[Critique] LA FEMME À LA FENÊTRE

CRITIQUES | 26 mai 2021 | Aucun commentaire
La-femme-à-la-fenêtre-poster

Titre original : The Woman In The Window

Rating: ★★★½☆

Origine : États Unis

Réalisateur : Joe Wright

Distribution : Amy Adams, Gary Oldman, Julianne Moore, Wyatt Russell n Anthony Mackie, Jennifer Jason Leigh…

Genre : Thriller/Adaptation

Durée : 1h41

Date de sortie : 14 mai 2021 (Netflix)

Le Pitch :

Psychologue pour enfant, Anna Fox vit cloîtrée dans son appartement new-yorkais. Agoraphobie oblige, elle passe l’essentiel de ses soirées à mater ses voisins, accompagnée de son chat, de sa bouteille de vin et de sa boîte de pilules. L’arrivée d’une nouvelle famille somme toute ordinaire de l’autre côté de la rue va alors quelque peu perturber sa routine quotidienne…

La Critique de La Femme à la fenêtre :

Au vue du tournage chaotique à base de Covid, séances tests non concluantes et autres aléas divers et variés, Joe Wright s’en sort plutôt pas mal. Alors oui, La femme à la fenêtre n’apporte certes rien d’original côté scénario, mais il réussit tout de même le pari de créer une ambiance hautement anxiogène. La réalisation quasi théâtrale est ultra captivante, la tension palpable et sans un final bâclé, on aurait même obtenu un excellent thriller des familles.

Dramatic Dr fox

Après Mélanie dans sa capsule, Amy dans son appartement. Netflix poursuit donc son mois de la claustrophobie avec La Femme à la fenêtre, thriller hommage à une autre fenêtre, celle sur cour. Pédo-psychologue ravagée par le trio deuil-alcool-médoc, le Dr Fox ne sort plus de chez elle et, comme dans le Hitchcock, elle est témoin d’un meurtre de l’autre côté de la rue. La réalisation est splendide, le huis-clos fonctionne à merveille, Amy Adams est parfaite (nous y reviendront plus tard), et l’intrigue solide. Jouant parfaitement sur le réel/hallucination, Joe Wright nous mène en bateau dans une atmosphère tamisée bien dérangeante, remplissant tour à tour les codes du thriller, avec une grosse dose de paranoïa ajoutée. Malheureusement, le climax final fait plouf …

La-femme-à-la-fenêtre

Ma meilleure Amy

Et pourtant, Joe Wright avait à sa disposition un casting cinq étoiles, avec excusez du peu, Gary Oldman, Amy Adams, Julianne Moore, Jennifer Jason Leigh et Wyatt Russell, le fils de Kurt. Un colocataire flippant à souhait, dont on appréciera fortement la prestation. Déjà sous sa direction sur Les Heures sombres, Gary Oldman est brillant, de même que deux des plus belles néo sexagénaire s du cinéma américain Jennifer Jason Leigh et Julianne Moore. Mais une fois encore, la palme revient à Amy Adams. Quelque peu étoffée pour l’occasion, pas maquillée, elle incarne à merveille un Dr Fox en perdition totale. Bouleversante, à l’écran tout au long du film, la divine rousse délivre une leçon d’art dramatique retentissante qui vaut à elle seule un visionnage du film.

En Bref …

Sans grande originalité mais en toute efficacité, La Femme à la fenêtre s’impose comme un huis clos bien parano captivant jusqu’à un final malheureusement raté. À voir tout de même pour sa première heure anxiogène, sa pléiade d’acteurs en forme olympique, Amy Adams et Wyatt Russell en tête, et sa réalisation théâtrale fortement appréciable.

@ Mathieu Laforgue

La-femme-à-la-fenêtre-Amy-Adams
Crédits photos : Netflix
Par Mathieu Laforgue le 26 mai 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments