[Dossier] Joyeux Noël : La Sélection de la rédaction ! Ho ho ho !

DOSSIERS | 16 décembre 2012 | 2 commentaires

Cela n’aura échappé à personne : c’est Noël. Dans quelques jours, le Père-Noël va faire sa tournée, tandis que de nombreuses personnes recevront au pied de l’arbre, des dvd et des blu-ray. Car quoi de mieux pour accentuer la magie de Noël, qu’un bon petit film de derrière les fagots ? Pour les grands et les petits, le cinéma à Noël ravive des émotions et fédère. C’est donc en toute logique que la rédaction d’On Rembobine s’est mobilisée pour vous faire faire part de ses films de Noël préférés. Parfois, on est en plein dans le thème et parfois pas du tout. Il y a de tout. De la magie, du merveilleux, de l’action, du suspense, de l’humour et de l’amour. Une façon comme une autre de vous exprimer nos meilleurs voeux pour ces fêtes de fin d’année !

Gilles

Love Actually (2003)
La comédie romantique ultime ! C’est d’ailleurs ce que l’affiche affirme et une fois n’est pas coutume, c’est entièrement vrai. Situé à la période de Noël, en Angleterre (mais pas seulement), ce superbe film choral est aussi léger que profond, peut faire pleurer, ou au moins émouvoir et provoquer l’hilarité (tout particulièrement lorsque Bill Nighy entre en scène). Alors oui, Love Actually est la comédie romantique ultime mais franchement, affirmer qu’il s’agit aussi du film de Noël ultime serait tout aussi adapté.

Gremlins (1984)
Situé à mi-chemin entre le film d’horreur (les Gremlins ne sont des tendres, mais Gizmo est super mignon donc ça passe) et le conte fantastique familial, le chef-d’œuvre de Joe Dante n’offre pas une vision paisible des fêtes de fin d’année, mais porte bien en son sein les codes du long-métrage qu’il est bon de regarder après l’ouverture des cadeaux. Et puis, qui n’a jamais rêvé de trouver un petit Gizmo au pied de son sapin le matin de Noël ?

La Course au jouet (1996)
Pour de nombreux cinéphiles, La Course au jouet est un bon vieux navet tout juste bon à occuper les mioches pendant que la dinde mijote peinarde dans sa sauce aux marrons. Pour les autres, les fans de Schwarzenegger jusqu’au-boutistes et autres amateurs de films de Noël un poil déviants, La Course au jouet est parfait et constitue un divertissement acidulé bâti sur une idée toute simple : un mec doit trouver un jouet pour son fils. Redoutable ? Les avis sont partagés, mais en tout cas, à Noël, ça passe bien.

Elfe (2002)
À l’époque, Will Ferrell n’est pas la star qu’il est aujourd’hui. Ceci dit, il est déjà un génie de la comédie et il le prouve dans ce conte aussi improbable et absurde que génial, où il tient le rôle d’un lutin du Père-Noël pas comme les autres. De plus, il y a Zooey Deschanel au casting, ainsi que James Caan. Pas de quoi bouder son plaisir donc !

Family Man (2000)
Version adulte de Scrooge, le film de Brett Ratner met en avant un Nicolas Cage plutôt sobre et tout à fait inspiré. Très touchant à de nombreux moments, Family Man est un joli film. Modeste et pertinent, qui arrive, sans chercher l’originalité, à faire passer un message universel.

Maman j’ai raté l’avion (1990)
Le film qui a propulsé Macaulay Culkin au rang de superstar est comme une bonne bouteille de pinard : il se bonifie avec le temps. Avec ses deux larrons, sorte de Laurel et Hardy poissards et ce gamin aussi insupportable que finalement attachant, Maman j’ai raté l’avion est un classique de Noël et en le revoyant, on comprend vite pourquoi. C’est drôle, rythmé et idéal pour se payer un trip régressif et se gondoler comme un gamin de 10 ans.

Piège de cristal (1988)
Bon, c’est sûr qu’un film d’action où un type bute des gars à la mitrailleuse sans se départir de sa cool attitude, ne constitue pas le divertissement idéal pour une séance cinéma en famille, en pleine période des fêtes de fin d’année. Pour les adultes par contre, c’est génial. On chante Jingle Bells et Bruce Willis distribue des pruneaux en lâchant des vannes à des mecs qui parlent un allemand incompréhensible (y-compris pour les allemands – histoire vraie).

Le Seigneur des Anneaux (2001-2003)
L’heroïc fantasy se prête tout particulièrement à la période de Noël. Dépaysement garantie, surtout quand on parle de la sublime trilogie du Seigneur des Anneaux. En attendant de pouvoir se régaler de la version longue du Hobbit à domicile, un marathon (en version longue évidement pour 12 heures de joie) du Seigneur des Anneaux est vivement conseillé. Un Noël en Terre du Milieu est forcement un Noël réussi !

Willow (1988)
L’un des meilleurs films de Ron Howard et l’un des meilleurs films d’heroïc fantasy tout court. Merveilleux et fantastique se côtoient au sein d’une grande aventure à l’ancienne. Idéal pour une séance familiale, Willow ravit les petits et les grands et vieillit remarquablement bien avec les années, acquérant ce charme vintage propre aux productions Lucasfilm des années 80. Un must !

Le Hobbit : un voyage inattendu (2012)
C’est le grand évènement cinématographique de cette fin d’année. Le premier volet du Hobbit, par Peter Jackson est en salle et ce serait trop dommage de passer à côté car c’est un chef-d’œuvre (critique par ici) !

Frangins malgré eux (2008)
Aucun rapport avec Noël, on est d’accord, même si à un moment du film, on peut voir les personnages réveillonner et ouvrir leurs cadeaux, au pied du sapin. Quoi qu’il en soit, on parle ici de l’un des films les plus drôles de tous les temps et forcement, dans ces conditions, il est tout aussi recommandé pour Noël, que pour Pâques, et pourquoi pas pour Halloween !

Audrey

Hook (1991)
Probablement un des films les plus marquants pour la jeunesse rêveuse des années 90. L’histoire de Peter Pan, qui est à la base un ancien personnage de roman, a de toute façon toujours suscité beaucoup d’enthousiasme, car ce conte s’adresse directement à l’âme d’enfant qu’il y a en chacun de nous. Il y a eu de nombreuses adaptations de cette histoire, que ce soit au cinéma, au théâtre, ou encore en spectacles et dessins-animés. Pourtant le film Hook de Steven Spielberg, réalisateur prodige passé maître dans l’art de la féerie, nous offre un magnifique film où magie, rêve et beauté ne font qu’un.

Harry Potter (2001-2011)
Les aventures du jeune sorcier rappellent l’atmosphère de Noël, car les tous premiers épisodes de cette prodigieuse saga, sont sortis chaque année au mois de décembre. L’univers froid mais chaleureux de Poudlard rappelle la période des fêtes de fin d’année. Il y a de la neige, de la magie, de l’amour et de la fantasmagorie à souhait dans tous les films.

Le Noël de Mickey (1983)
Avec ce court-métrage (nominé à l’Oscar en 1984), inspiré d’un conte de Charles Dickens, Disney signe une de ses plus belles œuvres. Profond et marquant Le Noël de Mickey distille un bon nombre de messages sur les choses les plus essentielles de la vie. L’ambiance est géniale, les personnages parfaits et l’histoire superbe. C’est un véritable chef-d’œuvre.

Gremlins (1984)
Sorti en 1984, le long-métrage de Joe Dante connait un véritable succès depuis des années et des années. Après tout, qui n’a jamais vu Gremlins ? Cette œuvre se déroulant à la période de Noël offre un savant mélange d’humour et d’épouvante mine de rien. On adore regarder ce classique au moment des fêtes plus particulièrement, et on se souviendra longtemps de quelques scènes phares.

Family Man (2000)
Un film que j’ai particulièrement gardé en mémoire. Family Man de Brett Ratner est un très beau film sur les nombreuses possibilités de l’existence, le destin et les choix que nous faisons.
Nicolas Cage est au top dans ce long-métrage énergique et drôle, et Tea Leoni toujours aussi sobre et juste. Au final, il y a beaucoup de nostalgie, et on ressentira un fort pincement au cœur au moment du dénouement.

Jack Frost (1999)
Un des films de Noël qui m’a le plus marquée et touchée. Cette jolie histoire est portée par deux têtes d’affiche assez brillantes, j’ai nommé Mickael Keaton et Kelly Preston, ainsi que le jeune Mark Addy. Sous couvert d’une histoire de Noël assez simpliste, Jack Frost traite de sujets plutôt graves. La douleur de la perte d’un être cher, le souvenir des moments heureux passés, mais surtout comment apprendre à vivre avec. Au final c’est un très beau film, touchant et positif.

Maman, j’ai raté l’avion (1990)
C’est là un film cultissime des années 90 et encore jusqu’à maintenant. L’opus de Chris Colombus a projeté Macaulay Culkin au rang de notoriété internationale. Maman, j’ai raté l’avion est un film drôle à souhait, aux multiples gags, mais aussi touchant, porté par un jeune acteur haut en couleurs, que l’on ne se lasse pas de regarder. On se souviendra de quelques scènes cultes très longtemps.

La Course au jouet (1996)
Le long métrage de Brian Levant est une course contre la montre alléchante, qui met en exergue un Arnold Schwarzenegger survolté et plus drôle que jamais. La Course au jouet est certes une comédie familiale assez formatée, mais c’est aussi une vision plutôt réaliste et triste de la folie qui s’empare de certaines personnes au moment de Noël. Au final c’est un rappel aux vrais valeurs de cette fête et une comédie d’action déchaînée, aux accents de super héros plus que plaisante.

Trilogie Indiana Jones (1981-1989)
Si le dernier volet d’Indiana Jones (Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal ) a beaucoup déçu, la trilogie elle, s’inscrit parmi les plus gros succès du cinéma. Ce personnage aventurier et professeur d’archéologie à la fois, incarné par l’excellent Harrison Ford, fait fortement partie de la culture populaire. Les trois films sont assez géniaux ! Musique, cascades, humour et réalisation brillante sont est au rendez-vous. Ainsi qu’un troisième opus (Indiana Jones et la dernière croisade) avec le grand Sean Connery, plus que salué.

E.T (1982)
Qui n’a jamais vu, ou ne serait-ce entendu parler des aventures du petit extra-terrestre et de son acolyte humain Eliott ? Pas beaucoup de monde à vrai dire, car Steven Spielberg a explosé le box-office avec ce joyau. Il signe là une œuvre magnifique, pleine de féerie, de poésie et surtout d’amour, que l’on adore regarder pendant les fêtes, car elle en appelle à ce qu’il y a de meilleur en nous. Steven Spielberg a voulu tourner dans l’ordre de la narration, pour que les jeunes acteurs soient authentiques dans leur jeu, et ça a marché. Le jeune Henry Wallace qui incarne Eliott est merveilleux et puissant de sincérité.

Sacha

Le Seigneur des anneaux (2001-2003)
A-t-on besoin d’une occasion pour regarder ces merveilles? Non ! faîtes le autant que vous le voulez/pouvez, en version longue de préférence. La sortie du Hobbit devrait forcément vous obliger à agir en conséquence…

Le Prince d’Égypte (1998)
Un de mes dessins-animés préférés. Je ne suis pas spécialement porté sur la religion, mais ce film fait de l’histoire de Moïse une superbe aventure, sans tomber dans les bas-fonds de la propagande. Tout est beau, l’animation, la musique, le scénario et ses quelques libertés prises avec l’Ancien Testament. Une petit pépite qui ne fait pas son âge et qui se regarde toujours avec plaisir.

Gremlins (1984)
Un film amusant, même si il ne faut pas forcément le montrer à ses gamins… Il est drôle, bourré de second degrés et culte. Il fait de Gizmo le cadeau de Noël rêvé, aussi mignon que dangereux. Joe Dante nous offre un trip rigolo avec son mauvais esprit bien sale gosse.

L’Étrange Noël de Monsieur Jack (1994)
Oui, on le regarderait plus volontiers à Halloween, mais il ne faut pas oublier que ce conte gothique et décalé parle bien de la Nativité, revue façon Tim Burton… Un programme réjouissant, fourmillant de détails étranges et amusants. À noter qu’il n’est pas (contrairement à ce que pense beaucoup de monde) une réalisation de Burton mais d’Henry Selick.

Daniel

Piège de cristal (1988)
La preuve qu’il n’y a pas vraiment de modèle pour un classique de Noël. Le film de John McTiernan nous donne Bruce Willis en veste sale dégommant du terroriste en criant « Yippee kay yay, motherfucker ! ». Le cowboy contre les criminels sophistiqués, dans le monde de La Tour Infernale, mais avec un contexte de fête. En voilà, un cadeau.

Le Seigneur des Anneaux (2001-2003)
Chaque année, c’est souvent comme ça : un marathon d’une douzaine d’heures, matant les trois chapitres du meilleur exploit de cinéma fantastique de tous les temps. En version longue, bien entendu – l’édition qui sert aujourd’hui de critère cinématographique sous lequel toutes les versions director’s cut doivent être jugées.

Doctor Who (1963 – 2005)
Près d’un demi-siècle après, la meilleure série de science-fiction à côté de Star Trek est encore à l’antenne. D’habitude, un épisode spécial de Noël est normalement diffusé avant le Jour de l’An, mais sinon, j’ai toujours une saison de Doctor Who pour m’occuper pendant quelques jours. Génialissime, inlassablement créative et complètement déjantée, cette petite série britannique se voit et se revoit. En boucle.

Dr. House (2004 – 2012)
Quand Noël devient lassant, il y a toujours la série misanthrope de Dr House comme moyen de confort. Il y a des moments où je pourrais me sentir dans la peau du vieux Scrooge de Un Chant de Noël…si seulement je m’incitais à avancer dans les saisons. J’y arrive. Lentement.

L’Étrange Noël de Mr Jack (1994)
L’histoire de l’annexe de Noël par Halloween. Une histoire appropriée pour cette saison festive !

Mary Poppins (1964)
L’un des plus grands films de tous les temps, Mary Poppins est un film de Noël quintessentiel. Malgré ses effets-spéciaux assez basiques, l’illusion entre réalité et imagination tient toujours la route, et le fun de l’aventure ne se dissipe jamais. Charmant et magique : voici un film avec une âme, une vraie.

Black Christmas (2006)
Le slasher est souvent vu comme un phénomène américain, mais celui-ci est canadien. Un groupe de consœurs devient les victimes d’une série d’appels obscènes par téléphone, et assez vite, d’une série de meurtres, dans ce classique de l’horreur/slasher par le regretté Bob Clark, qui a défini tout un genre. Tristement oublié, c’est le film qui a rempli les chargeurs de ses héritiers tels que Halloween et Vendredi 13, avec des éléments basiques comme l’usage révolutionnaire de la caméra comme point de vue subjectif du tueur, et même l’usage ironique d’un contexte d’un jour de fête. L’original reste très solide, mais le remake de 2006 a quand même l’audace d’aller jusqu’au bout avec le blasphème, le mauvais goût et la dépravation promis par le titre. Au choix.

Maman, J’ai Raté l’Avion (1990)
Au lieu de regarder une énième comédie dans le style de Maman, j’ai raté l’avion pour se marrer pendant Noël, pourquoi ne pas regarder l’original ? Une excellente comédie signée John Hughes, qui fait encore rire aujourd’hui, lorsqu’on voit deux voleurs se faire impitoyablement martyrisés par un gamin seul à la maison. Dommage pour les suites aussi inutiles que nullissimes. À part la dernière demi-heure du second, peut-être : voir Kevin devenir un psychopathe sadique digne de Jigsaw vaut le coup.

Pour un garçon (2001)
Un choix curieux, peut-être, étant donné que l’un des deux protagonistes dans le film déteste Noël. Mais Noël, c’est la saison où on a toutes les excuses pour regarder plusieurs films à la suite, et ce petit bijou qu’est l’adaptation du livre de Nick Hornby est à la fois drôle et émouvant, surtout à grâce à l’excellent duo que forment Hugh Grant et Nicholas Hoult (qui ira jouer Le Fauve dans le magnifique X-Men: Le Commencement).

Anthony

Raiponce (2010)
Sorti dans les salles en 2010 pendant la période des fêtes de Noël, Raiponce a marqué les esprits des fans de Disney grâce à son univers féérique mélangeant humour et chansons. Grâce à un casting vocal réussi, Disney enchante petits et grands grâce à un film touchant ressemblant à un autre classique de la maison à la souris : Mulan.

L’Étrange Noël de Monsieur Jack (1994)
Que serait un Noël sans un film produit par Tim Burton ? L’Étrange Noël de Monsieur Jack est un film qui aura marqué la jeunesse des spectateurs proposant un mélange de la culture Halloween une pincée d’humour et de chansons comme This is Halloween, Oogie Boogie’s song … Ressorti récemment en 3D et adapté dans la saga vidéo-ludique Kingdom Hearts, LÉtrange Noël de Monsieur Jack continue d’enchanter les fans plusieurs années après sa sortie.

Jack Frost (1999)
Jack Frost ne consacre pas beaucoup de temps à sa famille. Après avoir fait un bonhomme de neige doté d’un harmonica magique, avec son fils, il meurt tragiquement. Un an après, son fils sculpte un nouveau bonhomme de neige, habité par l’âme de Jack… Michael Keaton réussit à toucher les spectateurs dans ce rôle émouvant où la magie de Noël opère pour réunir une famille fracturée depuis le décès de Jack. Un indispensable à voir pour les petits et les grands

Le Hobbit: un voyage inattendu (2012)
L’évènement de cette fin d’année est enfin arrivé, Le Hobbit: un voyage inattendu nous démontre qu’après 9 ans d’attente, la Terre du Milieu n’a pas changé et nous délivre un film somptueux grâce à des acteurs talentueux (Martin Freeman & Richard Armitage en tête), malgré quelques longueurs qui n’empêchent pas le plaisir. Mon coup de cœur de cette année.

Noël chez les Muppets (1992)
Quelques années avant son rôle d’Alfred Pennyworth dans la Trilogie The Dark Knight, Michael Caine partagea l’affiche de ce film avec les Muppets, dans une adaptation du conte de Dickens, Un Chant de Noël. Un très joli film, qui n’a pas pris une ride et qui nous permet de retrouver Kermit la Grenouille, Miss Piggy et Gonzo en très bonne forme.

Nicolas Cambon

Gremlins (1984)
L’anti film de Noël par excellence. Des créatures qui mettent un sérieux foutoir pendant les fêtes de fin d’année. Entre l’horreur et la comédie fantastique avec pas mal d’humour noir et un discours pertinent. Et avoir un vrai Gizmo était mon rêve de gosse.

Love Actually (2003)
LA comédie romantique ultime. Très drôle, touchant, émouvant, c’est la petite bulle de naïveté dont on a besoin. Un film de Noël qui sent bon le chocolat chaud à la cannelle et surtout l’amour. Idéal pour les fêtes. Les acteurs (Bill Nighy en tête) sont géniaux.

Piège de Cristal (1988)
Une prise d’otage dans une tour solutionnée à coups de flingue, de mandales et de punchlines cultes. Parce que Noël, c’est aussi les marrons et Bruce Willis en distribue à tour de bras et à la cool. Pas un divertissement familial mais les adultes se régalent toujours autant.

Maman, j’ai Raté l’Avion (1990)
Ce que Piège de Cristal est aux adultes, Maman j’ai Raté l’Avion l’est pour les enfants. Un film rythmé, drôle, avec beaucoup d’action et un garçon (pénible mais attachant) seul contre tous. Le film a donné à Macaulay Culkin la gloire et à Joe Pesci la possibilité de changer de registre en campant l’un des deux Pieds Nickelés qui pensaient faire un cambriolage pépère mais qui vont tomber sur un os.

L’Étrange Noël de Monsieur Jack (1994)
Henry Selick à la réalisation et Tim Burton à la conception. Un mix d’Halloween et Noël vu à la sauce Burton avec son lot de créatures bigarrées et insolites, de séquences cultes. L’animation est sublime.

Santa & Cie (2017)
Alain Chabat fait une incursion dans le registre plutôt anglo-saxon du film de Père Noël, et réussit à s’imposer auprès de cadors. Un film drôle, émouvant, qui évite la guimauve, truffé de références et autant inventif au niveau du scénario, des dialogues ciselés que de la production design.

Miracle sur la 34ème Rue (1947)
Pas des plus connus en France, c’est l’un des grands classiques de Noël outre-Atlantique. L’histoire d’un homme qui prétend être LE Père Noël et que personne ne croit. Bon, le film est de son époque et du coup, ne s’épargne pas quelques clichés mais s’avère touchant et les acteurs sont excellents.

Elfe (2003)
Petite comédie de Noël familiale très sympa, plutôt drôle et mignonne tout plein. Le film doit quasiment tout à la performance de Will Ferrell.

Bad Santa (2003)
L’anti-Elfe. Une comédie potache produite par les frères Coen. Billy Bob Thornton y va à fond dans un ses meilleurs rôles. Très drôle. Si vous avez une revanche à prendre sur le gentil barbu (et que les enfants sont couchés), c’est le film à voir.

Le Pôle Express (2004)
Même quand ce n’est pas parfait (les tours de chant sont dispensables), Zemeckis a cette capacité à nous émerveiller. Un bijou visuel et hyper novateur, idéal pour regarder en famille.

Family Man (2000)
Relecture adulte du Noël de Scrooge avec un Nicolas Cage impeccable. Aussi drôle qu’émouvant, il rend d’humeur nostalgique (quand on est célibataire). Tea Leoni est magnifique. Impeccable pour regarder pendant les fêtes.
Dans un registre plus potache mais sur le même thème, il y aussi le très bon The Night Before.

Le Seigneur des Anneaux (2001-2003)
Les fêtes de fin d’année, la météo aidant, c’est aussi l’occasion de se faire des marathons de sagas fantastiques et/ou d’heroic fantasy. Et si vous avez 12 heures devant vous, la meilleure saga du monde en version longue s’impose d’elle-même. Plus de 15 ans après, elle n’a pas pris une ride et s’avère tout est aussi grandiose. Si vous avez 12 heures de plus, il y a aussi Le Hobbit. Pour ceux qui préfèrent les enfants magiciens au peuple de la Terre du Milieu, il y a aussi l’heptalogie Harry Potter.

@ La Rédaction

Par Gilles Rolland le 16 décembre 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
paulus christiane
paulus christiane
8 années il y a

enfin des films commiques etdes contes j aime

trackback

[…] si vous êtes en manque d’idées pour regarder les meilleurs films de Noël, n’oubliez pas notre sélection maison […]