[Critique] KILL THE GRINGO

CRITIQUES | 16 octobre 2012 | Aucun commentaire

Titre original : Get the Gringo

Rating: ★★★½☆
Origine : États-Unis/Mexique
Réalisateur : Adrian Grunberg
Distribution : Mel Gibson, Dolores Heredia, Dean Norris, Peter Stormare, Kevin Hernandez, Aaron Cohen, Bob Gunton, Scott Cohen, Stephanie Lemelin, Daniel Gimenez-Cacho, Tenoch Huerta…
Genre : Action/Thriller
Date de sortie : 16 octobre 2012 (DTV)

Le Pitch :
Alors qu’ils tentent d’échapper à la police américaine suite à un hold-up, un homme et son complice franchissent la frontière, où ils sont cueillis par les forces de l’ordre mexicaines. Le cambrioleur est alors conduit à El Pueblito, une prison-village insalubre où règne la corruption et la violence. Sur place, il fait la connaissance d’un gamin de 10 ans, qui l’aide à y voir plus clair. Son but premier ? Survivre…

La Critique :
Le traitement infligé à Kill the Gringo cristallise la réputation calamiteuse de Mel Gibson aux États-Unis, où le film est sorti directement en vidéo. Ce qui, à priori, n’était jamais arrivé à l’acteur quinquagénaire. Certes, depuis ses déboires ultra-médiatisés sur lesquels nous ne reviendrons pas ici (Wikipédia vous mettra au parfum), Hors de Contrôle, le film du retour, est bel et bien sorti en salles. Mais Hors de Contrôle était signé Martin Campbell. Et Campbell a quand même livré Casino Royale ou Le Masque de Zorro, ce qui fait de lui un cinéaste bankable. L’année dernière, l’excellent Le Complexe du Castor est aussi sorti dans les cinémas. Mais là encore, impossible de bouder la nouvelle réalisation de Jodie Foster.
Pour Kill the Gringo c’est différent. Kill the Gringo est co-écrit et produit par Mel Gibson et bien sûr, il joue aussi le rôle principal. Ici, Gibson est seul contre une opinion publique revancharde qui n’attend qu’une chose : faire payer ses nombreux dérapages à la star déchue pour bien lui faire sentir que l’heure du retour en grâce n’a pas encore sonné.
Heureusement, certains pays n’ont pas suivi la tendance et ont sorti Kill the Gringo en salles. En France par contre, niet ! Pour voir Kill the Gringo, il faudra le louer ou l’acheter.

Mis en scène par le premier assistant réalisateur de Mel Gibson (sur Apocalypto), Kill the Gringo méritait-il un tel traitement ? Point du tout tant Mad Mel renoue ici avec son personnage fétiche. À savoir le mec burné, séducteur et taquin, qui fait volontiers usage de ses poings et de ses flingues sans se départir de sa coolitude. Un profil que Gibson maitrise à merveille et que l’on peut retrouver au choix dans L’Arme Fatale, Tequila Sunrise, Maverick ou encore Payback dont Kill the Gringo se rapproche finalement assez.
Un Mel Gibson en grande forme qui retrouve aussi un climat plus léger qu’à l’accoutumé et qui offre une performance légère et enjouée. Le bougre vieillit bien. Il trimbale sa carcasse burinée dans un long-métrage qui ne se prend pas la tête. Les recettes ancestrales sont là et le tout se regarde avec un plaisir non dissimulé. Visuellement, c’est aussi très agréable. Pas de quoi fouetter un chat bien sûr, mais suffisamment pour ne pas décrocher pendant 1h30. Et puis franchement, voir Mel Gibson se livrer à une imitation ô combien savoureuse de Clint Eastwood, ça n’a pas de prix. Le passage en question est d’ores et déjà à ranger parmi les grands moments comiques de la carrière de Mad Mel. Le détachement du comédien tricard fait plaisir à voir et contribue à améliorer une image catastrophique, construite au fil de nombreux coups d’éclats ces dernières années.

Kill the Gringo envoie du lourd. L’action est soutenue et l’intrigue suffisamment bien ficelée et rythmé. Du bon boulot.
Kill The Gringo n’aurait pas démérité si un distributeur avait bien voulu le sortir en salle. Rien à voir avec le fadasse Hors de contrôle. Vraiment rien. Ici, il y a de l’humour, des punchlines qui claquent, des méchants bien craspecs, un héros charismatique et de l’action vintage.
Idéal pour se souvenir (si besoin était), qu’avant d’être un habitué des journaux à scandale, Mel Gibson était un acteur, un vrai. Un type qui savait prendre du recul. Un gringo avec des cojones qui s’en prend plein la gueule et qui se marre dans la seconde qui suit. Encourageant quant à la nouvelle tournure de la carrière de sa star, Kill the Gringo ne révolutionne pas le cinéma de genre, mais il offre un revival salvateur, souvent jubilatoire et jamais lourdingue.

@ Gilles Rolland

Crédits photos : Icon Productions

Par Gilles Rolland le 16 octobre 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments