[Critique] INTO THE FOREST

CRITIQUES | 3 mai 2017 | Aucun commentaire
Into-the-forest-poster

Titre original : Into The Forest

Rating: ★★★★☆
Origine : Canada
Réalisateur : Patricia Rozema
Distribution : Ellen Page, Evan Rachel Wood, Max Minghella, Callum Keith Rennie, Michael Eklund, Wendy Crewson…
Genre : Drame/Adaptation
Date de sortie : 1er mai (VOD)

Le Pitch :
Dans un futur proche, la société se retrouve soudainement paralysée, à la suite d’une panne de courant généralisée. Dans leur maison, située dans la forêt, en marge de la ville, deux sœurs et leur père tentent de s’accommoder de ce nouvel état de fait et de faire face à un monde en plein bouleversement, qui menace à tout moment de basculer dans le chaos…

La Critique de Into The Forest :

La fin du monde s’est retrouvée au centre d’un très grand nombre de films depuis l’invention du cinéma. Invasion alien, météorite, inondation massive, effondrement de la société… Souvent, peu importe la raison, le sujet est prétexte à de grosses productions qui profitent du contexte qu’elles adoptent pour envoyer du lourd à l’écran. Néanmoins, d’autres, plus confidentielles, optent pour une approche plus intimiste. Comme Into The Forest, qui raconte comment une coupure de courant globale plonge le monde dans une obscurité propice à l’émergence d’une peur sourde aux multiples conséquences…

Into-the-forest-cast

Dans le noir

Réalisatrice canadienne ayant notamment officié à la télévision, Patricia Rozema focalise sa caméra sur deux sœurs interprétées par Ellen Page et Evan Rachel Wood. Deux jeunes femmes livrées à elles-mêmes dans une société qui perd les pédales. Après avoir orchestré la chute étonnamment rapide et violente d’une civilisation privée d’électricité, le film reste donc dans les bois, comme son titre l’indique, à tenter de nous dépeindre le quotidien de ces personnages qui sont bien obligés de s’adapter pour survivre. C’est là qu’Into The Forest prend alors des airs de survival. Un peu comme How I Live Now, de Kevin Macdonald, si ce n’est qu’ici, ce n’est pas une guerre qui a provoqué le chaos, mais quelque chose qui n’est jamais identifié. Une manière particulièrement efficace de renforcer l’immersion. On avance bien quelques causes probables à la coupure du courant dans tout le pays, mais rien de vraiment tangible. Nous ne voyons, nous spectateurs, que ce que les sœurs voient. Nous ne comprenons la situation qu’avec les clés dont elles disposent. Et ce qui pourra peut-être en frustrer plus d’un de s’avérer au final plutôt malin car parfaitement en phase avec les intentions intimistes de ce drame beaucoup plus ambitieux qu’il ne peut le laisser penser au premier abord.

Into the wild

Dans la forêt, protégées par une maison dont le délabrement progressif se fait le miroir de la chute d’un pays en train de revenir à l’âge de pierre (en exagérant à peine), Nell et Eva doivent s’adapter. Deux personnages campés par des actrices en état de grâce, dont la capacité à faire évoluer leur rôle confèrent au récit une force indéniable et un côté étrangement viscéral qui participe également à la fascination que toute l’entreprise encourage. Ellen Page, plutôt rare en ce moment, livre une performance solide car parfaitement consciente du fragile équilibre qu’elle incarne, tandis qu’en face, Evan Rachel Wood illustre davantage les craintes que suscite ce monde duquel aucune infirmation nous parvient désormais. Deux comédiennes connues pour régulièrement sortir de leur zone de confort, qui se complètent et se répondent, en mettant en avant une belle alchimie dont l’éloquence permet au spectacle de se nourrir d’une émotion sans cesse renouvelée. On vibre à leurs côtés, on s’inquiète du moindre bruit en provenance du dehors et on se demande où va bien pouvoir se terminer cette inexorable chute vers les tréfonds d’une obscurité qui revient chaque soir avec cette même régularité.

Black Out

Derrière l’objectif, la réalisatrice s’échine à faire une belle place à une poésie parfois cruelle, tout en étant à l’écoute de son environnement. De cette forêt qui peu à peu fait davantage office de refuge que de réceptacle à de multiples inquiétudes. Le travail sur l’image, discret mais appréciable, et celui sur le son, participent à l’élaboration d’une atmosphère très pertinente. La rythmique quant à elle, garde l’ennui à distance car au fond, il se passe toujours quelque chose. Le moindre petit événement permet à l’intrigue de progresser vers son dénouement, de concert avec la capacité d’Evan Rachel Wood et d’Ellen Page de se faire les vecteurs d’une adaptation qui se matérialise à l’écran avec beaucoup de réalisme et de ferveur. Et si Into The Forest reste souvent contemplatif, vis à vis de la nature plus ou moins bienveillante et des visages des actrices, il sait aussi prendre le soin de ne pas trop se reposer sur des facilités scénaristiques afin de ne pas y sacrifier sa si belle intégrité…

En Bref…
Drame intimiste, Into The Forest s’avère aussi prenant que poignant. Tragique, parfois violent, impitoyable mais aussi et surtout habité d’un espoir ténu, il peut compter sur l’investissement constant de ses deux actrices, qui contribuent très largement à son excellente tenue.

@ Gilles Rolland

Into-the-forest-Evan-rachel-Wood-Ellen-Page

Par Gilles Rolland le 3 mai 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments