[Critique] TOMB RAIDER (2018)

CRITIQUES | 15 mars 2018 | 1 commentaire
Tomb-Raider-poster

Titre original : Tomb Raider

Rating: ★★★½☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Roar Uthaug
Distribution : Alicia Vikander, Walton Goggins, Dominic West, Daniel Wu, Kristin Scott Thomas, Derek Jacobi, Nick Frost…
Genre : Aventure/Action/Adaptation
Date de sortie : 14 mars 2018

Le Pitch :
Voici 7 ans que le père de Lara Croft a été porté disparu. Lara qui se refuse pourtant à accepter sa mort et à signer les papiers qui feront d’elle la dirigeante de l’empire familial. Pourtant, un jour, la découverte d’un mystérieux artefact la met sur la piste de son père et l’incite à son tour à partir à l’aventure, sur une étrange île dans la Mer du Diable…

La Critique de Tomb Raider :

Les jeux-vidéo n’ont jamais porté chance au cinéma. Les bonnes adaptations se comptent sur les doigts d’une seule main (et encore) mais pourtant, régulièrement, les studios tentent le coup et mettent en chantier de nouveaux films. Et si les deux premiers Tomb Raider avec Angelina Jolie furent des échecs artistiques sur toute la ligne, il rapportèrent suffisamment d’argent pour qu’un reboot soit envisagé. Mais les choses prirent du temps. Plusieurs réalisateurs furent par exemple convoités. Plusieurs actrices aussi, dont Cara Delevingne, Saoirse Ronan, Rhona Mitra ou Megan Fox… Jusqu’au jour où le projet fut enfin sur les rails avec un certain Roar Uthaug aux commandes, un cinéaste norvégien responsable du très efficace film d’horreur Cold Prey. Alicia Vikander fut quant à elle choisie pour incarner l’héroïne la plus adulée de l’histoire du jeu-vidéo. Un film qui au final, s’impose sans mal face à ses deux prédécesseurs. Grâce à Alicia Vikander, qui fait une bien meilleure Lara que son aînée Angelina Jolie, mais aussi à divers détails…

Tomb-Raider-Alicia-Vikander

We love Alicia

Quelle bonne idée d’avoir casté Alicia Vikander ! D’emblée, l’actrice suédoise s’est imposée comme la parfaite incarnation de la Lara Croft des derniers épisodes de la saga vidéo-ludique. Affûtée, déterminée, elle ne joue pas sur la séduction mais est quand même à tomber à la renverse. Elle court, se bât, se défend avec une rage et une énergie qui font toute la différence, charismatique, de tous les plans, habitée d’un désir de faire les choses correctement. Sans elle, ce nouveau Tomb Raider aurait bien sûr beaucoup moins d’intérêt. Contrairement à Angelina Jolie, qui n’a jamais réussi à aborder le personnage sans en faire des caisses et mettre en avant une outrecuidance à la longue méchamment gonflante, Alicia Vikander trouve le ton juste. C’est bien simple : elle est parfaite et demeure la meilleure raison pour se payer un ticket afin de découvrir le film sur grand écran. Voilà qui est dit…

Tomb Twix (attention, ce jeu de mots est réservé aux personnes ayant allègrement dépassé la trentaine)

Pour ce qui est du reste, Tomb Raider applique à la lettre les codes du parfait petit imitateur d’Indiana Jones. Rien de nouveau du côté du cinéma d’aventure très grand public. À bien des égards, Tomb Raider 2018 est une resucée des Aventuriers de l’Arche Perdue. Surtout dans sa seconde partie. Il y a aussi quelque chose de La Dernière Croisade avec cette figure paternelle omniprésente. Bien sûr, Tomb Raider n’arrive pas au niveau des films de Spielberg. Cela va sans dire. Mais il y a pourtant quelque chose dans ce blockbuster finalement assez honnête envers les codes qu’il exploite et respectueux de son personnage principal, de sa mythologie et de son public. Même si on trouvera toujours des fans hardcore qui après avoir fantasmé des années sur Lara Croft, vont faire la fine bouche en jouant les haters sur internet… Inévitablement, vu qu’on cause d’une icône de la pop culture, il y aura des déçus. C’est normal et ce n’est pas grave. Quand on sait qu’on ne va pas assister à une révolution, qu’on veut juste voir un truc divertissant qui ne se prend pas la tête, Tomb Raider fait le job.
Surtout que finalement, derrière la caméra, Roar Uthaug s’en sort plutôt bien. Son film comporte plusieurs scènes relativement spectaculaires, comme le naufrage du navire, et sait faire monter la pression quand il s’agit de mettre en avant les compétences athlétiques de Lara. Oh bien sûr, il y a beaucoup d’effets-spéciaux et de scènes sur fond vert et certaines ne sont pas très « jolies »… Mais vu que ça va vite, ça passe…

Dead Island

Tout compte fait, c’est le scénario qui pêche le plus. Très basique, il nous épargne des dialogues indigents mais ne se prive pas de mettre en avant une histoire parcourue de détails un peu con-con. Outre l’émotion, qui a du mal à percer, les personnages secondaires sont les premiers à en faire les frais. Passe encore le side-kick de Lara. Le père incarné par Dominic West (qui interprétait déjà le paternel d’Alicia Vikander dans Mémoires de Jeunesse) par contre… Censé être super intelligent, ce dernier se retrouve complètement aux fraises au bénéfice de sa fille dont l’intelligence le fait passer pour un idiot et pour un pleutre la plupart du temps. Même sentence concernant le méchant campé par Walton Goggins. Il y avait matière à faire quelque chose de cet antagoniste mais non, le script préfère l’exploiter de la manière la plus basique qui soit. Un bad guy en forme de cousin éloigné du Belloq des Aventuriers de l’Arche Perdue. Il ne comprend pas grand chose, se contente de faire exploser des trucs et de tirer sur des gens pour montrer à quel point il est vilain. Pas vraiment un adversaire à la hauteur de Lara Croft… Privé d’un réel méchant, le film est donc plutôt limité mais encore une fois, grâce à Alicia Vikander et à cette propension à aller de l’avant en ne faisant jamais trop de surplace, il parvient à garder la tête hors de l’eau. Et au fond, si il n’est en rien vraiment mémorable, il remplit son office et sait non seulement ne pas faire honte aux jeux dont il s’inspire mais aussi se montrer plus divertissant et enlevé que bien des blockbusters actuels.

En Bref…
Basique mais fougueux, parfois bancal mais aussi suffisamment généreux, ce nouveau Tomb Raider ringardise encore un peu plus les deux premiers films. Une réussite pour le moins inattendue, certes relative, qui doit néanmoins beaucoup à Alicia Vikander, quant à elle irréprochable.

@ Gilles Rolland

Tomb-Raider-Alicia-Vikander-Daniel-Wu  Crédits photos : Warner Bros. France

Par Gilles Rolland le 15 mars 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
cinefil2fer
cinefil2fer
3 années il y a

pas encore vu probablement ce soir ou dans la semaine en streaming
il y aussi le fait qu’il beneficie d’un bien meilleur casting c’est surtout pour cela que j’ai envie de le mater
daniel wu(into the badlands que dire whouaaa)
nick frost (tiens aussi dans into the badlands,serie tv steampunk-brutal martial arts)
walton goggins (six,tres bon dans justified)
dominic west
Hannah John-Kamen (killjoys serie de sf)
et bien sur alicia vikander (ex-machina,jason bourne 5)
et ça ça compte aussi
et puis franchement angelina bof (brad si tu m’ecoute),moi perso je la trouve mauvaise et inexpressive