[Critique] HISTOIRE DE JUDAS

CRITIQUES | 30 avril 2015 | Aucun commentaire

Rating: ★★☆☆☆

Origine : France
Réalisateur : Rabah Ameur-Zaïmeche
Distribution : Nabil Djedouani, Rabah Ameur-Zaïmeche, Mohamed Aroussi, Patricia Malvoisin, Marie Loustalot, Régis Laroche, Eliott Khayat…
Genre : Drame/Péplum
Date de sortie : 8 avril 2015

Le Pitch :
Alors que Jésus sort d’un long jeûne, Judas, son apôtre le plus proche, l’aide à rejoindre sa communauté. Mais tandis que Jésus gagne de l’ampleur parmi la foule et les grands prêtres, il attire aussi l’attention de l’autorité romaine qui voit en lui une menace pour l’empire…

La Critique :
Loin du style des adaptations « à l’américaine » comme on a l’habitude d’en voir ces dernières années, le film de Rabah Ameur-Zaïmeche retrace pourtant, lui aussi, un épisode biblique. Histoire de Judas nous amène sur les pas de Jésus de Nazareth, en se concentrant sur une partie de sa vie et sur la relation très proche qu’il avait avec l’un de ses apôtres si controversé : Judas.

Ici, évidemment, pas d’effets-spéciaux comme dans les gros blockbusters bibliques tel que Noé, ou encore tel qu’Exodus : Gods and Kings. Mais est-ce nécessaire de le préciser ? Histoire de Judas est une petite production française du cinéma indépendant qui annonce la couleur dès la bande-annonce. Ambiance intimiste, paysages longuement filmés et costumes travaillés, le réalisateur livre ici une œuvre sobre qui divisera certainement. Rabah Ameur-Zaïmeche qui s’est inspiré de l’art de Rembrandt et de Caravage pour créer l’esthétisme de son film, utilise une lumière très bien gérée et de grande qualité. Le tout est parsemé de clair-obscur, forcément.

Histoire-de-Judas2

Histoire de Judas se veut également réaliste, et sobriété rime ici avec réalité. Ainsi, les visages des protagonistes sont filmés sans artifices, dans leur beauté comme dans leur disgrâce. Soigné d’un point de vue photographique, le film manque cependant cruellement de vie, et on assiste à des plans qui n’en finissent plus. Les dialogues sont quant à eux rares et succincts, ce qui appuie ce sentiment d’agacement qui peut être très assommant pour le spectateur, surtout pour un non averti. Si de beaux paysages de l’Algérie sauvage et aride viennent aérer le métrage (le tournage a eu lieu en pays berbère et dans le Sahara), ce trop plein de « rien » finit par étouffer un film qui devient extrêmement pesant, malgré ses 1h30.

À côté de ce manque de vie, on remarque tout de même un aspect sensoriel présent, par le biais du bruit de l’eau ou encore du vent, un sentiment immersif pourrait alors se saisir de spectateurs déjà sensibles au genre. Un genre plutôt statique qui ne laisse guère de place au mouvement.

Mélangeant les genres, le film baigne dans un anachronisme mis en avant et finalement peut être un peu trop déroutant. Pas d’araméen ou d’hébreu comme langue principale, non, Histoire de Judas est tourné dans un français plutôt courant ! Une musique aux tonalités rock pointe aussi le bout de son nez. L’histoire religieuse qui se mêle à la modernité revoit également la place et la nature du personnage de Judas, montré sous un bien meilleur jour que tout ce que l’on sait de lui. Une vision que l’on a déjà entendu par le biais d’un documentaire signé par le National Geographic qui retrace la découverte et l’interprétation de L’évangile de Judas. Rabah Ameur-Zaïmeche reste évasif, fait planer le doute, et centre son récit autour de Judas sans pour autant s’enfermer dans une vision ou une vérité en particulier. De toute façon, peu importe, l’existence de Jésus et de ses apôtres n’a jamais été prouvée historiquement parlant dans un consensus général, et l’histoire exacte liée à ces personnages ou personnes, encore moins.

Une des notes positives est le droit des animaux évoqué par le biais des textes d’évangiles peut-être quelque peu « remaniés ». Un droit qui est illustré dans la scène où Jésus chasse les marchands du temple. Cependant quelques animaux semblent tout de même un peu malmenés lors de cette scène, un léger paradoxe qu’il convient de souligner, même si tout cela reste très léger. On soulèvera également qu’il est plutôt audacieux de parler de Jésus à l’écran avec modernité, après le scandale planétaire de La Passion du Christ, de Mel Gibson.

Histoire de Judas est comme une bulle hors du temps qui vous embarque avec elle ou pas …une bulle silencieuse qui plaira ou fera fuir. En attendant au milieu de ses atouts énoncés plus haut, il n’y a rien de très palpitant dans ce long-métrage profondément ennuyeux.

@ Audrey Cartier

Histoire-de-JudasCrédits photos : Potemkine Films

 

Par Audrey Cartier le 30 avril 2015

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments