[Dossier] Les plus célèbres croque-mitaines du cinéma d’horreur

DOSSIERS | 31 octobre 2015 | Aucun commentaire

Il sont forts, ils sont laids et ils sentent bon le sang frais. Ce sont les croque-mitaines ! Ceux qui attendent patiemment (ou pas) dans l’ombre qu’un pauvre gus passe à leur portée. Puissants, sadiques, souvent immortels, ils ont écrit l’histoire du slasher, depuis les années 80, et continuent depuis à s’imposer comme les figures emblématiques de tout un pan du cinéma d’épouvante moderne. Mais au fond, qui sont ces personnages ? Qu’est-ce qui les distingue vraiment ?

JASON VOORHEES (Vendredi 13)
Interprété par Ari Lehman, Warrington Gilette, Steve Daskewisz, Richard Brooker, Ted White, Tom Morga, C.J. Graham, Kane Hodder, Ken Kirzinger, Derek Mears.
Apparaît dans : 12 films.

Son histoire :
Jason n’a jamais été particulièrement vif. Enfant, alors qu’il se trouve en colonie de vacances à Crystal Lake, Jason se noie pendant que ses moniteurs jouent à la bête à deux dos. Revancharde, la mère de Jason (qui s’appelle d’ailleurs Jackie dans la version française du premier Vendredi 13), se met alors en tête de découper menu tous les surveillants de Crystal Lake, quand bien même ce ne sont pas ceux qui ont oublié de surveiller son fiston. Plus tard, Jason lui-même sortira des eaux légèrement amoché et commencera son règne de terreur, au bord du lac qui l’a vu mourir. Immortel, il se payera aussi une petite croisière jusqu’à New York et ira carrément dans l’espace, avant de revenir se fritter avec Freddy Krueger sur le plancher des vaches. Aux dernières nouvelles, il va bien et il vous attend, bien sagement dans les bois.

Son mode opératoire :
Costaud, increvable, affublé d’un masque de hockey (après avoir porté un sac en papier, faute de mieux), il marche lentement mais progresse vite (qui a vu les films comprendra) et aime trucider ses victimes avec toutes les armes qui se trouvent à sa portée. Néanmoins, c’est souvent machette à la main qu’il est représenté.

Jason-Voorhees

MICHAEL MYERS (Halloween)
Interprété par Tony Moran, Nick Castle, Dick Warlock, George P. Wilbur, Don Shanks, Chris Durand, Brad Loree, Tyler Mane.
Apparaît dans : 9 films.

Son histoire :
Le petit Michael aime Halloween. C’est d’ailleurs précisément un 31 octobre qu’il décide de se déguiser en clown et de trucider toute sa famille avec un couteau de boucher. Enfermé à double tour dans un asile psychiatrique, Michael, une fois adulte, réussit à se faire la malle et va finir le boulot, après avoir découvert qu’il avait une sœur. Toute la saga Halloween le verra revenir inlassablement, pour élaguer un maximum son arbre généalogique.

Son mode opératoire :
Grand, costaud, immortel et increvable lui aussi, Michael Myers aime les couteaux bien aiguisés, mais ne rechigne pas non plus à se servir de ses mains pour arriver à ses fins. Son masque blanc et son vêtement de travail lui assurent un anonymat idéal pour la tâche qu’il s’est juré de remplir. Comme son confrère Jason, il ne parle pas. Jamais.

Michael-Myers

FREDDY KRUEGER (Les Griffes de la Nuit)
Interprété par Robert Englund, Jackie Earle Haley
Apparaît dans : 9 films (+ son gant dans Jason va en Enfer) et 1 série TV.

Son histoire :
Freddy aimait un peu trop kidnapper puis assassiner des enfants. Terrorisés, les parents des victimes et leurs amis, ont un jour décidé de mettre un terme à l’existence du monstre, en le brûlant vif dans sa chaudière. Depuis, Freddy revient dans les rêves des enfants de ses bourreaux et continue ses forfaits morbides.

Son mode opératoire :
Freddy agit donc dans les rêves qu’il distord selon sa volonté. Connu pour son gant griffu, pour son chapeau et son pull rayé, il s’impose comme le cauchemar numéro 1 des adolescents d’Elm Street à Springwood. À noter que contrairement aux deux précédents, Freddy a la langue bien pendue et aime assaisonner ses crimes de répliques bien cinglantes.

Freddy-Krueger

LEATHERFACE (Massacre à la Tronçonneuse) 
Interprété par Gunnar Hansen, Bill Johnson, R.A. Mihailoff, Robert Jacks, Andrew Bryniarski, Dan Yeager.
Apparaît dans : 8 films.

Son histoire :
Leatherface n’a pas toujours eu la vie facile. Tout spécialement depuis que sa famille dut fermer son abattoir. Il faut dire qu’il aimait ça Leatherface, découper des animaux avec sa tronçonneuse. Un peu désœuvré, il s’occupe comme il peut en se confectionnant de jolis masques avec la peau de ses victimes. Car oui, Leatherface tue des gens. Beaucoup. Comme tous les autres membres de sa famille bien dysfonctionnelle, il est sévèrement agité du bulbe et même un peu débile. Pour autant, avec sa tronçonneuse, il veille au grain, et chope au vol tous ceux qui ont la malchance de tomber en panne à proximité de sa baraque.

Son mode opératoire :
Leatherface aime découper. Parfois, il va directement à l’essentiel et parfois, il aime aussi faire durer le plaisir en enfermant ses proies dans le congélo par exemple, histoire de les faire mariner dans leur jus. Leatherface ne parle pas. Non pas qu’il soit muet. Non, lui, ce qu’il préfère c’est grogner ou geindre. Comme un grand gamin de 100 kilos, armé d’un jouet mortel.

Leatherface

NORMAN BATES (Psychose)
Interprété par Anthony Perkins, Henry Thomas, Vince Vaughn, Freddie Highmore.
Apparaît dans : 6 films (4 films de cinéma et 2 téléfilms) et 1 série TV.

Son histoire :
Norman aime son boulot. Tenancier d’un charmant motel en bord de route, il vit dans une impressionnante maison avec sa mère. Le truc, c’est que la mère de Norman n’est plus vraiment vivante et que le fiston adore faire semblant en mettant ses robes. Et comme si cela ne suffisait pas, le type trucide aussi ses clients.

Son mode opératoire :
Si on fait exception de sa tendance à se travestir, Norman est plutôt un tueur classique, qui joue avant tout sur l’effet de surprise. Son plus grand talent : feindre la normalité pour attirer ses victimes dans son antre. Il est aussi un peu pervers sur les bords et adore mâter les filles sous la douche.

norman-bates

CHUCKY (Jeu d’enfant)
Interprété par Brad Dourif (voix en V.O.).
Apparaît dans : 6 films.

Son histoire :
Chucky n’a pas toujours été une poupée aux cheveux roux. Avant, il était Charles Lee Ray, un tueur en série frappadingue. Un meurtrier qui n’a rien trouvé de mieux que de se faire buter dans un magasin de jouets. L’avantage, c’est qu’il put, grâce à ses connaissances en vaudou, transférer son esprit dans celui de la dernière poupée à la mode. Depuis, malgré sa taille, il continue de faire couler le sang.

Son mode opératoire :
Forcément, quand on ne fait que quelques centimètres de haut, il faut faire preuve d’ingéniosité. Pour tuer, Chucky a ainsi appris à profiter de son apparence pour arriver à ses fins. On a précisé qu’il était increvable ?

Chucky

LE CREEPERS (Jeepers Creepers)
Interprété par Jonathan Breck.
Apparaît dans : 2 films.

Son histoire :
Tous les 23 ans, pendant 23 jours, le Creepers, une créature ailée dont l’anatomie rappelle vaguement celle d’un épouvantail, fait une razzia parmi les êtres humains. De pauvres quidams qu’il collectionne dans son antre et qu’il transforme en divers objets et autres architectures morbides.

Son mode opératoire :
Le Creepers évolue parmi les hommes, l’air de rien, au volant de son vieux (mais rapide) camion. De près néanmoins, il ne fait pas vraiment illusion, avec sa gueule en biais et ses crochets de Predator. Il vole et demeure fort comme un bœuf. Doté de pleins d’armes qu’il a consciencieusement fabriquées dans son atelier, il est aussi capable de revenir à la vie, tant que sa moisson n’est pas terminée. Une vraie teigne !

Jeepers-Creepers

LE LEPRECHAUN (Leprechaun)
Interprété par Warwick Davis, Dylan Postl.
Apparaît dans : 7 films.

Son histoire :
Le Leprechaun est un gars plutôt tranquille. Tant qu’on ne lui choure pas son or, tout va bien. Bien sûr, quand ça arrive, le petit monstre se déchaîne et peut se montrer particulièrement cruel.

Son mode opératoire :
Doté de pouvoirs magiques, qui lui permettent de compenser sa petite taille, le Leprechaun est aussi le garant d’un humour assez particulier. Facétieux à souhait, il est aussi insaisissable que méchant.
À noter qu’il adore les pieds. Oui, oui, les pieds !

Leprechaun

CANDYMAN (Candyman)
Interprété par Tony Todd
Apparaît dans : 3 films.

Son histoire :
Contrairement à ce que son nom peut laisser penser, Candyman ne distribue pas des bonbons aux enfants. Son truc à lui, c’est plutôt de massacrer quiconque prononce son nom 5 fois devant un miroir. Il faut dire que le gars a de quoi être furax. Jadis peintre reconnu, celui qu’on appelait encore Daniel Robitaille, un fil d’esclave, bien élevé et cultivé, s’attira les foudres d’un père de famille quand il noua une relation amoureuse avec la fille de ce dernier. Roué de coups, le pauvre Daniel se fit également couper la main avant d’être recouvert de miel puis jeté en pâture aux abeilles qui le tuèrent à force de le piquer. Incinéré, ses cendres furent dispersées par ses assassins sur les champs qui devinrent des années plus tard de ghetto de Cabrini Green. Doté d’un crochet à la place de la main qu’on lui a tranchée, Candyman exerce depuis sa vengeance dans ce même quartier.

Son mode opératoire :
Quand on l’invite, Candyman n’y va pas quatre chemins et joue du crochet. En toute simplicité, avec un petit coup de main de ses amies les abeilles.

Candyman

PINHEAD (Hellraiser)
Interprété par Doug Bradley et Stephan Smith Collins
Apparaît dans : 9 films.

Son histoire :
À l’origine, Pinhead s’appelait Elliot Spencer. Explorateur pour l’armée britannique, il fit la Première Guerre mondiale et demeure populaire pour sa grande gentillesse et pour son empathie. Néanmoins, la bataille des Flandres le métamorphose. Quand plus tard, il ouvre le Cube de Lament, découvrant une autre dimension peuplée par les cénobites, des créatures démoniaques, il se transforme en Pinhead, soit l’incarnation de Xipe Totec, un esprit cénobite.

Son mode opératoire :
Pinhead se distingue par son visage recouvert d’épingles. Ayant perdu tout souvenir de sa vie humaine, il est le chef des cénobites. Adepte du sado-machocisme, il ferait passer le Christan Grey de 50 Nuances de Grey pour un inoffensif boy-scout. Extrêmement puissant, il peut invoquer des crochets pour déchiqueter ses victimes, qu’il change également en cénobites, agrandissant ainsi son armée. Plutôt bavard, Pinhead aime se lancer dans de grands discours poétiques. Un vrai gentleman.

Pinhead

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 31 octobre 2015

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments