[Critique] XXX : REACTIVATED

CRITIQUES | 18 janvier 2017 | Aucun commentaire
XXX-3-reactivated-poster

Titre original : xXx : Return Of Xander Cage

Rating: ★½☆☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : D.J. Caruso
Distribution : Vin Diesel, Donnie Yen, Deepika Padukone, Kris Wu, Ruby Rose, Tony Jaa, Nina Dobrev, Rory McCann, Toni Collette, Samuel L. Jackson…
Genre : Action/Suite
Date de sortie : 18 janvier 2017

Le Pitch :
La NSA s’est fait dérober un boîtier permettant de prendre le contrôle de n’importe quel satellite, qui devient alors instantanément une arme redoutable. Un seul homme peut le retrouver et sauver le monde. Cet homme, c’est Xander Cage, le spécialiste des sports extrêmes ! Malheureusement, Cage est mort. Enfin pas vraiment. En réalité, il se la coule douce en République Dominicaine et ne va pas tarder à reprendre du service…

La Critique de XXX : Reactivated :

Il était une fois un gros crétin dopé aux hormones de croissance et au Red Bull qui affichait fièrement les tatouages les plus atrocement laids de l’hémisphère nord tout en effectuant des cascades pour un oui ou pour un non, un sourire de benêt collé à son visage poupin. Le genre a s’élancer du haut d’une gigantesque antenne pour atterrir tranquillou dans la forêt, avec des skis, alors qu’il ne neige même pas. À vrai dire, là où il est quand il fait ce truc aussi stupide que pas aussi cinégénique qu’on pourrait le croire, il ne neige jamais. Bref… Cet homme que toutes les nanas trouvent visiblement irrésistible, c’est Xander Cage, alias XXX, et c’est le plus beauf de tous les héros de film d’action que le septième-art ait connu. En tout cas, c’est le constat qui s’impose à la vision de ce XXX : Reactivated, qui marque le retour au turbin de Vin Diesel, alors que ce dernier avait lâché l’affaire en lassant sa place à Ice Cube pour un deuxième épisode que tout le monde a oublié. Diesel fait donc le même coup que pour Fast & Furious. Conscient qu’il était trop feignant pour creuser en direction de rôles comme celui qu’il tient, autrement plus consistant, dans Jugez-moi coupable de Sydnet Lumet, le Vin fonce maintenant tête baissée dans l’action. Pas l’action à l’ancienne à la Schwarzenegger mais celle qui demande de se la jouer en permanence… non attendez, on est encore dans l’intro là ?XXX-3-reactivated-Diesel

XXX 3 : la beaufitude en sur-régime

On ne va pas revenir sur nos pas, mais voilà le topo : Xander Cage est un gars particulièrement détestable. Il ne se prend pas pour de la merde, raconte pas mal de conneries, porte de la fourrure et n’a pas changé de fringues depuis 2002. Par dessus le marché, il écoute de la techno de base tendance bas du front, est plutôt misogyne et parfaitement outrecuidant. Pour résumer, c’est un gros con. L’avantage, c’est qu’avec un rôle pareil, Vin Diesel n’a pas besoin de s’embrouiller l’esprit. Il suffit qu’il se pointe, qu’il laisse faire sa doublure quand il faut qu’il fasse autre chose que mater le cul des bombasses que la production a embauché en masse, et qu’il balance des punchlines en carton à intervalles réguliers en nous sortant son sourire de mec qui sait qu’il a du bol mais qui au fond, sait aussi que ce n’est pas mérité.
Vous pensiez que Fast & Furious était une sorte de sommet de la beaufitude ? Détrompez-vous ! Fast & Furious, à côté de XXX 3, c’est Casablanca ! Ici, c’est Vin qui règne en maître. Pas de Dwayne Johnson ou de Jason Statham pour lui voler la vedette. Tous les autres acteurs lui servent la soupe. Les mecs l’admirent et les femmes, de Nina Dobrev à l’incroyablement belle Deepika Padukone lui font les yeux doux parce que c’est un mec, un vrai, du genre qui pète au lit et qui remue les draps pour en faire profiter l’assistance. En roue libre, il peut jouir d’un scénario aussi fin que du PQ premier prix et parader dans des séquences un peu à la ramasse dont l’objectif est de nous en mettre plein la vue. Il faut le voir pour le croire, notamment quand Vin débarque à Londres avec son manteau trois fois trois grand pour lui, pour discuter avec une hackeuse qui lui offre comme cadeau de bienvenue une douzaine de filles que le Xander Cage s’empresse d’emballer sans sourciller.

James Bond à la sauce Red Bull

Mais bon, passons sur les invraisemblances d’un scénario qui n’en finit plus de rebondir au point de sombrer dans un ridicule pas du tout assumé. Passons sur le festival dont nous gratifie un Vin Diesel en plein cabotinage, alors qu’il vaut infiniment bien mieux que ça et passons sur cette galerie de personnages tous plus insupportables les uns que les autres. Passons, car au fond, quand on va voir un truc comme XXX 3, c’est surtout pour l’action.
Ici, comme le promet le postulat et le concept même de la franchise, l’action repose sur les sports extrêmes. Enfin, il s’agit plus d’un prétexte que d’autre chose. D.J. Caruso, le réalisateur embauché pour l’occasion, fait ce qu’il peut mais la lisibilité des scènes les plus dynamiques est parfois très approximative. Idem pour les effets-spéciaux, assez brouillons. On nous balance des cascades improbables, comme la toute dernière, qui s’impose comme la cerise sur un gâteau indigeste. Au final, le show, et c’est le comble, n’est même pas aussi drôle qu’on aurait pu le penser. XXX : Reactivated fait donc davantage semblant et ne se montre pas vraiment aussi impressionnant que prévu. Des trucs comme la poursuite entre Vin Diesel et Donnie Yen en moto/surf (tout un concept) semble sortir tout droit d’un truc absurde comme Sharknado, à tel point qu’on s’attend à voir surgir un sale requin en image de synthèse d’un moment à l’autre.
Mal écrit, mal joué, réalisé par un mec débordé, XXX 3 est-il alors une sombre purge ? Disons, qu’on peut probablement toujours y trouver deux ou trois choses capables de nous empêcher de sombrer. Des détails. Des répliques tellement crétines qu’elles en deviennent amusantes. Des combats, principalement ceux dans lesquels Donnie Yen s’implique, et des plans hyper racoleurs sur les courbes des actrices super dévêtues. Ça ne vole pas bien haut.
Le premier XXX avait au moins le mérite d’essayer de prendre à revers le mythe James Bond en proposant une alternative moderne qui venait flatter des amateurs des sports extrêmes. Ce troisième volet lui, s’avère putassier au point de ne même pas chercher à renouveler une dynamique, qui depuis 14 ans, a pris du plomb dans l’aile. On revient vite fait sur Fast & Furious, mais cette saga au moins, a su changer. En faisant passer le tuning au second plan notamment, pour devenir une sorte d’orgie visuelle portée par une équipe d’acteurs et par un état d’esprit convivial et généreux. Pas de ça chez Xander Cage….

En Bref…
Parfaitement crétin et bien trop premier degré, XXX : Reactivated brille surtout par son côté ringard, grâce auquel on peut trouver matière à se marrer. Avec ses scènes d’action mal fagotées, son Vin Diesel en pleine auto-glorification et sa capacité à jouer la facilité en permanence, il est aussi vulgaire qu’anecdotique. Équivalent cinématographique de la Red Bull sur le papier, le film est censé offrir un show galvanisant et hyper nerveux. En réalité, il est à peu près aussi excitant qu’une tasse de café décaféiné…

@ Gilles Rolland

XXX-3-reactivated-Vin-Diesel  Crédits photos : Paramount Pictures France

Par Gilles Rolland le 18 janvier 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments