[ÉVÉNEMENT] TOULOUSE GAME SHOW 2015 : LA RÉSISTANCE GEEK !

DOSSIERS TGS 2015 | 30 novembre 2015 | 1 commentaire

Samedi 28 novembre 2015. Nous voici de retour au Parc des Expositions de Toulouse pour la nouvelle édition du TGS, alias le Toulouse Game Show, soit l’un des plus grands rassemblements geek français. Un salon bien entendu placé sous haute surveillance après les tragiques événements qui ont secoué le pays il y a à peine deux semaines. Rendons d’ailleurs tout de suite hommage au personnel de la sécurité qui s’est montré non seulement très compétent, mais aussi tout à fait avenant, même après avoir fouillé des centaines de sacs durant les deux jours, en refoulant probablement des petits malins désirant compléter leur cosplay avec une arme blanche ou une reproduction d’arme à feu. Un visiteur déguisé en militaire avec un jouet en plastique sur le parking témoignait d’ailleurs de la fermeté avec laquelle le règlement fut appliqué.
En ces jours sombres, les amateurs de science-fiction, de mangas et de culture japonaise, les cinéphiles et autres accros des séries TV n’ont donc rien lâché. Célébrer des arts aussi fédérateurs, de plus propices à l’évasion, a ainsi revêtis en cette fin d’année, un sens tout particulier. Ne rien lâcher et essayer de s’amuser en se rassemblant, au rythme d’ateliers, de tournois de jeux de plateau, de parties de flippers ou de jeux-vidéos. Se déguiser, se prendre dans les bras, faire de belles rencontres et affirmer haut et fort sa passion est devenu un acte militant. Une forme de résistance, qui s’est d’ailleurs traduite par quelques déguisements particuliers, beaucoup de drapeaux français et divers hommages, notamment par le biais d’un stand dédié.

TGS 2015 banner

Se rendre au TGS fut salvateur. D’emblée le ton était donné, par une file d’attente toujours impressionnante, même si il semblerait que cette année, le flux des visiteurs fut un peu mieux canalisé. La rançon du succès pour un événement qui met les bouchées doubles pour satisfaire les amateurs, sans se reposer sur ses lauriers.
Outre la présence de nombreux YouTubeurs, toujours aussi bien accueillis par leurs fans, le Toulouse Game Show reçut également plusieurs dessinateurs de mangas et autres comics dont certains de la prestigieuse écurie Marvel, à l’image d’Alan Davis, Barry Kitson, Guile Sharp ou Paul Renaud. Niveau projection, les visiteurs purent découvrir en avant-première, le pilote de la série Killjoys et l’épisode 4 de iZombie.
L’univers du jeu-vidéo fut aussi dignement représenté, tout comme celui du doublage, avec le retour de Benoît Allemane (le doubleur de Morgan Freeman), accompagné de son épouse, la comédienne Delphine Allemane, de Brigitte Lecordier (Dragon Ball) et la venue de Kelyan Blanc (Daniel Radcliffe). Sans oublier un grand nombre de webséries, dignement représentées par leurs équipes respectives. Les Noob, Damned, ou encore Le Sceau de la Corruption (avec Benoît Allemane) étaient ainsi surplace, armés d’un solide enthousiasme.

L'équipe des doubleurs, avec, de gauche à droite, Delphine Allemane, Benoît Allemane, Kelyan Blanc et Brigitte Lecordier.

L’équipe des doubleurs, avec, de gauche à droite, Delphine Allemane, Benoît Allemane, Kelyan Blanc et Brigitte Lecordier.

Mais forcément, ce furent les invités relatifs au cinéma et aux séries tv qui soulevèrent le plus les foules. Gillian Anderson surtout, exceptionnellement en visite à Toulouse (le samedi seulement), notamment à l’occasion de la future reprise de The X-Files. Une actrice resplendissante, visiblement ravie d’être au TGS, et qui fut à l’origine d’une file d’attente incroyablement longue, lors de sa séance de dédicace. Une séance d’où elle repartit les bras chargés de cadeaux. Pas de doute, le TGS se souviendra longtemps du jour où Dana Scully a foulé le sol du Parc des Expositions.
Autre invité prestigieux, Alexandre Astier, venu dans le cadre du partenariat du TGS avec 8 Art Global, l’agence parisienne spécialisée dans les séries TV d’Alain Carrazé et Romain Nigita. 8 Art Global qui fut d’ailleurs à l’origine de plusieurs rendez-vous incontournables du week-end, entre conférences, photocalls et dédicaces gratuites. Avec Alexandre Astier, qui n’a pas manqué d’évoquer le retour de Kaamelott au cinéma, et qui a véritablement déchaîné les foules, mais aussi de Frank Spotnitz, un scénariste d’envergure ayant notamment œuvré sur The X-Files et sur la nouvelle série The Man in the High Castle.
Outre Gillian Anderson, Frank Spotnitz et Alexandre Astier, le TGS put également compter sur les acteurs David Hewlett (Stargate Atlantis, Cube, La Planète des Singes : les origines, etc…), Jamie Bamber (Battlestar Galactica) et Nicholas Brendon (Buffy contre les Vampires, Esprits Criminels, Private Practice…). Nicholas Brendon que nous avons d’ailleurs eu la chance de rencontrer à l’occasion d’une interview à venir très prochainement sur On Rembobine.

TGS novembre_2015-36

Alexandre Astier

TGS novembre_2015-111-2

Gillian Anderson

TGS novembre_2015-116

Nicholas Brendon

TGS novembre_2015-134

David Hewlett

TGS novembre_2015-145

Jamie Bamber

Il est malheureusement difficile de découvrir la totalité des stands installés dans les allées du TGS, mais cette édition automnale fut encore l’occasion pour nous de faire de belles rencontres. Parmi elles, le photographe Chris Spaceblue, dont le travail mérite largement qu’on y consacre quelques lignes. Amateur de comics, de cinéma et de jeux-vidéo, ce dernier exposait plusieurs de ses œuvres, mettant en scène dans des tableaux à l’inventivité et à l’originalité remarquables, des icônes de la culture pop comme Spider-Man, Batman ou encore Bane. Une façon d’exprimer et de partager sa passion, à travers son regard pour le moins atypique, avec la complicité de cosplayers, mais aussi de modèles vêtus spécialement en fonction de la mise en scène. Des photographies très peu retouchées et toutes réalisées en milieu naturel, exploitant ainsi le paysage, les ombres et les lumières du moment. Vous pouvez faire plus amplement connaissance avec Chris Spaceblue sur son Facebook.

TGS Chris Spaceblue

Chris Spaceblue

Les artisans de FX Predator avaient répondu présent, et firent d’ailleurs très forte impression avec leur reconstitution bluffante des Gardiens de la Galaxie, et de leur Groot monumental que nous avions aperçu lors de l’édition printanière il y a quelques mois. Rajoutez à cela le stand des Rêves Temporels (et leurs superbes créations), l’espace Japon, la Rebel Legion French Base (dédiée à Star Wars), le Stargate Network, le stand du Musée George Labit, l’espace Arts-Martiaux… Au TGS, rien à faire, impossible de s’ennuyer.

Du côté des visiteurs, certains ont bien entendu fait le show, en venant déguisés. À l’occasion du fameux concours de Cosplay ou non, tant le TGS est devenu le rendez-vous incontournable du cosplay depuis sa première édition. Encore une fois, certains déguisements étaient très élaborés et plutôt impressionnants, avec de nombreux maîtres Jedi, des Sith, un Jason, des Doctor (Who) et un Dalek, des super-héros à foison, sexy ou non, des Borat pas du tout frileux… Une faune bariolée qui contribua cette année encore à conférer au TGS un surplus de bonne humeur non négligeable. Vivement le mois d’avril et son TGS Springbreak !

Un grand merci à Michel pour sa disponibilité et sa gentillesse, qui nous accueille toujours à bras ouverts, à Sébastien Laurens et à toute l’organisation du Toulouse Game Show. Un merci tout particulier à Marion du Gloss N’ Roses pour les photos.

TGS novembre_2015-3 TGS novembre_2015-9 TGS novembre_2015-15 TGS novembre_2015-15-2 TGS novembre_2015-20 TGS novembre_2015-34 TGS novembre_2015-41 TGS novembre_2015-47 TGS novembre_2015-51 TGS novembre_2015-62 TGS novembre_2015-225

@ Gilles Rolland

 

Depuis 2013 et mon retour du pays rêvé de la très grande majorité des geeks, ou du moins de la communauté des fans d’heroïc fantasy, je sors de mon Aveyron natal qui n’a pas bougé depuis des millénaires pour voir des geeks, des nerds, ou encore des apprentis nerds, ou tout simplement des fans de cinéma, de séries, de mangas, de jeux (vidéos). Ce week-end, j’ai donc à nouveau avalé les deux heures de route pour le Toulouse Game Show, cette fois-ci guidé par un GPS à la voix de C-3PO (ceux qui ont Waze et qui aiment Star Wars, essayez, c’est génial). Le TGS, c’est le symbole de cette revanche des geeks. Autrefois, c’était dur, surtout dans nos campagnes, d’avoir d’autres centres intérêt que le sport, et d’aimer les jeux vidéo, ou de dévorer des films, des séries, et je ne parle même pas des mangas. Mais depuis quelques années, on assiste à une inversion des tendances, jusque dans la pop culture avec des séries comme The IT Crowd, The Big Bang Theory ou Silicon Valley, entre autres. Maintenant, le geek est devenu cool, en atteste le succès croissant dans le monde, des conventions. Chose de nouveau démontrée lors de cette nouvelle édition du Toulouse Game Show. Malgré un contexte extrêmement douloureux qui a éloigné les gens des rassemblements culturels durant quelques jours, nous avons pu assister à une belle affluence. Du monde, beaucoup de monde il y avait (cette tournure de phrase, maître Yoda approuve), venu voir de prestigieuse têtes d’affiche. La date du TGS tombait à point nommé, car nous avions tous besoin de rencontrer, d’échanger, de rire. En somme, pour nous geeks, quel que soit notre degré de geekitude, aller au parc des expositions de Toulouse ce week-end était salvateur.

20151128_181545

Après avoir assisté à la cérémonie d’inauguration où chaque annonce d’invité étaient acclamé par toute la salle, notamment une bande de woooh girls installées derrière moi et au niveau sonore digne de certains concerts de pop stars (les filles, si vous me lisez, on était tous excités mais quelques décibels en moins, c’est bien aussi), déambulé à la recherche de bons cosplays, et avoir eu la chance d’admirer le travail du photographe Christophe Badar (alias Chris SpaceBlue), passionné de l’univers geek et amoureux d’une photographie non retouchée et de très haute qualité, c’est parti pour les conférences, animée par Alain Carrazé et Romain Nigita de 8 Art Global.
La première à laquelle j’assistais était la plus attendue de la journée, à savoir celle d’Alexandre Astier. Le comédien est tout d’abord revenu sur Astérix : le Domaine des Dieux. Si une version live des aventures du célèbre gaulois a un « côté cour de récré, moins immersif mais plus drôle », dans les versions animées, « le respect de l’œuvre d’origine est plus présent ». Il ne faut être ni trop iconoclaste ni trop au service de l’œuvre. S’il rempile avec Astérix, il préférerait partir sur une œuvre nouvelle. Interrogé sur la possibilité d’autres adaptations, il a confié que « Goldorak l’aurait bien tenté ». Astérix est une influence pour Astier dans la construction de ses personnages, mais sa plus grande est Achille Talon, le héros surréaliste et décalé de Greg amateur de verbiage, notamment pour Arthur dans Kaamelott. Et c’est ce qui nous emmène à la révélation la plus attendue depuis l’arrêt de la série, Kaamelott est officiellement relancée (spoiler alert…… ah non en fait, ça fait quelques jours que la rumeur tournait sur internet). Alexandre Astier est maintenant totalement libre de donner une suite aux aventures d’Arthur sous le format qu’il désire, débarrassé de contraintes extérieures. Cela prendra la forme d’une trilogie au cinéma (désolé les fans, mais il n’y aura pas de suite à la télévision). Il a commencé à l’écrire, et souhaiterait « un début de tournage en 2016. Il n’y aura pas de tournage simultané comme pour Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, afin de « montrer l’impact du temps sur les acteurs ». À côté de cela, il y aura aussi Kaamelott Résistance qui servira de pont entre la série et le début du film et qui sera axé sur une période trouble durant la dictature de Lancelot, avec deux clans bien distincts. S’il n’y a pas de forme établie, Alexandre Astier aurait un net penchant pour un roman graphique. L’acteur souhaite que l’univers soit illustré sur plusieurs formats, mais exclut la possibilité d’une websérie car il veut que Kaamelott et Résistance bénéficient d’un certain budget afin de garantir la qualité digne de la série d’origine et ne plus revenir au système D des débuts. Revenant sur certains personnages, il a évoqué le rapport entre Arthur et le Graal dont personne dans la série ne sait exactement ce que c’est bien que l’acteur, lui, en a une idée (mais cela restera un grand secret), et refuse de voir Perceval et Karadoc comme des bras cassés (insistant sur les capacités cognitives et les compétences en maths de Perceval), mais plutôt comme des gamins de huit ans (avouant s’être inspiré de certains traits de caractère de ses enfants). Concernant la BD, un nouveau tome est en cours d’écriture (planche 29 sur 46 répond l’acteur à un spectateur qui l’interroge à ce sujet). Enfin, si l’écriture de la future trilogie lui prendra tout son temps ces prochaines années, il a aussi évoqué sa nouvelle série, Vinzia, est toujours dans les tuyaux de Canal +.

20151128_164142

La conférence suivante portait sur les séries télévisées de super héros, en présence de Jérome Wybon et Jean-Marc Lainé, auteur de Nos années Temps X, ainsi que le dessinateur Paul Renaud et le journaliste Vivien Lejeune. Nous assistons à un engouement au niveau des séries ces dernières années, dopé par le succès des films des franchises Marvel et DC. Si la qualité est au rendez-vous sur les livraisons récentes, respectueuses des comics d’origine, les tentatives faites dans les années 60, 70 et 80 étaient franchement « nanardeuses ». L’occasion de se pencher sur la très kitsch première adaptation de Batman, notamment, et surtout d’évoquer le super héros le plus raté de l’histoire de la télévision, Exoman. Ce super héros au costume hyper simpliste (une sorte de scaphandre qui aurait coûté 100.000 $ selon l’auteur de L’Homme qui Valait 3 Milliards, humour ou pas ? le mystère reste entier) a bénéficié de la longévité de…juste un pilote, de 1h30 sous format téléfilm. Exoman est par ailleurs l’anti-Flash, héros le plus lent de l’histoire. À son actif, deux arrestations : un homme qui a voulu s’enfuir par une échelle et s’est tué, et un autre qui s’était enfermé dans un coffre-fort. Quant au futur, la tendance ira à plus ou moins long terme vers des super héros sans costume, comme l’Agent Carter ou Jessica Jones.
La conférence s’est conclue par la projection de Legends of Tomorrow.

Autre tête d’affiche prestigieuse de ce week-end, l’actrice Gillian Anderson, entrée au panthéon des séries télévisées avec son interprétation de l’agent Dana Scully dans la série The X-Files (invitée à l’occasion de la saison 10, diffusée prochainement dans les petits écrans), et connue aussi pour les séries The Fall et Hannibal dans laquelle elle a un rôle récurrent. La conférence a été l’occasion de revenir sur les différences séries. Au cœur des différentes saisons de The X-Files, la relation avec son coéquipier Fox Mulder (David Duchovny) a été évoquée. Elle a évolué au fil des saisons, souvent ambiguë avec des moments d’intimité distillés par le créateur Chris Carter, ne se concluant pas à chaque fois au dernier moment, jusqu’à ce que les deux partenaires finissent par conclure dans la dernière saison. Toutefois, Gillian Anderson ne veut pas se projeter dans un avenir avec Fox Mulder, et n’indiquera pas, pour « éviter de spoiler la saison » s’il s’agit d’une conclusion de la série ou d’un nouveau commencement. Le seul élément que l’actrice accepte de révéler est la présence « d’une certaine manière » de William. Les convictions de Gillian Anderson en matière de défense du droit des femmes l’a poussé à donner à ses personnages des traits de caractère fort. Dans la saison 10, son personnage est modernisé et son discours féministe est moins apparent dans les années 90 ; l’époque où la série est diffusée ayant changé entre temps. Dans Hannibal, le personnage de Bedelia Du Maurier qu’elle interprète, « a un certain contrôle sur Hannibal Lecter », mais revient toujours à lui, attirée par son magnétisme.

20151129_135111

Toujours au niveau des acteurs des séries, David Hewlett (Stargate Atlantis) et Nicholas Brendon (Buffy contre les Vampires) ont fait deux conférences durant le week-end, en compagnie de Jamie Bamber (Battlestar Galactica) le samedi. Jamie Bamber a tourné dans une série policière à Londres, David Hewlett (qu’on aussi vu dans Cube et La Planète des Singes : Les Origines) a lui, tourné le pilote d’une série de science-fiction, genre dont il est amoureux (son rêve serait d’être dans une série avec « des fourmis aliens, avec un esprit proche de Phase IV »). Jamie Bamber est revenu sur son premier jour de tournage de Battlestar Galactica tourné le jour de son trentième anniversaire. À la fin de cette journée,  il s’est vu offrir « une bouteille de champagne par l’équipe et a eu peur que ce cadeau signifiait qu’il était viré ». Francophone, l’acteur (qui a aussi tourné dans le film Un Jour, Mon Père Viendra avec Gérard Jugnot et François Berléand) a confié vouloir jouer avec Marion Cotillard ou encore Daniel Auteuil, et a déclaré son amour pour le cinéma français. Quant à ses anciens camarades de jeu de la série, il a gardé avec eux une relation idyllique. Nicholas Brendon sur le même sujet, a déclaré que ses anciens partenaires l’avaient sorti de prison. David Hewlett est revenu sur sa relation particulière avec ses fans qui, sachant que son personnage était mortellement allergique aux citrons, lui en ont emmené à chaque convention « pour voir si ça marchait ». En revanche, l’acteur est allergique au coton, ce qui a été un casse-tête avec le costumier d’une fiction historique dans laquelle il a joué. Nicholas Brendon, quant à lui, est le plus rock n’ roll et le moins « protocolaire » lors des conférences ou d’interviews (vous le verrez dans l’interview mené par notre rédacteur en chef bien-aimé) et n’a peur d’évoquer aucun sujet (vraiment, vraiment aucun). Concernant Buffy contre les Vampires, même si l’après a été très difficile à vivre, il garde un lien fort à la série. S’il déclare qu’une suite ou un spin off n’est pas à l’ordre du jour à la télévision, il fait partie du pool des auteurs de la saison 10 en format comics. De la série, il a aussi gardé en tête des anecdotes insolites, comme la première cascade faite par son frère jumeau Kevin, qui a échoué. « Il devait voler par-dessus un rocher et s’est fracassé contre le décor. Il avait l’épaule déboîtée et a dû finir à l’hôpital. On me disait « tout va bien mais Kevin doit aller à l’hôpital. » À la suite de ça, la production l’a viré mais je l’ai fait réengager ».

Le dimanche, j’ai assisté à une conférence sur le métier de scénariste avec Frank Spotnitz, scénariste entre autres, de The X Files ou de The Man In The High Castle. Spotnitz s’est expliqué sur le système américain d’écriture de scénario. Un nouveau script est réalisé tous les 8 jours avec « une nécessité de surprendre soi-même pour surprendre des spectateurs toujours mieux informés et qui comprennent de mieux en mieux l’évolution future d’une série avant même que les nouveaux épisodes ne sortent. Il faut qu’il y ait une alchimie entre l’histoire et le personnage, pourquoi une telle histoire va arriver à ce personnage, c’est comme ça qu’on fait des séries intéressantes ». Les scénarii sont majoritairement écrits par un pool de scénaristes, ce qui donne plus de réactivité, de rapidité, un regard plus critique, et une émulation. Pour l’élaboration, on prend des fiches bristol où on écrit une trame, et on les place sur un mur et on fait le lien entre les personnages, les histoires, « on construit le scénario brique par brique. Ce qu’il faut avoir, c’est un début, une conclusion, des personnages, et des conflits entre les personnages. Les conflits sont très importants. » Partant d’une information donné, d’un contexte particulier, plusieurs scénaristes proposent un angle différent, une autre solution, une autre histoire. Un scénariste peut apprendre aussi à être producteur car il connaît mieux ainsi l’intégralité du processus et cela a un impact sur son écriture. Pour Spotnitz, « le système européen devrait s’inspirer du système américain, notamment au niveau de la collaboration entre scénaristes. Ce système trouve d’ailleurs un meilleur échos auprès des jeunes auteurs ». Concernant certaines séries français qui marchent à l’étranger (notamment Engrenages et Les Revenants), Spotnitz explique qu’à l’inverse de la France qui a une vraie industrie du doublage (instant cocorico), ce n’est pas le cas des pays anglo-saxons. Par conséquent, elles sont diffusées en français sous-titré en anglais, ce qui les réserve à un public plus érudit et confidentiel. Mais cela va changer car elles seront de plus en plus être produites directement en anglais.

Cette édition du TGS a été aussi l’occasion de voir des équipes de websérie. Mon côté aveyronnais refaisant surface, j’ai de nouveau rencontré celle de Mortus Corporatus (que j’ai déjà interviewé ici), websérie d’humour (noir) autour du quotidien de faucheurs au service de la Mort, véritable entreprise. La nouvelle saison est en cours d’écriture. Elle sera tournée au printemps 2016 pour une diffusion en septembre, cette fois sur la plateforme replay MyTF1. Ce changement de diffusion entraînant plus de moyens, cette fois ci, tout le monde sera rémunéré, alors que pour la saison 1, les acteurs et techniciens professionnels étaient rémunérés mais à côté, il y avait beaucoup de bénévoles. Cette nouvelle saison sera toujours centrée sur le personnage principal de Gaspard, les acteurs de la saison 1 vont tous rempiler et il y aura des personnages supplémentaires pour amorcer la saison 3. Prix du public en Suisse, la saison 1 de la websérie aveyronnaise a été récompensée à Toulouse dans le cadre du Festival Français de la Websérie du Prix du Scénario, du meilleur acteur pour le tandem Fred Saurel/Julien Joerger et de la meilleure websérie.
La science aussi était à l’honneur avec une conférence sur le paranormal face à la science et une autre sur les OVNI. La vérité est ailleurs….

20151129_174315

@ Nicolas Cambon

Et voilà, novembre s’en va. Il est temps de revenir au Parc des Expositions de Toulouse pour la grand messe geek du Sud Ouest, le TGS. Une fois n’est pas coutume, l’affiche de cette année arbore fièrement des noms tous plus prestigieux les uns que les autres, dont mes collègues vous ont déjà parlé. À noter qu’il y a, comme toujours une forte présence de vidéastes cette année, qu’il s’agisse de Bruce d’E Penser, de Benzaie ou encore de l’indispensable Joueur du Grenier, entre autres…(d’ailleurs, il serait temps d’inviter Patrick Baud d’Axolot…)
Comme chaque année, il y a fort à faire entre les nombreuses conférences et les animations dédiées aux cultures geek. Le Japon est, comme toujours, à l’honneur avec des stands dédiés aux arts-martiaux ou à la musique traditionnelle. Cette année a aussi vu les comics prendre une place plus importante avec un gros détachement de dessinateurs aux C.V. bien remplis, tant auprès de DC que de son concurrent de Marvel : Alan Davis (la légende de cette édition niveau comics), Elsa Brandts, Laura Braga, Mahmud Asrar, Guile Sharp, Guillaume Lapeyre, R.M Guera… des gens venus du monde entier proposent dédicaces et discussions à bâtons rompus sur le vaste sujet du comics… Niveau BD française, on note que Denis Bajram, le cerveau derrière l’énorme cycle Universal War One est aussi de la partie.

IMG_0761

On eut aussi droit à quelques concerts. Bien entendu, les groupes présents nous ont interprété des morceaux issus d’animes, de films et autres séries télévisées. Mention spéciale à Start Select et Mioune, qui nous ont offert une petite bulle de calme et de poésie au milieu du joyeux chahut ambiant…
Mais le clou du spectacle, fut la véritable armée de cosplayers qui déferla sur Toulouse ! On est toujours impressionnés par leur dévotion, leur inventivité, et leur humour souvent décalé. Qu’il s’agisse de grands classiques comme les personnages de Star Wars, du Seigneur des Anneaux… certains font les originaux et avec brio. D’autres vont jusqu’au bout de la démarche et fondent des associations en lien avec le cosplay. C’est notamment le cas de l’association Winter Is Past. Fondée il y a deux, elle a pour objectif de mettre en commun les talents de ses membres pour réaliser des cosplays groupés thématiques. Si leurs deux premières années furent consacrées aux jeux vidéos (World of Warcraft et League Of Legends) la prochaine devraient les voir endosser des costumes de personnages de films… En tout cas, on sent qu’il s’agit de personnes ayant un niveau professionnel en la matière tant leur livrée est soignée, détaillée, et inspire un respect certain. Elles participent activement au concours cosplay, et on comprend pourquoi.
Les associations sont très présentes, on a droit à de superbes espaces dédiés comme FX Predator (avec un superbe cosplay de Rocket Racoon), Fantastic Arts (qui nous offre un échantillon de leur créations heroïc fantasy…) et bien d’autres. Parmi eux, Shiawa, qui propose un streaming de nombreuses séries animées japonaises (une noble activité permettant aux fans français d’être parfaitement à jour) des scans de mangas et d’autres choses encore. À noter que l’équipe de Quidditch moldu de Toulouse a proposé de marquer des paniers pour gagner des dragées surprises de Bertie Crochu…
En bref, cette édition nous a encore proposé un menu particulièrement riche, quelle que soit notre rapport aux culture geek, il y avait quelque chose à boire ou a manger. Par les temps qui courent, un peu de convivialité et de culture sont toujours bienvenus. C’est avec impatience qu’on attend la suite, prévue pour mi avril 2016 avec le SpringBreak. D’ailleurs, 2016 verra le TGS se décliner en un événement plus rétro, le Flashback, consacré aux années 80 et 90 en février.

@ Sacha Lopez

Quidditch

 

Shiawa

Par Gilles Rolland le 30 novembre 2015

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
La Geek En Rose
La Geek En Rose
5 années il y a

Un super compte-rendu avec de magnifique photos. Merci d’avoir mentionné mon ami photographe Chris Spaceblue aussi 🙂