[Critique] LE DERNIER MERCENAIRE

CRITIQUES | 2 août 2021 | Aucun commentaire
Le_Dernier_Mercenaire_poster

Rating: ★½☆☆☆

Origine : France

Réalisateur : David Charhon

Distribution : Jean-Claude Van Damme, Alban Ivanov, Assa Sylla, Samir Decazza, Éric Judor, Patrick Timsit, Miou-Miou, Djimo, Valérie Kaprisky…

Genre : Comédie/Action

Durée : 1h52

Date de sortie : 30 juillet 2021 (Netflix)

Le Pitch :

Un mythique agent secret refait surface pour sauver la vie de son fils… qu’il ne connaît pas. Commence alors pour lui une aventure dans les coulisses du pouvoir français…

La Critique de Le Dernier Mercenaire :

Le trailer faisait peur. Très peur. A priori, voir Van Damme débarquer sur Netflix dans un film tout entier dédié à sa gloire avait de quoi attiser la curiosité. Mais voilà… La bande-annonce a vite douché les espoirs. On y découvrait un Van Damme déguisé, tentant vainement de faire son Jean-Paul Belmondo au cœur d’une histoire assez nébuleuse d’agents secrets, au milieu d’une escouade hétéroclites d’acteurs bien de chez nous. Netflix qui a tout de même eu l’intelligence de balancer Le Dernier Mercenaire au milieu d’une salve de classiques de JCVD, peut-être histoire de permettre à celles et ceux que la nouveauté n’aurait pas convaincu de faire passer son arrière-goût en ingurgitant un ou deux autres fait de gloire du maître Belge du coup de pied retourné. Alors oui, le trailer faisait peur. Mais qu’en est-il du film ?

Le-dernier-mercenaire-Jean-Claude-Van-Damme

Craintes confirmées

Rappelez-vous il y a quelques années, quand Jean-Claude Van Damme faisait une pige pour le moins consternante dans Beur sur la ville. Difficile de ne pas y penser devant Le Dernier Mercenaire, même si ici, Jean-Claude tient le premier rôle et que le résultat est tout de même un peu plus consistant. Pour autant, Le Dernier Mercenaire vient tout de même grossir la liste des projets boiteux de la star après le lénifiant Lukas, les deux plus récents (et globalement affligeants Kickboxer) ou encore.. ,on, il y en a malheureusement trop pour tous les citer. Van Damme est devenu ces derniers temps l’acteur que l’on semble s’arracher pour mettre à la mal sa légende. Comme s’il pouvait tout encaisser et qu’en plus, il était sans cesse prêt à en redemander.

Au fond, Le Dernier Mercenaire rappelle aussi un peu la série elle aussi très décevante Jean-Claude Van Johnson. À la différence près que la série en question était dotée d’un pitch séduisant. Ici, cette sombre histoire d’agent secret n’a rien de séduisant. Une espèce de mix un peu bâtard entre plusieurs nobles références qui ne dépasse jamais le cadre du délire de potes mal fagoté.

Plein la gueule

On retrouve donc Jean-Claude dans la peau de La Brume, un agent secret surdoué. Obligé de refaire surface pour sauver un fils qu’il n’a jamais connu, l’agent en question se compromet dans des situations qui sans cesse, mettent à mal le statut de celui qui jadis, réussit l’exploit de s’imposer à Hollywood par la seule force de sa détermination et de son talent dans des films efficaces aujourd’hui cités en référence. Le Dernier Mercenaire tente alors de mélanger les codes de la comédie d’action à la Bébel à ceux du pur Jean-Claude Van Damme movie mais échoue sur tous les plans.

Très mal écrit, brouillon, confus et bien trop long, parcouru de dialogues affligeants (« tuer, ça tue » non mais sérieusement les mecs ?), le film est de plus réalisé à l’arrache. Même les scènes de bastons, qui auraient pu permettre de sauver les meubles, sont au pire torchées à la va-vite, au mieux très banales. Allez… on trouve peut-être un ou deux trucs un poil réjouissants, comme quand JCVD se bât avec deux agents plutôt balèzes à coups de serviette, mais c’est bien tout. Pour le reste, Le Dernier Mercenaire reste très maladroit, daté et donc fatalement ringard.

Dans l’enfer du navet à la française

En revanche, Le Dernier Mercenaire coche toutes les cases du parfait nanar made in France : des acteurs en roue libre (Alban Ivanov fait n’importe quoi, Éric Judor fait du Éric Judor en pilotage automatique, Miou-Miou… mais que fait Miou-Miou ici ?…), un méchant totalement aux fraises et insupportable qui parodie le Tony Montana de Scarface, une histoire sans queue ni-tête, un humour débile… La liste est longue. Aussi drôle qu’une file d’attente à la Poste, poussif, bien trop long pour son propre bien, Le Dernier Mercenaire est un ratage quasi-complet.

Pour autant, difficile de nier que Jean-Claude lui, dans sa grande naïveté, semble s’amuser. Investi, il se donne à fond mais n’a rien d’intéressant à jouer. Condamné à tourner en rond selon le bon vouloir d’un scénario crétin et celui d’un metteur en scène qui ne sait pas quoi faire de sa légende, l’acteur fait son maximum, mais ne sauve pas l’entreprise du naufrage. Cabotin à fond, sans personne pour le cadrer, il se montre comme toujours touchant quand l’histoire lui permet de relâcher un peu la pression, mais force est de reconnaître que le film lui fait bien plus de tord que de bien. Après, difficile aussi de ne pas voir que de par sa seule présence, Jean-Claude semble réjouir tous ses partenaires. Sans que cela n’ait un quelconque effet sur la bonne tenue du film dans son ensemble bien sûr…

En Bref…

Comédie d’action à la Belmondo sur le papier, hommage au plus glorieux de tous les acteurs belge, Le Dernier Mercenaire est un délire complètement raté, consternant dans ses pires moments, confus et dirigé à l’arrache. Un ratage à peu près complet porté par un JCVD certes investi et souriant, visiblement content d’être là pour, comme il l’a déclaré lui-même « reprendre à sa manière le flambeau de la comédie d’action à la Belmondo. » Malheureusement, malgré toute sa bonne volonté, c’est loupé.

@ Gilles Rolland

Le-dernier-mercenaire-cast
Crédits photos : Netflix
Par Gilles Rolland le 2 août 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments