[Critique] PERCY JACKSON : LA MER DES MONSTRES

CRITIQUES | 15 août 2013 | Aucun commentaire
Percy-Jackson-la-mer-des-monstres

Titre original : Percy Jackson : Sea of Monsters

Rating: ★☆☆☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Thor Freudenthal
Distribution : Logan Lerman, Alexandra Daddario, Brandon T. Jackson, Jake Abel, Douglas Smith, Stanley Tucci, Leven Rambin, Nathan Fillion, Anthony Head, Grey Damon…
Genre : Fantastique/Aventure/Suite/Saga/Adaptation
Date de sortie : 14 août 2013

Le Pitch :
En plein doute, Percy Jackson, le fils de Poseidon, doit retourner au turbin, quand un taureau mécanique défonce la barrière protectrice du camp des sang-mêlé, les rendant du coup vulnérables aux attaques des méchants. Sa mission : retrouver la Toison d’or, seul artefact capable de redonner vie à l’arbre magique qui produit la barrière. Le hic, c’est que Percy n’est pas le seul à se lancer sur les traces de la Toison. Luke, le machiavélique fils d’Hermès, comptant en effet l’utiliser pour redonner vie au premier titan, le tout puissant Kronos…

La Critique :
La mythologie, c’est cool ! Voilà en substance le message des films Percy Jackson. N’ayant rien trouvé de mieux que d’adapter les bouquins de Rick Riordan pour tenter de ressusciter la frénésie provoquée par Harry Potter à travers le monde, les producteurs derrière Percy Jackson ont pourtant hésiter avant d’offrir une suite au premier film. La mythologie c’est cool, mais quand le pognon rentre c’est encore mieux ! Percy Jackson premier du nom n’ayant pas non plus rameuté des masses de spectateurs, les costards-cravates se devaient de marcher sur des œufs. Il semblerait en effet que le public soit plus sensible aux magiciens à lunettes, qu’aux demi-dieux mythologiques arrogants. Question de goût probablement, même si qualitativement, Percy Jackson semble complètement aux fraises. C’était déjà le cas avec ses précédentes aventures et la suite nous apporte une navrante confirmation. Porté par un Chris Colombus fatigué mais néanmoins souvent efficace compte tenu du contexte, le premier Percy avait quand même pour lui toute une galerie d’acteurs confirmés, qui apportaient une sorte de caution à l’ensemble. Ici, dans cette suite poussive, adios les stars ! Parmi les grands noms, personne n’a rempilé. Ni Sean Bean, ni Catherine Keener, ni Steven Coogan et ni Pierce Brosnan, remplacé pour le coup par Anthony Head, un acteur de télévision populaire pour avoir incarné Giles dans Buffy contre les vampires, plusieurs années durant.
C’est connu, quand les stars quittent le navire, malgré les promesses de payes bien juteuses, c’est mauvais signe ! Faut pas pousser mémé dans les orties… Déjà bien compromis dans le premier volet, Sean Bean et Pierce Brosnan ne sont apparemment pas non plus maso, même si parfois leur filmographie laisse à penser le contraire. Seuls les « jeunes », à savoir Logan Lerman, Alexandra Daddario et Brandon T. Jackson ont rempilé. Mettons ça sur le compte de la naïveté et de l’inexpérience. Ou alors sur le fait qu’on leur ait caché le curriculum de Thor Freudenthal, le réalisateur de cette Mer des Monstres. Un mec qui s’est quand même illustré avec des films « d’auteur » comme Palace pour chiens et Journal d’un dégonflé… On aurait pourtant vraiment aimé que Thor nous prenne à revers. Qu’il nous prouve qu’avec un budget conséquent et quelques acteurs concernés, il pouvait faire des étincelles, mais non. Thor Freudenthal n’est pas un foudre de guerre. Cruelle ironie, même si la réalisation pépère ne s’avère pas non plus déshonorante.

Ce qui n’est pas le cas de certains effets-spéciaux, scandaleux. Des sfx tout juste dignes d’une production bon-marché et des rebondissements en carton. La combinaison de Percy Jackson 2 est terrifiante. Pourquoi par exemple avoir choisi d’introduire un cyclope dans l’histoire quand on est pas capable de livrer des effets dignes de ce nom ? À part pour caser une belle morale sur la tolérance, et l’acceptation de soi, on ne voit pas. Mystère aussi concernant cet acharnement sadique envers certaines figures de la mythologie. Dionysos est devenu un blaireau frustré de voir son vin transformé en eau par Zeus, le cyclope en chef (le même qui se fritta avec Ulysse jadis) ne pense qu’à bouffer et Kronos est un puzzle géant d’une mocheté indigne de sa position de grand méchant.
La mythologie morfle salement dans cette affaire. Après le remake du Choc des Titans, sa pitoyable suite et le premier Percy Jackson, La Mer des Monstres en rajoute une couche et parvient à extraire le peu de magie et de merveilleux qui habitaient le précédent volet, pour se focaliser sur la stupidité et la beaufitude de ses personnages.
Reposant sur un budget inférieur au Voleur de foudre, La Mer des Monstres a au moins le mérite de revaloriser son prédécesseur et aurait tout aussi bien pu ne sortir qu’en vidéo. Incohérent, mal écrit, stupide et jamais véritablement intéressant, Percy Jackson 2 est de plus bien trop long, compte tenu des ambitions pathétiques de ses créateurs. Difficile de trouver quelque chose à sauver dans cet imbroglio difforme et idiot, mais après tout, rien ne nous force à essayer. Le principal étant que sitôt sorti de la salle, passée la frustration d’avoir gaspillé 1h40 de son temps devant ce navet même pas drôle, on oublie tout, peu à peu, en espérant tout de même qu’il n’y aura pas de troisième volet.

@ Gilles Rolland

percy-jackson-sea-of-monsters

Crédits photos : 20th Century Fox France

Par Gilles Rolland le 15 août 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments