[Critique] NOMADLAND

CRITIQUES | 28 juin 2021 | Aucun commentaire
nomadland

Titre original : Nomadland

Rating: ★★★★☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Chloé Zhao

Distribution : Frances Mc Dormand, David Strathairn, Gay De Forest

Genre : Drame

Durée : 1h48

Date de sortie : 9 juin 2021

Le Pitch :

Contrainte de quitter sa cité ouvrière du fin fond du Nevada, Fern prend la route et intègre la communauté nomade. Vadrouillant de job en job et de ville en ville, la sexagénaire et son van aménagé se lancent alors dans un poignant road trip non sans embûches au cœur de l’Ouest américain…

LA CRITIQUE DE NOMADLAND :

Rares sont les films qui ont raflé autant de récompenses majeures. Avec Nomadland, Chloé Zhao a ainsi posé sur sa cheminée trois Oscars, dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice, un Lion d’Or, des Golden globes, des BAFA et autres multiples prix aux quatre coins du globe. Et à la vue du film, on comprend le choix des votants. Ce road trip s’avère en effet d’une justesse incroyable, parfaitement réalisé et porté par une actrice incroyable. Cerise sur le gâteau, l’impressionnante bande-originale de Ludovico Einaudi (Intouchables, The Father), pour un résultat final qui vaut le détour, tout comme le morceau « Oltremare », à écouter en boucle.

nomadland

INTO THE VAN

Basé sur Nomaland : Surviving America in the Twenty-First Century de Jessica Bruder, Nomadland suit les pas de séniors abandonnés par le système traditionnel et ayant eu recours à un plan B pour survivre. Résidents de camionnettes aménagées, ils sillonnent le pays à la recherche de job au mois ou à la semaine, rejetant tout fonctionnement non participatif et où l’entraide collective est la seule monnaie courante. Soucieuse d’un rendu plus vrai que nature, Chloé Zhao a donné les clés du camion à de vrais nomades, tous plus poignants les uns que les autres. Qui de mieux pour comprendre cette philosophie de vie et retracer ces histoires de vie hors du commun ? Et qui de mieux que cette réalisatrice coutumière du fait pour les porter à l’écran ?

LA BELLE AU MC DORMAND

Toujours dans la série implication, que dire de la prestation de Frances Mc Dormand ? En guise de préparation, la native de l’Illinois a vécu de longs mois dans son van avant le tournage et intégré cette communauté dans l’anonymat le plus total. Déchirante récemment dans le fameux Three Billboards, elle est une fois encore au sommet de son art, et ce troisième Oscar personnel est amplement mérité. David Strathairn, son compagne d’aventure, ultra attachant lui aussi, seul autre non nomade croisé sur la route, nourrit aussi de son talent ce formidable long-métrage. Authenticité, témoignages poignants, personnages captivants… Nomadland sort clairement des sentiers battus et mérite une mise au frais rapide dans une salle obscure en ce début d’été déconfiné.

En Bref …

Deuxième réalisatrice de l’histoire oscarisée, Chloé Zhao offre à Frances Mc Dormand une bouleversante grande vadrouille au sein de la communauté nomade. Population oubliée et laissée pour compte dévoilée au grand jour, réalisation politiquement engagée, Amérique profonde et bande-originale divine… Embarquez donc dans le van de Nomadland. Dépaysement garanti et chaleur humaine à revendre.

@ Mathieu Laforgue

nomadland-Frances-MacDormand
Crédits photos Searchlight Pictures
Par Mathieu Laforgue le 28 juin 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments