[Critique] MORTAL KOMBAT

CRITIQUES | 12 mai 2021 | 1 commentaire
Mortal-Kombat-poster

Titre original : Mortal Kombat

Rating: ★★½☆☆

Origines : États-Unis/Australie

Réalisateur : Simon McQuoid

Distribution : Lewis Tan, Jessica McNamee, Josh Lawson, Joe Taslim, Hiroyuki Sanada, Mehcad Brooks, Ludi Kin, Chin Han…

Genre : Action/Fantastique/Adaptation

Durée : 1h50

Date de sortie : 12 mai 2021 (VOD)

Le Pitch :

Plusieurs combattants sont sélectionnés pour participer au Mortal Kombat, un tournoi opposant les meilleurs guerriers de la Terre aux champions de l’Outre Monde, un univers régi par le redoutable Shang Tsung…

La Critique de Mortal Kombat :

On le sait, il est très compliqué, pour ne pas dire extrêmement casse-gueule, d’adapter correctement un jeu vidéo au cinéma. Plusieurs réalisateurs s’y sont d’ailleurs méchamment cassés les dents. Paul W.S. Anderson notamment, lui qui en 1995, avait déjà essayé d’offrir une adaptation à Mortal Kombat, à peine trois ans après la naissance de la saga vidéo-ludique dans les salles d’arcade. Pourtant, une suite fut rapidement mise en chantier et l’échec fut encore plus flagrant.

Pas de quoi décourager les producteurs qui ont déjà dès la fin des années 90 essayé de ressusciter Mortal Kombat au cinéma, alors que les jeux eux, remportaient toujours plus de succès auprès des générations successives de gamers. C’est donc après plusieurs années de péripéties que le nouveau film Mortal Kombat, qui n’a rien à voir avec celui d’Anderson, déboule chez nous, sous la supervision de James Wan qui a néanmoins préféré laisser la place de réalisateur à l’inconnu au bataillon Simon McQuoid. Alors, que vaut cette nouvelle tentative réputée gore et sans concession ?

Mortal-Kombat-Scorpion

Mortal Con-bat

L’avantage avec les jeux comme Mortal Kombat, c’est qu’on se fout totalement de l’histoire. Dès le premier volet, le jeu essayait bien de suivre un semblant de trame mais qui s’est d’emblée senti captivé par cette dernière ? Personne. Non, quand on joue à Mortal Kombat, ce qu’on veut, c’est démolir ses adversaires, faire des fatalities et enchaîner les victoires. Le reste ne compte pas. Du coup, ce n’est pas vraiment une surprise de constater que l’histoire du film est à la ramasse. Il est question d’un monde parallèle qui veut dominer la Terre et de combattants prêts à s’entre-tuer pour défendre les intérêts de leurs maîtres respectifs. D’un côté le boss final des jeux, Shang Tsung et de l’autre Raiden. Un personnage qui, souvenez-vous, était campé par notre Christophe Lambert national dans la première adaptation.

Difficile de ne pas s’esclaffer au fil des échanges superbement crétins entre les personnages qui évoluent dans des décors un peu foireux, au fil d’un scénario qui se prend très (beaucoup trop) au sérieux. Finalement, seule l’introduction est vraiment solide à tous points de vue. Le reste n’est que gaudriole et bastons décomplexées. Et c’est heureusement là que le film prouve sa valeur. Quand les combattants se frittent. Quand les codes du jeu sont repris, avec les fameuses fatalities, au cours de séquences à peu près correctement emballées, plutôt sanglantes et donc divertissantes.

Finish him !

Con comme la pluie, à peu près autant que le premier volet, si ce n’est plus car ici, le second degré ne fait pas partie de l’équation, Mortal Kombat 2021 gagne donc ses gallons dans le sang. Et tant pis si encore une fois, c’est l’introduction qui s’impose là encore comme la plus valeureuse. Pas étonnant que la Warner ait décidé de mettre en ligne les premières minutes pour appâter les spectateurs. Tout ce que Mortal Kombat a à offrir est là : dans la première baston entre les iconiques Sub-Zero et Scorpion.

Plutôt généreux quand il s’agit d’organiser des affrontements violents (pas pas tant que ça non plus), le film de Simon McQuoid s’efforce aussi de donner de la substance à un univers ultra bancal, en prévision de suites qui devraient enfoncer le clou et permettre à des personnages phares de la franchise de faire leur entrée (Johnny Cage par exemple, ici snobé).

Où est la manette ?

Un film qui souffre aussi du manque d’unité de son casting. Le personnage principal par exemple, est aussi charismatique qu’un second rôle de Pacific Blue (vous savez la série avec les flics à vélo) et les méchants les plus valeureux ne sont globalement pas exploités à leur juste valeur. Mais le réalisateur s’accroche aux branches et réussit à sauver les meubles. Grâce à sa propension à aller plutôt vite et à noyer le poisson, grâce à Sub-Zero qui fait le show, à ses effets-spéciaux parfois sympathiques (on pense au vilain Goro et ses quatre bras musclés), grâce à Scorpion, lui aussi plutôt charismatique, Mortal Kombat n’ennuie pas. C’est déjà ça. Pour autant, le grand film Mortal Kombat reste à faire. Si tant est que cela soit possible…

En Bref…

Complètement crétin, dénué du second degré qui aurait pu lui permettre d’être drôle alors qu’en l’état il s’avère plus qu’à son tour ridicule, ce nouveau Mortal Kombat brille surtout par ses nombreuses bastons plutôt généreuses en tripailles et autres effusions de sang de synthèse. Un film divertissant donc mais certainement pas mémorable, qui ne mérite en tout cas pas toute l’attention qu’il suscite…

@ Gilles Rolland

Mortal-Kombat
Crédits photos : Warner Bros. France
Par Gilles Rolland le 12 mai 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Karl
Karl
1 mois il y a

Il fallait sans douter…