[Carnet noir] Alan Parker, le réalisateur de The Wall et Angel Heart, est mort

NEWS | 31 juillet 2020 | Aucun commentaire
Alan_Parker

Alan Parker naît le 14 février 1944 à Londres. Après des débuts dans la publicité, il s’essaye à la réalisation de courts-métrages avant de se lancer dans la cour des grands avec Du rififi chez les mômes, dont le casting est exclusivement composé d’enfants. Nous sommes alors en 1976. En 1978, Alan Parker frappe un grand coup en adaptant l’histoire d’un Américain emprisonné en Turquie pour détention de drogue, d’après un scénario d’Oliver Stone. Midnight Express fait l’effet d’une bombe et récolte de nombreux suffrages tout en donnant naissance à une polémique relative à l’image que le film donne des Turcs.

Il réalise Fame en 1980 et enchaîne avec L’Usure du temps, avant de revenir à la musique, marquant à nouveau les esprits avec The Wall, le film créé à partir de la musique du groupe Pink Floyd. En 1984, Birdy prouve que le réalisateur peut tout faire. Un constat d’autant plus valable quand on s’intéresse à son long-métrage suivant, le morbide Angel Heart, dans lequel il doit gérer Robert De Niro et Mickey Rourke. La brouille qui naît entre les deux acteurs durant le tournage revenant régulièrement depuis sur le devant de la scène.

En 1988, Alan Parker signe avec Mississippi Burning, l’une des œuvres les plus puissantes sur le racisme et la ségrégation aux États-Unis. Si Bienvenue au Paradis ne fait guère d’étincelles, Les Commitments confirme l’attirance particulière du cinéaste pour la musique. 1994 voit la sortie d’Aux bons soins du docteur Kellog, suivi en 1996 par Evita, avec Madonna. Une comédie musicale qui sera son dernier film d’envergure. Les cendres d’Angela et La Vie de David Gale, son dernier long-métrage, sorti en 2003, n’étant pas parvenu, malgré leurs évidentes qualités, à s’imposer avec la même force que ces films les plus connus.

En retrait depuis le début des années 2000, Alan Parker s’essaye à l’écriture en 2008 et publie un livre sur Sid Vicious, le bassiste des Sex Pistols.

Un dernier coup d’éclat pour cet immense metteur en scène qui nous a quitté ce vendredi 31 juillet, à l’âge de 76 ans. Un cinéaste figurant parmi les plus importants de son époque. Avec son style bien à lui, rock and roll au possible, mais aussi génialement imprévisible, son talent pour aborder des sujets difficiles et sa sensibilité, Alan Parker a écrit quelques-unes des plus mémorables pages de l’histoire du septième-art…

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 31 juillet 2020

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments