[Critique] SERGIO

CRITIQUES | 30 mai 2020 | Aucun commentaire
Sergio-poster

Titre original : Sergio

Rating: ★★★½☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : Greg Barker

Distribution : Wagner Moura, Ana de Armas, Brian F. O’Byrne, Garret Dillahunt, Clemens Schick, Bradley Whitford…

Genre : Biopic/Drame/Adaptation

Durée : 1h58

Date de sortie : 17 avril 2020 (Netflix)

Le Pitch :

Alors que les États-Unis prennent possession de l’Irak, juste après la chute de Saddam Hussein, le diplomate de l’ONU Sergio Vieira de Mello arrive sur le terrain et tente d’œuvrer dans l’intérêt des habitants. Quitte à s’opposer à la politique américaine. Histoire vraie…

La Critique de Sergio :

Diplomate brésilien, Sergio Vieira de Mello est entré dans l’histoire grâce diverses actions motivées par son sens du devoir et de la justice. Un homme qui se retrouve aujourd’hui au centre d’un biopic en particulier centré sur son intervnetion en Irak, suite à sa nomination par Kofi Annan. Un film porté par Wagner Moura et Ana de Armas, réalisé par un certain Greg Baker, lui qui avait déjà consacré un documentaire à Vieira de Mello en 2009 et dont l’œuvre gravite toujours de près ou de loin autour de la politique américaine au Moyen-Orient…

Sergio-Ana-de-armas-wagner-moura

Humanisme

Produit et distribué par Netflix, une entreprise américaine donc, Sergio se distingue pourtant en premier lieu via sa faculté à s’opposer sans hésitation à la politique menée par George W. Bush au lendemain de la chute de Saddam Hussein en Irak et plus largement à toutes ces actions qui négligent la souffrance des peuples pris en étau entre des dirigeants qui bien souvent, ignorent les dégâts collatéraux inhérents à certaines de leurs décisions. Sous le regard du cinéaste Greg Baker, Sergio Vieira apparaît donc comme un véritable humaniste, prêt à tout sacrifier pour arriver à ses fins et voir enfin une paix durable s’initier dans les nations ravagées par la guerre. Une manœuvre bien sûr salutaire qui pourrait néanmoins apparaître comme un peu manichéenne si le scénario ne prenait pas aussi le temps de souligner les manquements dont se rend coupable le dit Sergio quand il s’agit de favoriser la paix dans son propre foyer. Pour autant, alors que Wagner Moura, dont le visage, même s’il apparaît ici avec quelque kilos en moins, évoque toujours dans l’esprit du public le Pablo Escobar de la série Narco, fait ce qu’il peut pour nuancer la démarche, Sergio prend bien garde de ne pas trop écorner non plus son protagoniste central. On assiste à de périlleuses prises de positions mais jamais Vieira ne failli, lui dont l’existence toute entière incarne une volonté de nager à contre-courant pour enfin donner une chance à un progrès principalement caractérisé par l’absence de conflits armés.

En terrain miné

Assez unilatéral donc, Sergio fait en tout cas preuve de beaucoup de bienveillance envers son sujet. Bienveillance s’accordant avec un respect manifeste pour Sergio Vieira de Mello et pour son action, quand bien même l’écriture du script, opérant de réguliers allers-retours dans le temps, peine parfois à ne pas sombrer dans les clichés inhérents à ce genre d’exercice. Au final, s’il tourne à l’hagiographie, Sergio ne semble pas s’en cacher et assume même carrément, jusqu’au bout, embrassant des gimmicks propres au biopic à l’Américaine, imposant ici ou là quelques nuances formelles et narratives salutaires mais insuffisantes à l’arrivée pour permettre au film de vraiment s’extirper de la masse et de gagner en singularité. Cela dit, le sujet est traité avec sérieux et application. La présence de la solaire Ana de Armas, magnifique et investie à tous points de vue, et de l’excellent Wagner Moura, ici à contre-emploi par rapport à sa prestation dans Narcos, permet néanmoins à Sergio de faire rester dans les esprits. L’émotion qui s’en dégage, lors du dernier tiers notamment, n’est pas non plus étrangère à cet état de fait.

En Bref…

Biopic plutôt classique mais sincère, Sergio vaut pour les performances de ses acteurs et pour sa capacité à mettre en lumière une personnalité méconnue du grand public.

@ Gilles Rolland

Sergio-Wagner-Moura
Crédits photo : Netflix
Par Gilles Rolland le 30 mai 2020

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments