[Critique] OXYGÈNE

CRITIQUES | 13 mai 2021 | Aucun commentaire
Oxygene-poster

Titre original : Oxygène

Rating: ★★★½☆

Origines : France/États-Unis

Réalisateur : Alexandre Aja

Distribution : Mélanie Laurent, Mathieu Amalric, Malik Zidi, Éric Herson-Macarel, Laura Boujenah, Marc Saez, Vincent Maraval…

Genre : Science-Fiction/Thriller

Durée : 1h40

Date de sortie : 12 mai 2021 (Netflix)

Le Pitch :

Une jeune femme se réveille dans un caisson hermétique, branchée à diverses électrodes, totalement prisonnière. Son seul compagnon : un ordinateur de bord parfois peu coopératif, qui rechigne à lui donner les clés pour comprendre pourquoi il semble pour elle impossible de sortir. Ce qu’elle apprend rapidement en revanche, c’est que sa réserve d’oxygène est limitée et que ses minutes sont comptées…

La Critique d’Oxygène :

Classé dès sa rédaction en 2016 dans la liste des meilleurs scénarios en attente de production, Oxygène atterrit finalement début 2020 entre les mains d’Alexandre Aja. Aja qui compte alors produire le film en confiant la réalisation à son vieil ami Franck Khalfoun. C’est alors que la pandémie change la donne. Anne Hathaway, un temps rattachée au projet, laisse sa place à Noomi Rapace qui à son tour, se désiste. Le projet est alors rapatrié en France. Le script est adapté et Mélanie Laurent devient le rôle principal tandis qu’Alexandre Aja décide de prendre totalement les rennes. Le tournage a lieu en juillet 2020, dans les studios Kremlin à Ivry-sur-Seine et la sortie est programmée sur Netflix…

Des projet comme Oxygène, le cinéma nous en a offert quelques-uns. Ces dernières années, c’est l’excellent Buried, avec Ryan Reynolds, qui s’est imposé comme le mètre-étalon de ce sous-genre plutôt casse-gueule où un seul acteur est chargé, en vase-clos, de tenir toute l’histoire sur ses épaules. Buried auquel Oxygène fait irrémédiablement penser. Ce qui amène une autre question primordiale : Oxygène est-il aussi réussi ?

oxygene-netflix-melanie-laurent-alexandre-aja

« T’es tendu Natacha ! »

Le principal défi d’Alexandre Aja consistait ici à nous maintenir en haleine pendant 1h40 dans un espace super réduit tout en répondant aux deux questions principales qu’amène le postulat d’Oxygène : pourquoi cette femme est-elle enfermée dans ce truc ? et arrivera-t-elle à s’en sortir avant que sa réserve d’oxygène ne s’épuise. Passée l’introduction, qui nous permet d’à la fois comprendre ls enjeux et de faire connaissance avec le personnage principal, Oxygène prend la tangente et multiplie les visions. Une manière de « sortir » de ce caisson sans vraiment en sortir et une manière de rythmer le récit. Contrairement à Buried qui ne cherchait jamais à s’échapper, Oxygène organise des parenthèses et dessine une histoire plus tortueuse que prévu dont la véritable nature ne se révèle qu’au bout d’une bonne heure.

Maître de son caisson, Aja exploite parfaitement bien cet espace clos tandis que Mélanie Laurent fait des pieds et des mains pour incarner la détresse et la résilience de cette femme piégée pour on ne sait quelle raison. Le savoir-faire du réalisateur qui ici est flagrant et tant pis si même lui ne peut pas non plus éviter les ventre-mous finalement assez nombreux pour provoquer de temps à autre des micro-décrochages.

Je vais pas super bien, fais toi du soucis

Néanmoins, grâce à cette maîtrise formelle, envers et contre un scénario qui bien que surprenant se mord quand même un peu la queue à force de coups de théâtre, Oxygène parvient toujours à rebondir. Conscient des attentes des spectateurs, Alexandre Aja fait son maximum et évite d’en faire des caisses, au diapason avec son actrice, auquel le film doit beaucoup. Forcément de tous les plans, Mélanie Laurent est le principal atout d’Oxygène. Quand d’autres auraient pu se laisser aller et partir en roue libre, elle maintient le cap jusqu’au bout, parvenant même, au fil de ces séquences un peu oniriques, à insuffler un peu de poésie à cette cruelle fable aux accent S.F..

Oxygène qui permet également de retrouver Mathieu Amalric, dans le rôle de l’ordinateur de bord qui, sans égaler la perfidie flippante du H.A.L. De 2001, l’Odyssée de l’Espace, occupe lui aussi assez de place pour permettre au film de se démarquer. Un film assurément ambitieux, qui au final, arrive à s’extraire de la masse des survival en huis-clos, sans pour autant se montrer aussi intense qu’espéré.

En Bref…

Ambitieux, formellement très soigné et porté par une Mélanie Laurent au top de sa forme dans un rôle pourtant pas évident, Oxygène n’évite pas néanmoins les détours inutiles et peine parfois à tenir l’ennui à distance. Mais globalement, on peut quand même affirmer qu’Alexandre Aja a rempli son contrat. Peut-être pas avec la même hargne qui lui avait permis de faire de Crawl un survival franchement excellent, mais suffisamment pour nous offrir un bon moment de cinéma. Sinon, pour répondre à la question que beaucoup d’entre vous doivent se poser, on est aussi en droit de préférer le plus anxiogène et retors Buried

@ Gilles Rolland

Oxygène-Mélanie-Laurent
Crédits photos : Netflix
Par Gilles Rolland le 13 mai 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments