[Critique] RETOUR À ZOMBIELAND

CRITIQUES | 8 octobre 2019 | Aucun commentaire
Retour-à-Zombieland-poster

Titre original : Zombieland : Double Tap

Rating: ★★★½☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Ruben Fleischer

Distribution : Woody Harrelson, Emma Stone, Jesse Eisenberg, Abigail Breslin, Zoey Deutch, Rosario Dawson, Avan Jogia, Thomas Middleditch, Luke Wilson…

Genre : Horreur/Comédie/Suite

Durée : 1h39

Date de sortie : 30 octobre 2019

Le Pitch :

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la bataille du parc d’attractions, qui a en quelque sorte scellé l’amitié de Tallahassee, Columbus, Wichita et Little Rock. Le groupe que le destin va à nouveau séparer, dans un monde plus que jamais dévoré par des hordes de zombies…

La Critique de Retour à Zombieland :

10 ans se sont écoulés entre le premier Zombieland et cette suite. 10 années qui ont été marquées par plusieurs rumeurs concernant un retour de l’équipe originale mais surtout par la mise en chantier d’une série. Série qui a capoté quand son pilote s’est lamentablement vautré, douchant dans un même élan les espoirs du réalisateur Ruben Fleischer et de ses scénaristes. Finalement, tout le monde parvint à se mettre d’accord et Zombieland 2, ou Retour à Zombieland en France, vit le jour pour la plus grande joie des fans. Une suite qui voit Emma Stone, Woody Harrelson, Jesse Eisenberg et Abigail Breslin refaire équipe. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Retour-à-Zombieland-Emma-Stone

Suite ou remake ?

Le générique de Retour à Zombieland annonce un peu malgré lui la couleur… Le film débute sur une tirade du personnage de Jesse Eisenberg, comme pour le premier. Puis vient la musique. Toujours du Metallica. Hier For Whom The Bells Tolls, aujourd’hui Master of Puppets. Oui c’est efficace. Le truc, c’est qu’on se rend vite compte que finalement, cette suite est presque davantage un remake du premier. Ce qui est rarement une bonne idée. À part pour Evil Dead 2 qui est effectivement un remake du premier volet. Mais c’est un cas particulier et pas question de comparer le chef-d’œuvre de Sam Raimi avec Zombieland 2 qui recycle pendant une grosse heure et demi toutes les bonnes idées de son prédécesseur sans jamais faire preuve d’une vraie audace. On se surprend même à penser qu’il est étonnant qu’ils ne nous aient pas ressorti le coup des Twinkies car tout le reste, ou presque, y est. Y compris le postulat.. Retour sur les routes délabrées d’une Amérique ravagée donc, avec dans l’habitacle les mêmes personnages, accompagnés par quelques nouveaux amenés à rester ou à se faire bousiller… Car au fond, qu’est ce qui fait une bonne suite ? Pourquoi Le Parrain 2 ou Terminator 2 sont-ils généralement considérés comme supérieurs au Parrain et à Terminator ? Parce qu’ils se contentent d’obéir à la règle bête et méchante qui veut que la suite basique soit plus rapide et plus spectaculaire ? Non, justement. Si ces chefs-d’œuvre sont des chefs-d’œuvre, c’est justement parce qu’ils tracent leur propre route sans chercher absolument à tabler sur les recettes ayant fait le succès de leurs prédécesseurs. La principale erreur de Retour à Zombieland est donc celle-là : jouer la redite en espérant que cela ne se verra ps trop et en misant absolument tout sur le capital sympathie des personnages et des acteurs.

The Running Dead

La bonne nouvelle, c’est que si l’effet de surprise s’est fait la malle et que la trame principale reste très prévisible dans son développement, le charme opère tout de même. On préférera toujours le premier épisode mais cette suite fait le job grâce à ses acteurs, à l’énergie déployée par le réalisateur (qui se fend d’un furieux et pour le coup inattendu plan-séquence) et par la rythmique, quant à elle toujours redoutable. Woody Harrelson a une classe folle, Jesse Eisenberg fait ce qu’il sait faire de mieux, Emma Stone assure comme toujours et Abigail Breslin… Et bien elle, malheureusement, elle se met un peu en retrait au profit de Zoey Deutch, dont le personnage de blonde écervelée reste à la surprise générale assez appréciable, principalement grâce à l’abattage de l’actrice. Les guest stars comme Luke Wilson et Rosario Dawson se chargeant de conférer au film un surplus de prestige bien utile quand il s’agit de tenir l’ennui à distance et de justifier la démarche. Oui, c’est un peu de l’enfumage mais de l’enfumage qui fonctionne. C’est plutôt rare.

À son époque, en 2009 donc, sorte de pendant américain de Shaun Of The Dead, Bienvenue à Zombieland avait fait souffler un vent de fraîcheur sur le genre. Retour à Zombieland lui, ne crée par la surprise et s’apparente au mieux à une rafraîchissante brise. Mais au fond, c’est peut-être déjà pas si mal…

En Bref…

Divertissant, gore, rondement mené par un Ruben Fleischer en pleine forme et porté par des acteurs visiblement heureux de retrouver leurs personnages, Retour à Zombieland pêche par contre par un manque flagrant d’originalité. La faute à son scénario trop opportuniste, certes parsemé de gags parfois très drôles mais trop calqué sur celui du premier. Reste que le début du film contient l’une des meilleures vannes de l’année et que la scène post-générique vaut à elle seule largement le détour !

@ Gilles Rolland

Retour-à-Zombieland-cast
Crédits photos : Sony Pictures Releasing France
Par Gilles Rolland le 8 octobre 2019

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments