisme vient se mêler à un courant romantique, tout comme dans le roman.
L’humour qui est également fort présent devrait atténuer un peu l’ennui pour quiconque y serait réceptif. Le rocambolesque de certaines situations touchent malheureusement parfois au grotesque … Dommage.
Étonnamment, Gemma Bovery finira par offrir une séquence saisissante, et un plan final entièrement beau, et très réussi.

@ Audrey Cartier

Gemma-Bovery-ArtertonCrédits photos : Gaumont Distribution 

 

Par Audrey Cartier le 14 septembre 2014

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments