[Dossier] Fantasia 2015 – Jour 2 : Baston en carton et frisson trois étoiles

FANTASIA 2015 FOREIGN CORRESP. | 16 juillet 2015 | Aucun commentaire

15 juillet. Au menu aujourd’hui, deux films inégaux mais deux parfaits exemples de ce que Fantasia a dans le ventre. D’un côté, de la grosse chinoiserie qui bastonne et, de l’autre, du gros frisson qui frissonne.

Films visionnés :

Kung Fu Killer, de Teddy Chan – Rating: ★★½☆☆

Kung-fu-killer
Un tueur très souple s’attaque a tout plein d’anciens maîtres en arts martiaux alors que Donnie Yen (Ip Man) purge une peine de prison. Pas ravi du sort réservé à ses amis, il propose son aide à la police afin de le capturer. Gros prétexte pour défourailler ? Ça me va.
Alors déjà, je tiens à signaler que j’apprécie beaucoup Donnie Yen. Seulement, la dernière fois qu’il m’a emballé, c’était il y a quatre ans, dans le fabuleux Wu Xia de Peter Chan. Quatre ans, c’est pas si long. Sauf pour la filmo de Donnie qui a compté pas moins de cinq films depuis, et autant de vilaines choses. Bref, sans surprise, Kung Fu Killer (nommé aussi Kung Fu Jungle) s’avère bien décevant. Pourtant, il y a un peu de bonne volonté au départ et pas mal de techniques illustrées. Du poing, du pied, du sabre, du couteau, du bâton et même du grand bambou : le métrage n’est pas avare en matière de castagne. Mais c’est plat, souvent mal torché, sans montée en puissance ni réel enjeu. On s’ennuie sincèrement.
Et puis surtout, il y a un truc qui m’insupporte ces derniers temps dans les chinoiseries, c’est le monstrueux abus de trifouillage de la palette colorimétrique. Je ne sais pas si ils viennent de découvrir les fonctionnalités de Color, mais là c’est plus possible. On a limite l’impression de replonger dans les versions colorisées des vieux films en noir & blanc. Du gros baveux dégueu over coloré. Beurk !

The Hallow, de Corin Hardy – Rating: ★★★★☆

The-Hallow
Un couple avec un bébé décide de passer des vacances dans une vielle maison à la campagne. Mal accueillis par les gens du coin, ils vont rapidement comprendre que le problème vient surtout de la forêt.
Celui-là, je ne le voyais pas venir. Encore un film de « boogeyman » qui va retomber aussi vite qu’il est monté, après trois « bouh ! », une porte qui claque et deux branches frappées par le vent. Vingt minutes plus tard, je suis prêt à me diriger doucement vers un assoupissement assumé quand le film commence à me picoter. C’est vrai qu’il y a quelques bonnes idées, que c’est plutôt bien éclairé, et que oui, l’ambiance n’est pas trop rassurante. À cause de cet innocent bébé notamment, baladé à droite, à gauche, par des parents un peu déboussolés au fil des événements. Et puis le picotement devient plus insistant, pour finir par me réveiller totalement. C’est alors que le film va devenir vraiment généreux. Je ne veux pas en dévoiler plus, mais les amateurs de mythologie fantastique et de beaux maquillages à l’ancienne vont apprécier. Gros gros plaisir.

Retour au dossier Fantasia 2015 

@ Nicolas Cliet-Marrel

Par Nicolas Cliet-Marrel le 16 juillet 2015

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments