[Dossier] MARVEL : Retour sur les adaptations de comics – Part. 1

DOSSIERS | 21 avril 2012 | 5 commentaires

Avengers (critique ici), le film de Joss Whedon qui réunit à l’écran Thor, Nick Fury, Captain America, Black Widow, Hawkeye, Hulk et Iron Man déboule enfin sur les écrans. Un film somme qui matérialise le fantasme de millions de fans de comics. Un aboutissement pour Marvel, firme créée en 1939 qui a offert au monde des héros aussi divers que Spider-Man, Wolverine, le Punisher, ou les Quatres Fantastiques. Sur papier dans un premier temps et puis au cinéma, où nombre de ces figures mythiques ont pris vie. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

À l’occasion de la sortie évènement de Avengers, l’équipe d’On Rembobine s’est mobilisée pour vous concocter un dossier sur les adaptations Marvel au cinéma. Sur l’initiative d’Anthony, grand fan de comics, les rédacteurs du site ont replongé dans leurs mémoires de cinéphiles et vous exposent leurs avis sur les films de la galaxie Marvel (ne sont recensés ici que les films que nous avons vu).

Un grand dossier en deux parties. Voici la première :

Avengers Assemble !

HOWARD… UNE NOUVELLE RACE DE HEROS (1986), de Willard Huyck

Daniel : La grande épopée des super-héros Marvel au cinéma commence officiellement avec…l’enfant attardé de Donald et Daffy Duck. Oui, Howard est un canard et le film dans lequel il joue est un nanar schizophrène produit par George Lucas (si, si) aux acteurs médiocres, aux blagues pourries et d’une nullité cauchemardesque. Et sinon, tout le monde veut tuer Howard et on peut voir des nichons de canard. C’est un film pour enfants, au fait.Rating: ★☆☆☆☆

PUNISHER (1989), de Matt Goldblatt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Belle tentative d’adapter le comics ultra violent de Gerry Conway, Ross Andru et John Romita. Belle mais un peu vaine même si Dolph Lundgren apporte beaucoup de crédibilité physique au rôle. De plus, ce Punisher là n’a pas spécialement bien vieilli. Anecdotique. Rating: ★★☆☆☆

CAPTAIN AMERICA (1990), d’Albert Pyun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Daniel : Voici à quoi ressemblaient les adaptations de comics de l’époque. Captain America met en scène un héros soi-disant charismatique mais qui est plutôt pitoyable, et essaie de jongler pathétiquement entre un sentiment patriotique et un message écologique. Avec une qualité de téléfilm, aucun effort vis-à-vis des acteurs et de l’action, c’est un film débile, ridicule et ignoble. Rating: ★½☆☆☆

BLADE (1998), de Stephen Norrington

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Le premier Blade fait l’effet d’une bombe, notamment grâce à la fameuse scène d’intro dans l’abattoir et sa douche de sang. Le reste est plus conventionnel mais reste super efficace. Et puis il y a le « folkeux » Kris Kristofferson ! Rating: ★★★½☆

Daniel : Violent, sombre et sanglant, mais aussi cohérent et puissant dans ses images viscérales, l’âge Marvel commence réellement avec Blade, le tueur balèze de vampires. Évoquant à la fois les comics, les univers des films noirs, et l’héritage visuel de l’expressionnisme allemand, Blade doit aussi sa réussite à la performance de Wesley Snipes, qui a tout compris à propos du personnage. Rating: ★★★½☆

X-MEN (2000), de Bryan Singer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Bryan Singer donne miraculeusement vie au bestiaire des X-Men et accouche d’un excellent film. Même si le temps n’a pas été spécialement clément avec ce premier volet, X-Men reste un modèle de réussite. Malgré ses quelques fautes de goût (certains personnages sous-exploités, le look de certains personnages…). Rating: ★★★½☆

 Sacha : Un film que j’ai adoré et comme j’étais jeune et monomaniaque, je le regardais en boucle. L’univers de la BD est respecté tout en étant mis au goût du jour. Le casting est des plus réussi et permettra de révéler le très bon Hugh Jackman. Rating: ★★★★☆

Daniel : On pouvait croire que la série de comics sur l’équipe des mutants X-Men serait impossible à filmer. D’un certain point de vue, elle l’est toujours. Bryan Singer fait un boulot admirable en diminuant le nombre de mutants et réduisant leurs pouvoirs. S’ensuit un final un peu dérisoire autour de la Statue de la Liberté qui rappelle violemment Remo Williams : Sans Arme et Dangereux. Wolverine est intéressant, Dents-de-Sabre ne l’est pas. Les mutants font leur truc, puis disparaissent dans l’oubli. Rating: ★★½☆☆

Anthony : Wolverine, Cyclope, Tornade, Magneto… ces noms vous ont accompagnés pendant plusieurs années grâce aux différents comics publiés en France par Panini. La transposition s’annonçait difficile pour cette saga spectaculaire. Que nenni ! Bryan Singer a époustouflé les fans grâce à une adaptation dans le ton du comics de Stan Lee. De plus, le casting est alléchant ! En ce qui concerne le film, il est hilarant, spectaculaire, mais aussi sombre. Rating: ★★★★☆

SPIDER-MAN (2002), de Sam Raimi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Pour le coup, Sam Raimi réalise un véritable tour de force. Tobey Maguire fait un Peter Parker/Spider-Man bluffant, Kirsten Dunst est une Mary Jane parfaite et la mise en scène est immersive au possible. Grand film initiatique, à la fois impressionnant et touchant. Rating: ★★★★☆

Sacha : Une vision très proche des enjeux du comics, avec un Peter Parker/Spider-Man intéressant joué par le bon, quoique rare Tobey Maguire. James Franco, Kirsten Dunst (qui m’avait scotché dans Entretien avec un Vampire) et Willem Dafoe viennent compléter un fort joli casting. Sam Raimi réussit de plus le tour de force de “déringardiser” le bouffon vert! Rating: ★★★★☆

Daniel : Avec Sam Raimi aux commandes, Spider-Man ne prête aucune attention à l’évolution des films et des comics de super-héros à travers les dernières décennies. À la place, il retranscrit simplement le récit de l’Homme-Araignée à l’écran en évoquant l’époque cool, ringarde et stylée qu’il a connue pendant les années 60. Le résultat fait bonne figure, mais le film a pris un grand coup de vieux. Les effets spéciaux sont démodés et rappellent des images de jeux vidéo, tandis que le Bouffon Vert a l’air ridicule dans sa combinaison verte. Rating: ★★★☆☆

DAREDEVIL (2002), de Mark Steven Johnson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Sur grand écran, Daredevil n’évite pas le ridicule. Tout ici est prétexte à rire : les scènes d’action d’un autre age, les acteurs (Affleck absent, Farrell en roue libre…), la mise en scène en carton. Un ratage quasi-total qui ne rend pas justice au comics et à sa noirceur. Vivement le reboot ! Rating: ★½☆☆☆

Sacha : Une adaptation inégale, perfectible mais néanmoins fort sympathique. L’intrigue est sombre, à l’image du matériel originel. La facette avocat de Matt Murdock aurait sans doute gagné à être mise en avant, cela lui aurait donné de l’épaisseur. Jennifer Garner joue les atouts charme tandis que Colin Farrell campe un Tireur freakesque. En plus de Stan Lee (habitué aux caméos), Frank Miller fait une brève apparition. Rating: ★★★½☆

Daniel : Malgré son statut de navet, Daredevil raconte les origines d’un super-héros parmi les plus intéressants. Il est vrai, l’originalité n’a pas beaucoup de place ici, et le film regorge d’archétypes, de clichés et moments aussi bizarres que stupides. Mais le casting est convaincant et le ton est violent, sombre, et même tragique. Daredevil a de la résonance et du cœur. Si c’est un échec, alors c’est un échec spectaculaire, dans le bon sens du mot. Conseil: regardez la version Director’s Cut. Rating: ★★★½☆

Anthony: Daredevil fait partie des adaptations ratées «Made in Marvel ». En effet malgré un casting alléchant, le film de Mark Steven Johnson n’a pas su trouver sa place. Les relations entre personnages ne sont pas assez approfondies notamment. Les costumes, quant à eux, rappellent un mix entre le groupe YMCA et Batman…Bref, ce n’est pas de la tarte. Un film à voir une fois, pas plus. Rating: ★★½☆☆

BLADE II (2002), de Guillermo Del Toro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : En toute logique, l’arrivée de Guillermo Del Toro sur la franchise Blade se traduit par un pur délire jubilatoire. BladeII est ainsi supérieur à son prédécesseur et offre un spectacle mémorable, fun, soigné et décomplexé. Un must ! Rating: ★★★★☆

Daniel : Wesley Snipes + Guillermo Del Toro et son imagination, multiplié par vampires, sang et combats acrobatiques = réussite. Blade II est un « vomitorium » brillant ! Rating: ★★★★☆

HULK (2003) d’Ang Lee

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Ang Lee se plante en beauté en s’attaquant au Géant Vert. Son long-métrage, pourtant rempli de bonnes intentions, est kitch, bancal et assez laid. Banner en prend un gros coup dans l’aile et Nick Nolte est hors de tout contrôle. Dommage… Reste une Jennifer Connely toujours sublime et impeccable. Rating: ★½☆☆☆

Daniel : Critiquée pour son côté bavard et trop mou, l’adaptation cinéma du géant vert signée Ang Lee est un spécimen fascinant. Ses effets-spéciaux sont douteux, son intrigue prétentieuse et ennuyante, mais il a du style et de la profondeur dramatique. Étrange, réfléchi, perspicace et présentant une métaphore intéressante sur la colère profondément ancrée d’un homme envers son père négligeant, Hulk est un mélange bordélique de bon et de mauvais. Rating: ★★★☆☆

X-MEN 2 (2003), de Bryan Singer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Bryan Singer corrige les quelques fautes de goût du premier volet et réalise l’un des meilleurs films Marvel. Fidèle au comics, plus sombre, impressionnant et pertinent, X-Men 2 fait la part belle à Wolverine et trouve le parfait équilibre entre le fond et la forme. Un coup de maitre. Rating: ★★★★½

Sacha : Réalisme et ambiance sombre, métallique pour ce deuxième volet, qui met en avant le personnage de Wolverine (si seulement ils avaient su se contenter de ça…). Le méchant de l’intrigue est plutôt original et l’opposition mutants/monde réel commence à prendre de l’importance. Rating: ★★★★☆

Daniel : Plus grand, plus ambitieux que son prédécesseur, le deuxième volet de la saga X-Men a un scénario cohérent et complexe, un casting solide et une volonté courageuse de se prendre au sérieux. Le contexte social gagne en profondeur et les scènes d’action sont impressionnantes. X-Men 2 est soit très intelligent, soit très débile, mais c’est indéniablement du gros calibre. La première référence respectable de l’époque, en termes de films de super-héros en général. Rating: ★★★★☆

SPIDER-MAN 2 (2004), de Sam Raimi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : À l’instar de Bryan Singer, Sam Raimi revient en force et arrive à hisser l’homme araignée à son plus haut niveau. Rameutant le légendaire Dr Octopus, Spider-Man 2 est le meilleur des trois. Rien à dire, ça claque, c’est beau, drôle, spectaculaire et passionnant. La concurrence est loin derrière. Rating: ★★★★½

Sacha : Mon préféré ! Un méchant intéressant car échappant aux codes du savant-fou, des relations entre les personnages assez travaillées et une fin ouverte alléchante. Rating: ★★★★☆

Daniel : Qui l’aurait cru ? Sam Raimi est au sommet de sa forme et les acteurs font un travail magnifique : le deuxième volet de la saga de l’Homme Araignée est l’une de ces suites rares qui prend les ingrédients de l’original en les propulsant vers de nouveaux sommets. Avec un méchant génial et mémorable (Docteur Octopus), un mélange sublime entre une intrigue humaine et de superbes effets spéciaux, le tout vibrant d’intelligence, d’humour, d’émotion et de vie, Spider-Man 2 est l’un des meilleurs longs-métrages de Marvel. Rating: ★★★★★

ELEKTRA (2004), de Rob Bowman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Un spin-of dispensable et mineur qui fait néanmoins mieux que Daredevil qui voyait le personnage d’Elektra faire ses premières gammes. Anecdotiques et un peu crétin, Elektra se laisse regarder mais ne marque pas les mémoires. Jennifer Garner est bien habillée cela dit… (et oui on se raccroche à ce que l’on peut). Rating: ★★½☆☆

Daniel : Ce spin-off honteux de Daredevil est un désordre sans vie qui se prend beaucoup trop au sérieux. Jennifer Garner a l’air perdu au milieu d’une intrigue soporifique à s’en tirer une balle. Les personnages sont chiants ou inintéressants, la violence est quasi-inexistante, c’est pathétique et les méchants sont en carton. Voici ce qu’est Elektra : une collision mortelle entre des restes et des petits bouts de récits de super-héros Marvel, un film sans identité qui cherche vainement à justifier son existence.Rating: ★☆☆☆☆

THE PUNISHER (2004), de Jonathan Hensleigh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Belle tentative, bien au dessus du premier essai. Ce Punisher là se rapproche de son modèle de papier en convoquant notamment une partie de son champs lexical. C’est violent et sombre, mais pas encore suffisamment pour vraiment coller. Un bon film du samedi soir ! Rating: ★★★☆☆

Daniel : Le problème avec The Punisher est qu’en étant très violent et très sombre, il perd toute impression d’identité. Entre vengeance classique, honneur cowboy, et comédie excentrique, le film est long, fastidieux et plus qu’un peu con. Même les scènes d’action et les bons acteurs ne le sauvent pas de la noyade. Cependant, la bagarre over-the-top avec Le Russe avec un accompagnement de La donna è mobile vaut son pesant de cacahuètes.Rating: ★★☆☆☆

BLADE TRINITY (2004), de David S.Goyer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilles : Et voilà que tout se casse la gueule ! Après un deuxième volet mémorable, Blade tombe en disgrâce et se retrouve au centre d’un film d’action basique, assez débile et ô combien dispensable. Pas totalement mauvais, Blade Trinity ne sert finalement qu’à souligner un peu plus la qualité de son prédécesseur. Rating: ★½☆☆☆

Daniel : Quand le scénariste des deux précédents volets (David S. Goyer) se fait des idées et pique la chaise du réalisateur, le résultat ne peut être que mauvais. Blade Trinity est un désastre, plus drôle que divertissant, flemmard dans sa créativité et navrant dans son humour à deux balles. Certains peuvent s’amuser, mais le personnage de Wesley Snipes a pris de la rouille. Blade veut-il qu’on oublie son existence ? Le voici exhaussé !Rating: ★½☆☆☆

Pour lire la suite c’est ici !

Par Gilles Rolland le 21 avril 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
josy
9 années il y a

Super dossier, pertinant, drole, très agréable à parcourir!!!
Bravo à vous tous!
Et on attend la suite…

hippocampestudio
Administrateur
9 années il y a
Reply to  josy

Merci beaucoup ! 😀 La suite très bientôt !!!

trackback

[…] Retrouvez la première partie du dossier en cliquant ici ! […]

Karl Libus
Karl Libus
6 années il y a

C’est cool, je me ballade sur le site, et je trouve des dossiers de 2012 fort intéressants et excellent à lire… 😉