[Critique] JADOTVILLE

CRITIQUES | 22 octobre 2016 | Aucun commentaire
the-siege-of-jadotville-poster

Titre original : The Siege Of Jadotville

Rating: ★★★★☆
Origine : Irlande/Afrique du Sud
Réalisateur : Richie Smyth
Distribution : Jamie Dornan, Mark Strong, Jason O’Mara, Guillaume Canet, Michael McElhatton, Emmanuelle Seigner, Mikael Persbrandt…
Genre : Guerre/Adaptation
Date de sortie : 7 octobre 2016 (Netflix)

Le Pitch :
En 1961, au Congo, alors que la province du Katanga déclare unanimement son indépendance par la force, une garnison de soldats irlandais est dépêchée sur place par l’ONU pour maintenir la paix. Établis à Jadotville, un petit groupement de bâtiments perdu au milieu de nulle-part, les hommes du commandant Quinlan ne tardent pas à subir de multiples attaques d’une armée menée par des mercenaires français et belges, rattachés à l’exploitation des mines locales. Au total, se sont 3000 hommes qui feront front contre les 150 irlandais. Histoire vraie…

La Critique :
Les films portant sur la Guerre Froide sont nombreux. Ceux qui se sont davantage focalisés sur les épisodes guerriers qui ont secoué une partie de l’Afrique à cette époque, le sont beaucoup moins. Premier bon point pour Jadotville. En illustrant l’intervention de soldats irlandais œuvrant pour l’ONU dans le cadre de la sécession de l’État du Katanga au Congo, le premier film de Richie Smyth prend le contre-pied et s’intéresse à un épisode méconnu de l’histoire du monde. Alors que les États-Unis et la Russie se déchirent et qu’un mur est bâti en Allemagne, des hommes se déchirent en Afrique dans une indifférence que seule une extrême violence saura malheureusement détourner.

Jadotville-Mark-Strong

Produit par Netflix, ce long-métrage est franchement étonnant. Il a tout d’abord l’angle narratif adopté, qui nous plonge au cœur d’une guerre méconnue, aux côtés de soldats irlandais inexpérimentés, puis le traitement. À la mise en scène Smyth fait un job admirable en cela que chaque centime dépensé est visible à l’écran. Et si on sent que Jadotville n’a pas bénéficié du même budget qu’un Pearl Harbor, comme en témoignent certains stratagèmes narratifs visant à parfois éluder la démonstration, comme lors de l’attaque de l’avion du Secrétaire Général des Nations Unies, il sait néanmoins nous offrir plusieurs séquences impressionnantes, en prenant bien soin de chaque fois nous placer au cœur du conflit. Les balles fusent tandis que se dessine l’histoire de ce bataillon de bleus confronté pour la première fois à la guerre. Des soldats dont le courage constitue la moelle du film dans son ensemble, sans pour autant que ce dernier ne cède à un excès de patriotisme qu’il laisse volontiers à d’autres productions de genre en provenance du pays de l’Oncle Sam. Car Jadotville n’est pas américain et ça se voit. Non pas que les États-Unis ne nous aient pas offert de belles fresques guerrières, bien au contraire, mais là, c’est le réalisme qui compte et jamais le spectacle n’occulte la souffrance des hommes où l’Histoire, qui en filigrane, se raconte à nous. Une façon particulièrement éloquente de mettre en exergue des problématiques géopolitiques malheureusement toujours d’actualité, tout en offrant au genre un nouvel étalon, que personne ou presque n’attendait.

Sorte de version « film de guerre » de 300, sans mec torse poil ni ralenti, Jadotville fait de plus preuve d’un sens de la rythmique implacable. On est ici en face du genre de production qui sait captiver sur la longueur. Aucun ventre mou à l’horizon. La narration est maîtrisée jusque dans ses moindres recoins et la mise en scène sait se montrer à la foi pertinente, car proche des personnages, mais jamais excessive. L’action est lisible et non inutilement outrancière. En somme, Jadotville semble avoir été réalisé à la manière des films d’antan. Ceux qui gardaient en ligne de mire ce qu’ils entendaient raconter, sans se laisser déborder par un désir d’en mettre plein la vue.
La distribution quant à elle, qui fait se croiser des acteurs de nationalités différentes, est de plus plutôt stimulante. Jamie Dornan prouve, après la série The Fall, qu’il vaut largement mieux que son rôle de playboy sociopathe dans Cinquante Nuances de Grey, en livrant une performance habitée et viscérale, tandis que Guillaume Canet saisit au vol l’occasion de jouer à fond le contre-emploi, peut-être conscient que ce n’est dans le cinéma français estampillé Rive gauche qu’il pourrait trouver une telle opportunité. Bien sûr, certains personnages sont plutôt anecdotiques ou marqués par des clichés un peu tenaces, mais au fond, les archétypes, quand archétype il y a, trouvent aussi leur place dans la dynamique d’ensemble. Mark Strong finit de rendre le casting prestigieux, et tous les seconds rôles, surtout en ce qui concerne les soldats, incarnent à merveille les intentions de ce long-métrage passionnant.

En Bref…
Netflix sort la grosse artillerie et nous gratifie d’un film de guerre palpitant, porté par des acteurs excellents. L’histoire qu’il nous narre nous permettant en plus d’explorer un épisode méconnu parallèle à la Guerre Froide. Une très bonne surprise, qui n’a jamais rien d’anecdotique et qui parvient sans mal à se hisser au niveau des meilleures productions ayant quant à elle bénéficié d’une sortie en salle. À découvrir de toute urgence !

@ Gilles Rolland

Jadotville-Jamie-Dornan  Crédits photos : Netflix

Par Gilles Rolland le 22 octobre 2016

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments