[Critique] LA TAUPE

CRITIQUES | 23 janvier 2012 | 3 commentaires

Titre original : Tinker, Taylor, Soldier, Spy

Rating: ★★½☆☆
Origine : France/Angleterre/Allemagne
Réalisateur : Tomas Alfredson
Distribution : Gary Oldman, John Hurt, Tom Hardy, Colin Firth, Toby Jones, Mark Strong, Ciaran Hinds, Kathy Burke, David Dencik, Stephen Graham, Benedict Cumberbatch, Simon McBurney…
Genre : Espionnage
Date de sortie : 8 février 2012

Le Pitch :
1973 – Une taupe se cache au sein des services secrets britanniques. George Smiley, récemment mis à la porte du MI6 à la suite d’une mission ratée en Hongrie se voit réembauché pour tenter de la débusquer. Un jeu du chat et de la souris débute alors, sous fond de Guerre Froide…

La Critique :
Pas moyen d’arriver à une autre conclusion : je suis complètement passé à côté de La Taupe.
Je suis tombé dans un vortex où les minutes ressemblaient à des heures et où le principal enjeu consistait à ne pas sombrer dans un sommeil profond. Comment l’expliquer ?
La Taupe est un film lent et complexe. Passons sur le côté complexe. La complexité est en effet souvent une bonne chose, surtout quand on traite d’un sujet politique. La Taupe ne donne pas de pistes, ne mâche pas le boulot et il y a de quoi être paumé. C’est une bonne chose car Alfredson ne prend pas les spectateurs pour une bande de moutons. Il va jusqu’au bout de son propos et de sa démarche.
Pour autant, était-il bien utile de rendre le tout si soporifique ? Les enjeux sont là, mais irrémédiablement, l’intérêt se fait la malle. La faute à une construction escargot terriblement molle. Long-métrage bavard et ennuyeux, La Taupe ressemble à un documentaire fleuve qui se regarde un peu trop le nombril. Car la virtuosité dans ce genre de cas de figure ne consisterait-elle pas à rendre la complexité accessible ? Sans pour autant sombrer dans une simplification basique on est d’accord, mais en éclaircissant juste un peu les tenants et les aboutissants ?

C’est d’autant plus dommage car il y a une vraie maitrise derrière ce ramassis plus ou moins informe. Maitre du cadre, Alfredson injecte à son film une vraie classe et confère à son histoire une réelle identité. Les acteurs sont aussi au diapason. Tous irréprochables, ils habitent un film qui a de la gueule.
Mais encore une fois, ça ne suffit pas pour meubler 2h…

A réévaluer donc.

@ Gilles Rolland

 Crédits photos : Working Title

Par Gilles Rolland le 23 janvier 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Léa
Léa
9 années il y a

Je suis totalement d’accord avec toi! Je sors à peine de la séance et ce film et trop complexe. Surtout un vendredi soir. C’est pas faute d’avoir manqué de concentration, j’ai vraiment essayé de tout comprendre, mais pas moyen.. Bref, je suis heureuse de voir ta critique parce que le peu que j’avais vu semblait être élogieux ! Et je suis vraiment frustrée (^^)

hippocampestudio
Administrateur
9 années il y a
Reply to  Léa

C’est vrai que les critiques étaient en majeure partie élogieuses et j’ai été moi aussi frustré. En tout cas, ton message fait plaisir. On se sent moins seul 🙂

Léa
Léa
9 années il y a

Carrément !