[Critique] PREDESTINATION

CRITIQUES | 3 décembre 2014 | 1 commentaire
Predestination_br

Titre original : Predestination

Rating: ★★★★☆ (moyenne)
Origines : Australie/États-Unis
Réalisateurs : Michael Spierig, Peter Spierig
Distribution : Ethan Hawke, Noah Taylor, Sarah Snook, Christopher Kirby, Madeleine West, Jim Knobeloch, Freya Stafford…
Genre : Science-Fiction/Fantastique/Drame/Thriller
Date de sortie : 1er décembre 2014 (DTV)

Le Pitch :
Un agent temporel entame sa dernière mission. Son but : appréhender un terroriste particulièrement intelligent, qui ne cesse de lui filer entre les doigts en laissant dans son sillage toujours plus de victimes…

La Critique (Nicolas) Rating: ★★★★☆ : ICI 

La Critique (Gilles) Rating: ★★★★☆ :
C’est un scandale ! Pourquoi Predestination n’est-il pas sorti en salle ? Pourquoi lui avoir réservé un sort si peu enviable, en le balançant dans l’indifférence la plus totale dans les bacs vidéo ? Ok, parfois, on peut comprendre ce qui motive les distributeurs pour priver tel ou tel long-métrage d’un passage dans les cinémas. Là, la chose reste tout bonnement incompréhensible. L’habitué d’On Rembobine sait à quel point nous pestons souvent sur ces petits bijoux laissés pour compte, condamnés à l’avance par un système qui manque parfois cruellement de logique et de clairvoyance. Pour un navet inexplicablement programmé dans les multiplexes, combien d’œuvres ambitieuses, irrévérencieuses, inventives ou encore jubilatoires jetées aux orties, ou au mieux propulsées au rang de DTV de luxe, et de toute façon destinées à une carrière moins enviable car propulsée par une promo souvent bâclée ? Cette année, de très bons films, parfois carrément géniaux ont subi ce sort. On pense à Byzantium, à Cheap Thrills, à The Truth About Emanuel, à Légendes Vivantes, à Hours, à Bad Words, ou encore à Odd Thomas. Predestination vient grossir les rangs. Et la qualité probante du film, qui demeure une vraie claque, de prouver qu’aujourd’hui plus que jamais, le fait de voir une production débouler directement en vidéo n’est pas forcément indicateur de sa qualité. Bref…

Vous l’aurez compris, Predestination est bon. Très bon. Est-ce une surprise ? Pas vraiment si on considère le c.v. des forces en présence. Ethan Hawke tout d’abord, qui a toujours relativement bien mené sa barque, privilégiant souvent ces dernières années des œuvres alternatives comme Sinister, Before Midnight, l’excellent Boyhood, ou encore plus anciennement Daybreakers. Daybreakers justement qui était réalisé par Michael et Peter Spierig, à savoir précisément les réalisateurs de Predestination. Sorti en salle, Daybreakers prouvait le talent et la clairvoyance des frangins, dont la principale réussite sur ce coup-là, fut de renouveler avec intelligence le mythe du vampire, pour offrir un film à mi-chemin entre la science-fiction, l’anticipation, et l’horreur pure et dure.
Retrouvant Ethan Hawke, les Spierig font ainsi à nouveau très fort avec leur troisième long-métrage (pour rappel, le premier, Undead, était déjà bien rentre-dedans et plutôt jubilatoire dans son genre) et sautent à pied joint dans un des fantasmes de cinéma les plus porteurs mais aussi les plus casse-gueule, à savoir les voyages dans le temps.

Predestination

Tout débute de manière relativement classique. Un type, un flic d’un autre genre, voyage dans le temps afin de coincer un terroriste avant que celui-ci ne fasse exploser tout un quartier en 1975. Très vite, le film change de voie et multiplie les pistes, comme tout bon trip temporel qui se respecte. Stimulant, nerveux et intrigant, le film est pourtant loin d’avoir révélé son principal atout. C’est lorsque le deuxième personnage principal débarque, que les Spierig nous dévoilent leur carré d’as. Un deuxième personnage mystérieux et d’emblée assez fascinant. Lorsqu’il se met à raconter son histoire, un deuxième film débute. On s’en doute, les deux récits (le principal et le secondaire) sont amenés à se rencontrer. C’est le « comment » qui reste à définir, et la réponse est assez hallucinante de maîtrise.
Bien sûr, Predestination n’évite pas certains pièges inhérents à ce genre de film (par rapport au paradoxe temporel comme ressort narratif central). Les plus tatillons, à force de se triturer les méninges, trouveront probablement des failles à cette incroyable histoire, mais là n’est pas le propos. Predestination demande un certain lâcher-prise. Il faut se laisser aller et surtout se laisser emporter par la véritable proposition de cinéma des frères Spierig. Également au scénario, ces deux roublards jouent avec nos nerfs en livrant un script audacieux ô combien passionnant, en permanence à fleur de peau, sans se priver d’aller au bout de leur démarche sans défaillir.

Ethan Hawke, comme souvent, est parfait. Campant un personnage obstiné et cassé, il fait preuve d’une indéniable fragilité qui confère à son rôle pourtant badass sur bien des aspects, des failles directement liées au flot d’émotions que le film charrie dans son dernier quart.
Pourtant, c’est avant tout à Sarah Snook qu’il faut tirer son chapeau. Méconnue, la comédienne s’avère incroyable dans un rôle dont il ne faut rien dévoiler pour ne pas risquer de déflorer le mystère qui entoure Predestination. Sachez juste qu’elle assure comme une bête.

Formellement aussi, le long-métrage est une réussite indéniable. Parfois carrément virtuose, il bénéficie d’une photographie vintage qui lui confère un aspect joliment désuet, le faisant lorgner bien souvent vers le pur film noir et le drame psychologique le plus intense. Plus qu’un simple trip de science-fiction tape-à-l’œil, Predestination s’apparente à un conte tragique et philosophique dont les ramifications vont bien au-delà de ce que le pitch semble promettre. On s’éloigne très vite de cette histoire de terroriste pour pénétrer la psyché de personnages abimés et remarquablement croqués et incarnés. Michael et Peter Spierig livrent ici un petit classique de la trempe des meilleures œuvres du genre. Sans chercher à trop en faire, dans une modestie relative aux plus grands, les deux réalisateurs font très forts et transcendent un schéma dans lequel il est de plus en plus difficile de se démarquer. Touchant et bluffant, ne privilégiant jamais la forme par rapport au fond, avec des moyens limités et des idées à la pelle, Predestination propose une science-fiction maligne qui fait mouche.

@ Gilles Rolland

Predestination-Ethan-HawkeCrédits photos : Sony Pictures Releasing France

Par Gilles Rolland le 3 décembre 2014

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Karl Libus
Karl Libus
6 années il y a

Très intéressant… Je veux le voir!!!