[Critique] VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE 2 : L’ILE MYSTERIEUSE

CRITIQUES | 18 février 2012 | Aucun commentaire

Titre original : Journey 2 : The Mysterious Island

Rating: ★★★☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Brad Peyton
Distribution : Dwayne Johnson, Michael Caine, Josh Hutcherson, Luis Guzman, Vanessa Hudgens, Kristin Davis…
Genre : Aventure
Date de sortie : 15 février 2012

Le Pitch :
Sean , un jeune passionné de Jules Vernes, capte un message codé de son aventurier de grand-père. Avec l’aide de son beau-père bodybuildé, il décrypte le message et découvre qu’il provient de l’île Mystérieuse. Invisible sur les cartes, l’île n’est connue de personne. Néanmoins, Sean semble fermement décidé à partir à l’aventure, pour rejoindre son ailleul. Accompagné de son beau-père, d’un pilote d’hélicoptère un peu fantasque et de sa jolie fille, Sean s’embarque pour un périple haut en couleurs…


La Critique :
Oubliez le titre français qui n’a strictement aucun rapport avec le film (mis à part le sous-titre qui lui, met dans le mille). Voyage au centre de la Terre : L’île Mystérieuse reste en surface ! Oubliez également Brendan Fraser. Seul le jeune Josh Hutcherson reste sur le navire, accompagné cette fois-ci par la terreur des rings, Dwayne « The Rock »Johnson. Un casting remanié certes, mais pour une fois, le spectateur n’y perd pas au change. Sous la direction de Brad Peyton (Comme chiens et chats : la revanche de Kitty Galore), on retrouve une distribution colorée et atypique ; de Luis Guzman (Boogie Nights, L’Impasse…), dans un rôle un peu crétin mais la plupart du temps amusant, à Michael Caine, légende du cinéma britannique, ici dans les pompes d’un explorateur vieillissant excentrique, en passant par la pop/movie star Vanessa « High School Musical » Hudgens.

Une joyeuse troupe réunie au cœur d’un périple bariolé, clairement destiné à un jeune public, emballé avec l’honnêteté des classiques du genre. C’est d’ailleurs clairement la principale qualité du film. Voyage au centre de la Terre 2 ne pète jamais plus haut que son cul. Une ambition modérée qui encourage l’indulgence quant aux nombreuses imperfections qui émaillent le récit. Il y a le scénario, qui enfile les clichés et qui, c’est important, est cousue de film blanc. Les incohérences sont aussi nombreuses et le montage un peu brouillon. Le script pioche à la fois chez Swift (Les Voyages de Gulliver), et chez Vernes (Voyage au centre de la Terre, 20 000 lieux sous les mers, L’île mystérieuse) pour déboucher sur une ratatouille un peu indigeste de références littéraires simplistes. Le Nautilus est de la fête, les éléphants sont minuscules, comme sur Lilliput, etc…

Le ragout en forme de best-of bas de plafond sert donc de base au long-métrage qui en tire une succession de séquences heureusement spectaculaires. La poursuite sur les œufs de lézard, la chevauché à dos d’abeilles ou la chasse à la murène font ainsi partie des moments forts du film.

Les adultes trouveront peut-être à redire, mais la chose est parfaite pour les enfants (et ceux qui le sont restés). Ça bouge, les effets-spéciaux sont plutôt bien fichus et l’action relativement bien rythmée. Il n’y pas tromperie sur la marchandise. À aucun moment, Voyage au centre de la Terre 2 n’a été vendu comme une réflexion shakespearienne sur les écrits de Jules Vernes. Prenons donc le film pour ce qu’il est : un blockbuster primaire, divertissant et parfois drôle, qui a la bonne idée de ne pas s’étirer en longueur. Et sait-on jamais, peut-être donnera-t-il envie aux plus jeunes de se plonger dans les bouquins de Jules Vernes ?

@ Gilles Rolland

Voyage-au-centre-de-la-Terre-2-The Rock  Crédits photos : Warner Bros

Par Gilles Rolland le 18 février 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments