[Critique] #PIRE SOIRÉE

CRITIQUES | 2 août 2017 | Aucun commentaire
Pire-soirée-poster

Titre original : Rought Night

Rating: ★★★☆☆
Origine : États-Unis
Réalisatrice : Lucia Aniello
Distribution : Scarlett Johansson, Jillian Bell, Zoë Kravitz, Kate McKinnon, Ilana Glazer, Paul W. Downs, Demi Moore, Ty Burrell…
Genre : Comédie
Date de sortie : 2 août 2017

Le Pitch :
Cinq amies d’université se retrouvent dix ans après la fin de leurs études pour enterrer la vie de jeune fille de l’une d’entre elles, à Las Vegas, au cours d’un week-end de débauche. Malheureusement, la fête tourne vite au cauchemar quand le strip-teaseur embauché fait une chute mortelle. La nuit va être longue…

La Critique de #Pire Soirée :

Désormais, on donne allègrement dans le hashtag, y compris quand il s’agit de traduire le titre original d’un film américain. Juste pour lui conférer une identité un peu plus moderne, en accord avec certains des codes les plus prépondérants de la communication 2.0. Bref, après #Chef, voici #Pire Soirée soit un remake girly du Very Bad Things de Peter Berg. Ce qui, vous en conviendrez, n’a absolument rien à voir avec la présence d’un hashtag au début du titre. Bref…

Pire-soirée-cast2

Lost in Hangover

Parce que si on peut tout de suite affirmer que #Pire Soirée est plutôt drôle dans son genre, difficile de ne pas avertir la populace tout aussi rapidement quant à son étroite ressemblance avec Very Bad Things et, tant qu’on y est, tous les Very Bad Trip. Comme dans Very Bad Things, les personnages vont festoyer à Vegas et tuent par accident quelqu’un. Une strip-teaseuse hier, un strip-teaseur aujourd’hui. Lucia Aniello, la réalisatrice, qui a co-écrit le scénario, ne s’est donc pas spécialement foulée. Elle a emprunté le pitch du Peter Berg qu’elle a considérablement adouci niveau violence pour venir raccrocher les wagons avec la légèreté des Very Bad Trip. Le tout, vous l’aurez compris, avec des filles à la place des types.
Au milieu de ce plagiat qu’il est à fait légitime de considérer comme un poil éhonté, Scarlett Johansson prouve qu’elle ne fait plus preuve de la même exigence que jadis, quand elle portait seule ou presque sur ses épaules des projets autrement plus audacieux. Le truc, c’est que malgré tout, Scarlett reste Scarlett. Et ici, en plus, elle se lâche. Ce qui constitue en soi, l’une des bonnes raisons de tout de même se laisser tenter par #Pire Soirée. Scarlett qui n’est pas seule…

Dream Team

On comprend alors très rapidement, que derrière ce script cousu de fil blanc, au dénouement un peu prévisible et à peu près aussi palpitant qu’un après-midi chez Picard, se cache de généreux numéros d’actrices. Et si Scarlett prend un évident plaisir à interpréter un personnage déluré, elle peut aussi compter sur les tornades comiques Jillian Bell et Kate McKinnon. La première, qui prend depuis quelques années de l’ampleur, fait ce qu’elle sait faire de mieux et prouve que quelle que soit la partition qu’on lui donne à jouer, elle sait tirer son épingle du jeu. Un peu à la façon de la géniale Kathryn Hahn, à laquelle elle ressemble d’ailleurs. La seconde, la sauvagement géniale Kate McKinnon fait quant à elle partie de ces actrices qui sont excellentes en toutes circonstances. Ici un peu discrète (elle est écartée du film pendant un long moment et inutile de dire que c’est précisément là qu’on commence à gentiment s’ennuyer), c’est tout de même grâce à sa verve qu’on rigole le plus et vu que c’est précisément le but de toute l’entreprise, on peut avancer sans avoir peur de se tromper qu’elle est pour beaucoup dans l’énergie que dégage le film. Sans oublier Ilana Glazer, très bien elle aussi et Zoe Kravitz, l’un des atouts charme indéniables du long-métrage. La fille de Lenny qui sait aussi jouer sur plusieurs registres, ce qui est bien sûr un plus non négligeable.
Alors oui, c’est Scarlett qui tient le haut de l’affiche mais au fond, #Pire Soirée est un film qui doit son salut à un joli travail d’équipe. Même Demi Moore et Ty Burrell participent à l’effervescence qui fait, qu’au final, on ressort le sourire aux lèvres. Quand à savoir si on se souvient de tout ceci le lendemain, il ne faut peut-être pas exagérer non plus…

En Bref…
Déclinaison feignante et gentiment trash de Very Bad Trip et consort, #Pire Soirée joue la facilité en permanence et ne doit son salut qu’au charisme et au talent de ses comédiennes.

@ Gilles Rolland

PIre-soirée-castCrédits photos : Sony Pictures Releasing France

Par Gilles Rolland le 2 août 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments