[Critique] THUNDER FORCE

CRITIQUES | 11 avril 2021 | Aucun commentaire
Thunder-Force-poster

Titre original : Thunder Force

Rating: ★★★☆☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Ben Falcone

Distribution : Melissa McCarthy, Octavia Spencer, Sarah Baker, Jason Bateman, Bobby Cannavale, Pom Klementieff, Melissa Leo, Kevin Dunn…

Genre : Fantastique/Action/Comédie

Durée : 1h45

Date de sortie : 9 avril 2021 (Netflix)

Le Pitch :

Dans un monde où seuls les méchants ont des super pouvoirs, une brillante scientifique parvient à élaborer une formule permettant de conférer à n’importe qui des capacités sur-humaines. Malheureusement pour elle, cette formule se retrouve accidentellement dans le corps de son ancienne meilleure amie. Une femme plutôt brute de décoffrage qui, du jour au lendemain, écope de la lourde responsabilité de sauver la ville de Chicago…

La Critique de Thunder Force :

Ben Falcone et Melissa McCarthy, c’est une affaire qui marche ! À la ville bien sûr, car les deux sont mariés, mais aussi sur le grand écran. Falcone ayant fait ses débuts de réalisateur avec la comédie Tammy, dans laquelle Melissa McCarthy tenait déjà le premier rôle. Puis le couple a enchaîné avec The Boss et La Reine de la Fête, avant de tenter de marcher sur les plates-bandes de Marvel et DC avec Thunder Force. Une production Netflix qui voit deux femmes que tout oppose faire front contre une menace inédite quand elles se voient dotées de super pouvoirs.

Un pouvoir passable implique des responsabilités limitées

Alors bien sûr, quand on dit « marcher sur les plates-bandes » de Marvel », ce n’est pas vraiment exact. Jamais Thunder Force n’a la prétention de faire du Marvel et c’est d’ailleurs sa plus grande qualité. La modestie qui permet au film de Ben Falcone de sauver les meubles en s’imposant non pas comme un blockbuster truffé d’effets-spéciaux, mais comme une gentille comédie fantastique finalement pas si différente de tous les films signés par le duo. Tant qu’on le prend de cette façon, difficile d’être déçu : Melissa McCarthy fait du Melissa McCarthy, Ben Falcone est à son service et gère plutôt bien le côté « fantastique » de l’ensemble, et les seconds rôles occupent des fonctions bien précises. Chacun rentrant dans une case prédéfinie, sans faire trop de vagues.

Thunder-Force-cast

Wonder Women

Reposant sur une histoire très banale et donc sans surprise, Thunder Force est surtout convainquant dans sa première partie, quand le personnage de Melissa McCarthy apprend à maîtriser ses pouvoirs. Une introduction de plus assez drôle, où tout le talent de l’actrice, quand il s’agit de s’approprier les situations les plus improbables, monopolise l’attention. Au point que très vite, celle-ci, involontairement, fait de l’ombre à Octavia Spencer, son illustre partenaire, qui pour sa part, a l’air bien moins à l’aise.

Et puis ça dérape gentiment. Jason Bateman joue un méchant doté de pinces de crabe à la place des bras, Bobby Cannavale en fait des caisses et Pom Klementieff lance des éclairs avec ses mains. Thunder Force hésitant en permanence entre la pure gaudriole et un schéma pré-établi dénué d’audace, finissant par opter pour la seconde option via un climax assez tiède. Même Melissa McCarthy, pas forcément servie par des dialogues de moins en moins inspirés, finit en pilotage automatique. Tout ça étant rythmé par des compositions originales du duo formé pour l’occasion par Dave Lombardo, le batteur de Slayer et Scott Ian, le guitariste d’Anthrax (avec des interventions remarquées de Corey Taylor de Slipknot, Tina Guo ou encore Lzzy Hale de Halestrom). Ce qui est très inattendu mais néanmoins très sympathique. Une bande-originale en partie responsable du caractère sympathique de ce petit film fantastique aussi amusant que finalement inoffensif.

En Bref…

Petite comédie fantastique en particulier inspirée dans sa première moitié puis par la suite relativement anecdotique, Thunder Force fait le job sans éclat mais sans trop démériter non plus.

@ Gilles Rolland

Thunder-Force-Melissa-McCarthy
Crédits photos : Netflix
Par Gilles Rolland le 11 avril 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments