[Critique] THE TENDER BAR

CRITIQUES | 11 janvier 2022 | 1 commentaire
The-Tender-Bar-poster

Titre original : The Tender Bar

Rating: ★★★★½

Origine : États-Unis

Réalisateur : George Clooney

Distribution : Ben Affleck, Tye Sheridan, Lily Rabe, Christopher Lloyd, Sondra James, Daniel Ranieri, Max Martini, Ron Livingston, Max Casella…

Genre : Drame/Adaptation

Durée : 1h44

Date de sortie : 7 janvier 2022 (Prime Video)

Le Pitch :

Le jeune J.R., 8 ans, emménage avec sa mère chez son grand-père où vit également son oncle Charlie, un patron de bar féru de littérature qu’il admire au plus au point. Un homme qui va tenir le rôle de père de substitution auprès du petit garçon et contribuer à lui donner le goût de la lecture…

La Critique de The Tender Bar :

Un peu plus rare sur les écrans, George Clooney semble se concentrer ces dernières années sur sa carrière de réalisateur. Et c’est un an presque jour pour jour après Minuit dans l’univers, son joli film un peu maladroit sur la fin du monde (disponible sur Netflix) qu’il revient, sur Prime Video, avec un nouveau long-métrage. The Tender Bar qui illustre les mémoires de l’écrivain J.R. Moeringer, permettant ainsi à George Clooney de nous livrer une œuvre touchante, du même niveau que ses meilleures réalisations.

The-Tender-Bar

Clooney chez Dickens

Ce n’est pas un hasard si le bar que tient le personnage de Ben Affleck dans The Tender Bar emprunte son nom à Charles Dickens. Le taulier étant un féru de littérature classique, tout aussi prompt à servir des whiskys que des réflexions sur les écrits de tel ou tel écrivain avec la même gouaille irrésistible. Au Dickens où le jeune J.R. apprend la vie auprès de son oncle Charlie, afin de palier à l’absence d’un père avec lequel il entretient une relation à sens unique par le biais de la radio (le père en question est DJ).

Avec son postulat à la fois simple et efficace, George Clooney renoue avec un cinéma plus intimiste et personnel. Bien aidé par la photographie inspirée de Martin Ruhe, déjà en poste sur Minuit dans l’univers, il convoque les figures de style d’un cinéma à l’américaine, au sens le plus noble du terme. Habité de personnages attachants, tour à tour fantasques ou plus introvertis, comme ce grand-père un peu bourru formidablement campé par Christopher Lloyd, le film ne cherche pas à révolutionner le genre auquel il s’attache, préférant mettre en avant sa sincérité et son respect pour cette histoire vraie ainsi racontée avec beaucoup de déférence et de sensibilité.

Écrivain en herbe

Son héros, le jeune J.R., que l’on voit grandir pour finalement nous apparaître sous les traits de l’excellent Tye Sheridan, fournit également l’occasion à Clooney de flirter avec le récit initiatique, là encore en faisant preuve d’un parfait équilibre, sans jamais sacrifier son histoire sur l’autel de quelques effets de style un peu trop voyants. On pourra ainsi trouver The Tender Bar trop conventionnel mais ce serait oublier que plusieurs fois, via une narration éclatée parfaitement fluide et des choix stylistiques discrets mais néanmoins affirmés, George Clooney fait preuve d’une vraie audace. Une audace pertinente qui plus est tant elle fait honneur à l’histoire de cet écrivain en herbe, pas spécialement gâté par la vie mais suffisamment bien entouré et motivé pour chercher à continuellement s’en sortir.

Le grand roman américain

Touché par la grâce, George Clooney n’avait pas été aussi bon depuis bien longtemps. Y compris dans la direction d’acteurs tant ici, tous les éléments semblent s’imbriquer les uns aux autres avec un naturel confondant. Tirant le meilleur de ses comédiens, offrant un rôle en or à un Ben Affleck qui a rarement été aussi bon, le cinéaste trouve la bonne tonalité et ne cesse d’impressionner par la justesse de ses choix. Avec sa patine vintage, sa superbe et entraînante bande-originale et son refus du misérabilisme, The Tender Bar porte finalement bien son nom. Car au fond, malgré les difficultés, son personnage principal ne choisit souvent que de voir la lumière. Même quand celle-ci est ténue, il s’accroche et nous accroche avec lui, nous incitant à le suivre au cours de son apprentissage de la vie.

En Bref…

Parsemé de moments tantôt déchirants tantôt amusants voire très drôles, bienveillant et généreux, The Tender Bar est une authentique réussite. Sans aucun doute l’un des meilleurs films de George Clooney le réalisateur, à ranger aux côtés de Good Night and Good Luck et Confessions d’un homme dangereux. Sous ses airs de comédie dramatique modeste, The Tender Bar est donc bel et bien un grand film. Le premier de 2022. Elle est un peu facile mais je vais la faire quand même : what else ?

@ Gilles Rolland

The-Tender-Bar-Ben-Affleck-Tye-Sheridan
Crédits photos : Prime Video
Par Gilles Rolland le 11 janvier 2022

Déposer un commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Karl
Karl
17 jours il y a

Oui elle est facile…😉😁👍🏻